Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 23:01

 

Contrairement à Monet, les peintures de Jean-Léon Gérôme ne sont pas très courantes sur les boites de chocolat et les cartes de vœux. Car Jean-Léon Gérôme (1824-1904)  n’est plus à la mode, pourtant avec lui on ne s’ennuie pas, il a su utiliser, bien avant que le cinéma ne les exploite,  toutes les ficelles pour attirer le public.  Il représente des scènes d’action, avec du nu (bien épilé), du dépaysement oriental  et donne dans le grand spectacle.  Il veut séduire ses clients et il leur donne ce qu’ils souhaitent regarder.  Le musée d’Orsay présente une rétrospective de ses oeuvres qui a beaucoup de charme.800px-Jean_leon_gerome_combat_de_coqs.jpgPhryne.jpg

Contradictoire : c’est un peintre installé et un notable, mais aussi un voyageur amoureux du désert « rien de plus agréable et de plus poétiques que ces campements dans la solitude  ajouter l’attrait de l’inconnu et le charme de la solitude ». Il effectue plusieurs séjours en Egypte accompagné de photographes, Auguste Bartholdi en 1855 puis son beau-frère Albert Goupil en 1868.  L’exposition confronte photographies et peintures résultantes.  Il reproduit fidèlement les photographies ramenées comme décor, mais il les agrémente de scènes pittoresques afin de représenter l’Orient comme ses contemporains l’imaginent : des belles femmes dans un harem, Jean-Leon_Gerome_harem.jpgdes costumes pour des bachibouzouks hauts en couleurs, des charmeurs de serpent, sur l’eau du Nil, pas d’humble felouque mais une barque fastueuse.

Si cette démarche nous étonne, nous sommes encore plus ébahis devant les toiles inspirées par l’antiquité romaine. Jean-Leon_Gerome_Pollice_Verso.jpgJean-Léon Gérôme  est un des seuls peintres ayant travaillé depuis cette époque le sujet des gladiateurs. Les reconstitutions des  les jeux du cirque sont évoqués par des peintures chargées d'une multitude de personnages, dessinés avec beaucoup de détails. Nous entrons dans l’atmosphère sans difficulté tant elles sont suggestives, des enfants qui visitaient l’exposition semblaient d’ailleurs captivés, "ils demandent la mort, et César il est d'accord ?".


Car  c’est ce qui est le plus étonnant avec cette peinture, elle ne nous ne fait pas ressentir d’émotion, mais elle a un grand pouvoir d’évocation, nous savons que ce qui est raconté est artificiel et inexact, mais les couleurs sont chatoyantes, les textures des tissus magnifiques, la représentation des carrelages arabes et de l’eau des piscines incroyable de beauté, si bien que comme ses contemporains nous la trouvons agréable.  

 

L’exposition aborde également un thème qui intéresse sur ce site dédié à l’estampe, à savoir la diffusion des œuvres, Jean-Léon Gérôme s’est toujours préoccupé  de commercialiser l’image de ses œuvres. Les sujets ont parfois été choisis en pensant à leur reproduction en grand nombre et ce aussi bien pour des peintures par des procédés d'impression sur papier (eau-forte, lithographie, photographie..), que pour des sculptures copiées en différentes tailles. Emile Zola le lui reprocha en ces termes : « Evidemment Monsieur Gérôme… fait un tableau pour que ce tableau soit reproduit par la photographie et la gravure et se vende à des milliers d’exemplaires »

 

C’est une exposition  très réussie,  tant dans sa mise en scène, sobre avec les  murs colorés en teintes intenses (rouge, verte, bleue) qui s’accordent bien avec la gamme chromatique utilisée par Jean-Léon Gérôme, que par la redécouverte de ce peintre et de ce mouvement artistique. Notre société a changé et cet art pas si ancien, nous parait très lointain, mais drôle et original car captivant d’étrangeté.  


Jean-Léon Gérôme (1824-1904) l’histoire en spectacle.

Informations Pratiques : jusqu‘au 23 janvier 2010 Musée d'Orsay 62, rue de Lille 75343 Paris Cedex 07
Ouvert tous les jours sauf le lundi de 9h30-18h, 21h45 le jeudi

Visuels Wiki Commons

Partager cet article

Repost 0

commentaires