Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 23:48

 



Suivez les traces de la légende de Sainte Tréphine, la pauvre avait épousé un barbe bleu local, mais tout s'est terminé de façon pieuse. Visitez ces lieux émouvants  et plongez dans l'art moderne.
chapelle_st_trephine.jpg

 

Renseignements pratiques

19e édition du  9 juillet au 19 septembre 2010

19 artistes et 25 sites patrimoniaux à découvrir le long de 4 circuits

 L’art dans les chapelles, invite, chaque été, depuis 19 ans, des artistes plasticiens à dialoguer avec le  patrimoine religieux de la vallée du Blavet et du Pays de Pontivy, des chapelles édifiées pour la plupart aux XVe et XVIe siècles.

Ouverture :
Du 10 juillet au 31 août, tous les jours sauf le mardi
(ouvert le 14 juillet et le 15 août), 14h-19h
les 3 premiers week-ends de septembre,
samedi et dimanche, 14h-19h

Entrée libre et gratuite

http://www.artchapelles.com

Partager cet article

Repost0
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 23:37
Le samedi soir dans le 13è arrondissement " par Anne Chenerie
 Aujourd'hui, pas de commentaire , regardez seulement ces  photos prises sur les murs du 13è arrondissement à l'occasion de la manifestation "Les Arts de la Bièvre"  du week end du 12 et 13 juin .

 

Partager cet article

Repost0
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 23:25

 

Albert Gleizes (1881-1953)  est une personnalité marquante par son œuvre  peinte et gravée, mais également par une vie dirigée par des préoccupations sociales et mystiques.

Né, la même année que Maurice Achener, après une période Impressionniste il suivra le courant Cubiste. Qu’il enseignera et dont il énoncera les principes en  y consacrant un ouvrage en 1924 : la peinture et ses lois.  

L’exposition que présente la Maison des Arts  d’Antony s’attache à présenter cet homme et Moly-Sabata, la communauté qu’il fondera vers 1927 à Sablons près de Serrières,  au bord du Rhône. Inspirée par la des abbayes religieuse, elle proposait aux familles d’artistes qui la composaient  une vie collective de partages des tâches destinées à leur subsistance. Selon un clivage assez traditionnel : les travaux les plus physiques étaient réservés aux hommes et aux femmes incombaient les besognes ménagères. Les principes picturaux d’Albert Gleizes étaient appliqués  aussi bien dans des œuvres graphiques que dans de l’artisanat, poterie,  tissage ou menuiserie.

Robert Pouayd, Anne Dangar et Jean-Claude Libert  rejoindront ce lieu d’échange et deviendront des membres actifs de cette expérience qui durera jusqu’à la fin des années  cinquante.

L’exposition retrace le parcours d’Albert Gleizes de l’impressionnisme vers l’abstraction, avec la série de gravures illustration de Pensées sur l’Homme et Dieu de Blaise Pascal, que l’on présente comme son testament artistique. gravures-gleizes.jpg Des peintures, gravures et poteries  montrent  le travail des membres de Moly-Sabata,  elles prouvent une unité dans le style inspiré par Gleizes. Les peintures très colorées sont essentiellement constituées de motifs géométriques. Les poteries présentées d’Anne Dangar sont étonnantes de rusticité. Moly-sabata-A-Dangar-poterie-1.jpgAustralienne, arrivée à Paris en 1826,  elle avait abandonné sa peinture  pour s’initier à la poterie suite à sa rencontre avec Gleizes.Moly-sabata-A-Dangar.jpg

La scénographie est un peu triste, et nous souhaiterions mieux comprendre la démarche de cette communauté, mais l’exposition donne peu d’explications. Le catalogue indique qu’Anne Dangar donnait des cours le jeudi aux enfants du voisinage, cela devait être chaleureux et joyeux, Moly-Sabata devait attirer les plus jeunes, l’exposition n’y arrivera peut être pas et c’est dommage.

 

 Guillaume Apollinaire : La majesté, voila ce qui caractérise avant tout l'art d'Albert Gleizes. Il apporta ainsi dans l'art contemporain une émouvante nouveauté.
Dans Les Peintres cubistes, 1913

 

Maison des Arts Parc Bourdeau 20 rue de Velpeau 92160 Antony , 01 40 96 31 50,

Jusqu’au 25 juillet,  ENTREE GRATUITE.

http://www.fondationgleizes.fr/

http://www.art-et-histoire.com/index2.htm?moly.htm?

Partager cet article

Repost0
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 23:00

dj-im-tirage-petit.jpgParis, Institut Néerlandais « Un cabinet particulier » Les estampes de la Collection Frits Lugt, jusqu’au 11 juillet. 121, Rue de Lille, 75007 Paris www.institutneerlandais.com


Sèvres, Les graveuses Zofia Panasiuk et Anne Paulus : De la Poésie au Cosmos,  jusqu’au  30 juin 2010, Hôtel de ville 54 Grande Rue, 92310 Sèvres  01 41 14 10 10


Barbizon, des graveurs d’hier et d’aujourd’hui de Félix Bracquemond  à Jean-Michel Mathieux-Marie sont présentés dans l’exposition « Les graveurs de l’école de Barbizon et J-M Mathieux-Marie » à la  Maison atelier de Jean-François Millet, 27 grande rue 77630 Barbizon 


Arcueil, E.T.R Balistic Graphique anime l’Atelier-Musée d’Art Graphique d’Arcueil , ce collectif d’artistes, amateurs ou professionnels, souhaite faire connaitre et aimer la gravure. Les 6èmes journées de soutien ont lieu les 12 et 13 juin 2010 à Dans l’ancienne distillerie ANIS GRAS, 55 avenue Laplace, 94110 ARCUEIL : Expo-Vente de Gravures de 11h à 19h et concerts les samedi et dimanche après midi.


Caen Exposition au Scriptorial d'Avranches du 12 juin au 12 septembre 2010 "Matisse et le livre illustré" jusqu’au  12 septembre. En juin, du mardi au dimanche de 10h à 18h ; en juillet et août, tous les jours de 10h à 19h. Tarif : 7 ¤, réduit 3 ¤, moins de 10 ans gratuit. http://www.lamanchelibre.fr/Matisse-dessine-une-nouvelle-page-de-Scriptorial-d39Avranches,1.media?a=10859


Dammarie lès Lys, « Encrages dans le présent » Sylviane Canini, Christine Bouvier et d’autres graveurs au Château des Bouillants jusqu’au 4 juillet, 170 avenue Henri Barbusse  77 190 Dammarie-lès-Lys ,  01 64 87 93 48 . Du mercredi au dimanche, de 14 h à 18 h. ENTREE GRATUITE  http://www.mairie-dammarie-les-lys.fr/article.php3?id_article=127


Vannes, Olivier Debré « Signes-Paysages / Signes gravés », Musée des Beaux-Arts, jusqu’au 30 septembre 2010, tous les jours de 10h à 18h

 

Mulhouse, Art de Haute ALSACE - L’entre-deux guerres, Expositions d'artistes de la région : Lutz Binaepfel, Arthur Schachenmann, Robert Breitwieser, Léon Lehmann, Daniel Schoen, Charles Haas, Charles Walch, Alfred Giess, Robert Kammerer, Armand Ingenbleek ...au Musée des Beaux-Arts de Mulhouse.  Musée des Beaux-Arts - 4, place Guillaume Tell, Mulhouse
Tél. 0389337811. Jusqu’au  19 septembre tous les jours (sauf mardis et jours fériés) de 10h à 12h et de 14h à 18h (18h30 en juillet-août)

 

Nous vous avons parlé de:

Blanc avec Aiko Miyanaga Double exposition double lumiere Maison de la Culture du Japon à Paris

Bleu avec le plafond de de Twonbly au Louvre

De Bettina Rheims de ses fantasmes dans "Rose c'est Paris" à la BNF

De Takeshi Kitano à la fondation Cartier

Et du photographe Mimmo Jodice ..

 

 

Rencontres et promenades

 

Schneider portrait de Auguste MichelStrasbourg,  le samedi 12 juin venez rencontrez les auteurs du livre sur le Kunsthaafe : Julien et Walter Kiwior  présentent  le livre à la librairie Kléber à Strasbourg de 11h à 13h (suivi d'une dégustation de foie gras, cela va de soi).


Villeconin, Essonne,  les animaux au jardin, les grès de Monique Le Goff,  les 19 et 20 juin au  Château de Villeconin 91580 Villeconin 0145341806 Entrée 2 ou 4 € http://www.tourisme-essonne.com/fr/decouvrir/jardins-et-chateaux/autres-jardins-et-chateaux/fiche/chateau-de-villeconin/


Et toujours …

 
Paris,  Safet Zec, Galerie Michèle Broutta , jusqu’au 12 juillet 2010, mardi au samedi de 10h à 13 h et de 14h à 19 h. http://www.galerie-broutta.com


Paris, L’encyclopédie de tous les animaux y compris les minéraux de Gilles Aillaud (1928-2005) bestiaire en quatre volumes 194 lithographies en noir et blanc. Bnf François Mitterrand, jusqu’au 18 juillet, du lundi de 14 h à 20h, mardi au samedi de 10h à 20h et le dimanche de 13 à 19h ENTREE GRATUITE.  


Ardèche, Château de Vogüé, Lithographie et Gravures de Pierre Alechinsky, Francis Bacon, Corneille, Zao Wou Ki, Hans Meyer Petersen, Olivier Debré, et bien d’autres jusqu’au 20 juin. http://www.chateaudevogue.net


Moulins, Armand Queroy « ce don rare de la lumière dans l’ombre » l’oeuvre gravé d’un artiste du second empire, au musée Anne de Beaulieu place du Colonel Laussedat 0300 Moulins http://musee-anne-de-beaujeu.cg03.fr/


Suisse, La Chaux de Fonds, Musée des Beaux-arts « Le Monde en noir et blanc » du 15 mai au 12 septembre 2010. Une exploration de l’utilisation du blanc et du noir au service d’œuvres engagées politiquement de  Félix Vallotton aux «Bernadettes», une congrégation active en milieu ouvrier dans les années 1930 à Thaon-les-Vosges.

 http://cdf-mba.ne.ch/default.asp/4-0-31-8003-430-207-0/


Strasbourg, Les années canadiennes de Tomi Ungerer 1971-1975, une période de l’illustrateur marquée par le dessin d’observation. Jusqu’au 8 août, Musée Tomi Ungerer Villa Greiner, 2, avenue de la Marseillaise Strasbourg.

Paris, Julian Freud à Beaubourg jusqu’au 19 juillet 2010 de 11h00 à  21h00 Voir Article


Paris, Les Orientales à la maison de Victor Hugo, jusqu’au 4 juillet Voir Article


Paris, «Aragon et l’art Moderne » et les élèves de l’école Olivier de Serres qui rêvent sur la poste et ses facteurs   ils les aiment. Cela vaut une visite au Musée de la Poste 34 boulevard de Vaugirard 75015 Paris


Antony, L’espace d’art contemporain Eugène Beaudouin  « Kafka devant la loi », avec pour commissaire Gérard-Georges Lemaire, des artistes inspirés par Kafka, jusqu’au 4 juillet 2010 www.espacebeaudouin.com   ENTREE GRATUITE


Antony, le peintre et graveur Albert Gleizes  a su vivre son métier et sa passion en fondant  une communauté  d’artistes et d’artisans, les œuvres de ce  groupe sont présentées à la Maison des Arts, parc Bourdeau 20 rue Velpeau Antony  ENTREE GRATUITE


A venir  


Pfaffenhofen, Ernest Huber (1910-2006)  dessinateur et graveur. Du 11 septembre au 14 novembre 2010 24 rue du Docteur Albert Schneitzer 67350 Pfaffenhofen

Chamalières, Auvergne,  c’est la compétition des graveurs cet automne : Triennale - Mondial de l'estampe et de la gravure  originale .

 

 

Partager cet article

Repost0
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 22:35

 

 

 

Chaise Bugatti Video d'une scéance de modèle vivant récemment organisée au Musée Henner, complétée par quelques croquis de mon agréable visite dans ce lieu propice au dessin en décembre 2009. Exposition temporaire Henner dessinateur 

escalier.jpg

 

43, avenue de Villiers 75017 Paris
Métro : Malesherbes (ligne 3), Monceau (ligne 2)
Bus : 30, 31, 94
Téléphone. : 01 47 63 42 73
Site internet : www.musee-henner.fr  Chaise alsacienne

Partager cet article

Repost0
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 23:14

Le dimanche 6 juin à partir de 16h ne manquez pas les rencontres
 de l'espace d'art contemporain Eugène Beaudouin.
Franz Kafka devant la loi.”
Gérard Georges Lemaire spécialiste et biographe de Kafka, ainsi que les artistes exposants,  vous entraîneront  dans l'univers de l'écrivain et débattrons de son influence dans leurs créations d’aujourd’hui.

Partager cet article

Repost0
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 23:04

Partager cet article

Repost0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 21:23

White Spirit à la Maison de la Culture du Japon par Marie-Anne Chenerie

 

            Imaginez que vous ouvrez une armoire dans la maison de votre grand mère : la première impression que vous aurez est certainement celle d'une odeur , celle de la naphtaline . Peut être pourrez vous apercevoir ces boules blanches, brillantes, cristallisées, cachées au creux des vêtements ou des tiroirs, qui vous regardent comme les habitants secrets de l'armoire , les gardiens d'un temple du passé : odeur d'enfance, de changement de saison, de déménagement, de nostalgie, de mort, peut être ?

 

            « Ne joue jamais avec la naphtaline », me répétait ma grand mère , « c'est dangereux ». effectivement, Wikipedia m'informe que le naphtalène, dont est issue la naphtaline «  est toxique : risque d'anémie hémolytique, peut-être cancérigène  , et , d'ailleurs, le napalm, notablement utilisé lors de la Guerre du Viet Nam était initialement obtenu à partir de Naphtalène (d'où le "na") et d'acide palmique (d'où le "palm") .

            Pas très rassurant, et l'exposition de la jeune japonaise Aiko Miyanaga , à la Maison de la Culture du Japon, donne bien cette impression mélangée de danger, de nostalgie, de mystère : cachés à l'intérieur d'objets ou de meubles chargés d'histoire ( des murs de boîtes aux lettres oxydées , fermées au cadenas, avec des étiquettes mangées d'humidité ) ou des meubles Henri II , si lourds et si froids ( ceux de nos grand mères justement ) , ou des chaises «  de style » aux dossiers en faux cuir ( celles de nos visites dominicales obligatoires chez nos cousins) ,ces bijoux de naphtaline, qui représentent des objets familiers et étranges dans ce contexte : clés, jap-naphtaline3.jpg souliersjap-naphatline-5.jpg, réveil et qui se transforment avec le temps , pour disparaître finalement. 

           jpa-naphatline-6.jpg Vous vous penchez, vous respirez cette odeur , vous avez un peu peur ( l'installation dans l'obscurité avec les pieds de lit, le vieil oreiller taché et le secrétaire à moitié fermé est terriblement évocateur ) , à tel point que vous retrouvez avec soulagement la lumière du front de seine, que domine la Maison du Japon .

 

            Le blanc n'est pas la couleur de l'innocence , Tom Ford le dit d'ailleurs : « le blanc est le nouveau noir » . Quelque soit  le continent, le blanc réconcilie tous les moments sacrés et mystérieux de la vie , tous les passages , du linge de naissance au dernier linceul, ( la «  Reine Blanche » est la reine veuve , traditionnellement habillée de blanc au décès du roi) , les vestales romaines ou la robe de mariée , le blanc pur , sacré, étrange, fantomatique, jamais anodin.

 

            Noblesse aussi du blanc , et je me souviens des exclamations des rédactrices de mode, en avril 2004 , quand une gracieuse septuagénaire britannique  débarque gare du Nord, en blanc, avec quelques touches  de rougequeen-en-blanc.jpget de noir, autres couleurs sacrées . . Et James Dean, Bo Derek ou Courrègescourreges.jpg s'en sont emparés, bien loin des oies blanches sorties du couvent .

            Bravo encore à cette artiste pour son travail subtil , qui nous fait ouvrir les tiroirs de notre enfance , parfois ceux que nous avions enfouis dans notre mémoire .

 

            Oui, les fleurs blanches sont parfois dangereuses ... et les maquillages inquiétantsles cils blancs  .

 

Informations pratiques :

Doubles lumières , jusqu'au 26/06/10, du mardi  au samedi de 12h à 19h

Maison de la Culture du japon

101 bis quai Branly

métro Bir hakeim

tarif 3 €

Partager cet article

Repost0
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 23:12

Les fantasmes de Bettina par Marie-Anne Chenerie

 

            Les fantasmes de Bettina ….n'intéressent peut-être pas tout le monde !

            Au départ, j'ai été attirée par la dignité austère et légèrement poussiéreuse de la Bibliothèque Nationale ( rue de Richelieu ) , l'avertissement à l'entrée de la salle d'exposition  «  Certaines images de cette exposition peuvent choquer le public », la réputation de Bettina Rheims , les éloges dithyrambiques de la presse en général ( « érotique, fétichiste, surréaliste, Paris comme on ne l'a jamais vu ») , et je me suis donc réjouie de voir cette exposition .

            J'en suis ressortie , presque 2 heures plus tard ( la vidéo dure à elle seule 1h 35), déçue, songeuse , hésitante .

            Certes de très belles images en noir et blanc , des sites et monuments parisiens magnifiquement photographiés , comme cette vue de Notre Dame et du Palais de JusticeBR_palais-de-justice.jpg , des corps et des visages superbes, incarnés souvent par d'aussi grands acteurs  que Monica Belluci, Louise Bourgouin, Jean Pierre Kalfon , Valérie lemercier ..)

 

            Mais , ce qui me gêne , c'est que le « fil rouge » de ces photos ou de cette vidéo, à savoir le sado- masochisme ( pratique sexuelle , déviance , disent certains: l'excitation ne peut être produite que par la douleur et l'humiliation de l'autre , ou de soi-même d'ailleurs ) est trop explicite . Oui, tout  est là , très convenu  : bondages, talons aiguilles, cuir, menottes, sang, liens, amours lesbiennes, déguisements ( bien sûr la religieuse et la mariée ) .BR_-joconde-metro.pngTout est dit , explicité , décortiqué , de façon plutôt bavarde et , en tout cas, longue . Où sont les raccourcis  ( et l'humour-noir-) de Dali, du «  Chien Andalou », du « Charme Discret de la Bourgeoisie »?

            Pour moi, il est plus important, plus difficile, plus efficace aussi de suggérer que de montrer . Surtout dans cet univers si particulier de nos fantasmes personnels , où , à trop exposer ses propres fantasmes , on empêche le spectateur de fantasmer lui-même et on ne laisse aucune place , paradoxalement, au mystère et à l'improvisation.

 

            Je prends en contrexemple, le phénomène «  Bizarre », revue créée en 1954 par l'Anglais John Willie, homme amer, mort sans le sou, mais brillant ; beaucoup  de ces phénomènes SM, repris, voire récupérés  aujourd'hui par la mode, la publicité, le porno chic, en sont les héritiers . Voici quelques couvertures célèbres de son magazineBizarre_couv3.jpgbizarre_couv4.jpg Bizarre_couverture-1.jpg

 

Bizarre-_couv2.jpgMais je suis peut être trop sévère avec les fantasmes de Bettina ( Rheims) et Serge ( Bramly) : finalement, j'ai bien aimé cette scène avec Azzedine Alaia et son bichon maltais ( si blanc) , et Naomi Campbell,( si noire et si belle ) , sur le fameux canapé culte du design des années 70, ou encore ces vues de trains  ou de la gare d'Austerlitz .BR-_austerlitz.jpg

 

            Pour finir, une remarque : pourquoi le siège sur lequel les spectateurs s'assoient pour voir la video est-il si mal installé? Vous avez mal au dos, au cou, aux jambes, et vous vous demandez « mais quand est la fin ? »etc ...Une seule explication : le masochisme, ou le sadisme ! D'ailleurs , la réponse , très sérieuse, que m'ont faite les gardiens , que j'ai interrompus dans une  bruyante discussion sur les pronostics sud- africains,  me l'a confirmé : « oui, bien sûr, vous pouvez voir la vidéo ailleurs dans l'exposition, il y a 2 autres écrans , et vous pouvez rester debout. »( 1h 35, la vidéo, je vous le rappelle …)

            Un sourire pour finir : en sortant de l'expo, j'ai passé un long moment dans la boutique de Jean Paul Gaultier, juste à la sortie [JP-gaultier.jpg….

 

 

 

 

 

Informations pratiques :

« Rose, c'est Paris », jusqu'au 11 juillet

Bibliothèque nationale, BnF | Richelieu
3-5 rue Vivienne
75002 Paris

mardi - samedi de 10h à 19h
dimanche de 12h à 19h
sauf lundi et jours fériés

tarif plein : 7 €
tarif réduit : 5 €

 

Partager cet article

Repost0
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 22:25

 

 

 La fondation Cartier pour l'art contemporain est  un endroit pour les enfants grands et petits.  Lors de ma visite les poussettes et les doudous étaient de sortie, et je ne sais pas si l’exposition «Gosse de peintre » qui leur est dédiée a enchanté les jeunes visiteurs, mais moi,  je l’ai trouvé un excellent antidote à la morosité ambiante.


Takeshi Kitano  est connu pour ses multiples activités ; acteur, animateur de télévision, metteur en scène, peintre, écrivain. Le genre de personne dont on se demande : mais « comment fait-il pour faire tout cela ? ». Je  ne pense pas qu’il a laissé longtemps son énergie se faire manger par un  triste labeur  quotidien, sous la férule d’un  de nos terribles chefs français,  dont l’objectif est de jeter à  la porte ses employés, sans que ces derniers ne se jettent par la fenêtre.

Car Takeshi Kitano est japonais, je croyais que les patrons  de ce pays  se retrouvaient  relax le soir, à boire avec leurs collaborateurs en regardant des Geishas danser. Mais Takeshi Kitano dans une vidéo désopilante nous montre un PDG Japonais, complètement agité et obnubilé par l’espionnage industriel, qui  demande de se faire Hara-kiri à l’employé vaguement en faute : poncifs dénoncés ou récit délirant d’une expérience professionnelle mal vécue par l’auteur ?

 

D’autres écrans dans une salle rouge, tapissée des  nombreux  déguisements de ce personnage,  présentent des extraits des émissions qu’il anime à la télévision. Elles  tiennent de « Interville » et de ses vachettes, mais en beaucoup plus drôle et corsé. Des volontaires, ou du moins nous l’espérons,  immergés dans un bus sous l’eau ou propulsés dans l’air par un mécanisme à étincelles, hurlent filmés en gros plan.  


En contradiction avec ces scènes burlesques, l’homme apporte la poésie de vases-animaux, celle d’un arbre et d’une cabane ou cohabitent les esprits du mal et du bien.  Mais le point fort de cette présentation, qui nous ferait prendre son exposition pour un parc d'attraction et nous fait courir d’un point à l’autre avec avidité, ce sont ses délicieuses trouvailles scientifiques. Nous apprenons, entre autre,  la cause de la fin des dinosaures : handicapés par leurs trop petites mains, ils ne pouvaient pas se laver le derrière. Faisons un peu de météorologie avec différents vents et de philosophie avec les probabilités de l’apparition de la vie sur terre.


Le clou de l’exposition est  "Hideyoshi" une  locomotive fumante, qui manœuvre deux énormes pieds actionnant une petite machine à coudre Singer. L’orteil qui émerge des chaussettes rouge  habillant ces pieds est du plus bel effet. Il s’agirait « d’une métaphore ironique de l’art contemporain » : Takeshi Kitano est aussi cultivé !


Et le peintre dans tout cela ? Ses tableaux sont accrochés au sous-sol, joyeux et colorés ils ne se prennent pas au sérieux, et nous non plus.  

 

Beat Takeshi Kitano est vraiment un artiste polyvalent et jubilatoire !

 

"Avec cette exposition, j’ai sans doute voulu donner une autre définition au mot « art », qui soit moins conventionnelle, moins snob, plus décontractée et accessible à tous.”
Beat Takeshi Kitano


Gosse de peintre Beat Takeshi Kitano Fondation Cartier pour l’art contemporain, 261 Boulevard Raspail 75014 paris, jusqu’au 12 septembre 2010, entrée 7,50 €. Tous les jours sauf le lundi de 11h à 20h.

http://fondation.cartier.com/

Partager cet article

Repost0