Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 22:22

450px-Claude_Monet_1899_Nadar_crop.jpgClaude Monet (1840,1926)   est au Grand Palais, dans  une de ces grandes rétrospectives  parisiennes, où  je vais rarement découragée par l’idée de faire la queue,  trop désorganisée pour prendre un billet à l’avance et surtout peu attirée par une visite dans la foule.  Mais grâce à la carte blanche du musée d’Orsay, l’entrée de l’exposition est gratuite certaines journées, j’ai pu ainsi bénéficier  d’une arrivée en coupe-file près des toiles d’un monument de l’histoire de la peinture.

Dans l’exposition deux tableaux de forêt (1863)  nous accueillent, placés sur des  murs  foncés, ils déroutent, par leur  rendu presque photographique,  si différent de ce qui est connu du peintre.  120px-Claude_Monet_La_Grenouillere.jpgAprès cette mise en bouche forte mais  austère, le festival impressionniste commence. Les visiteurs équipés d’audio-guide, s’agglutinent  devant les vues de la Seine. La salle bourdonne  de ces équipements sonores  qui  leur donnent  une allure penchée, et soucieuse.

Le tableau, « la pie »(1869),  apparait,  enfin libéré de la glue d’une carte de bonne année, La neige miroite dans des couleurs chaudes et c’est  magique.

Au fil des salles les thèmes se succèdent.Claude_Monet_Pyramides_Port_Coton.jpg La mer de Belle-Ile  est plus inspirée que la mer Méditerranée. Des extraits de lettres de Monet expriment ses difficultés devant la tâche « je sais bien que pour peindre vraiment la mer il faut la voir tous les jours à toute heure et au même endroit pour en connaitre la vie à cet endroit là ».  « Vous ne pouvez vous faire une idée de la beauté de la mer depuis deux jours, mais quel talent il faudrait pour rendre cela, c’est à rendre  fou » « on nage dans le bleu c’est effrayant »...

La ville et la modernité  sont  abordées  par des  tableaux de la gare Saint-Lazare, Monet avait obtenu une autorisation pour y travailler. Egalement dans le domaine  ferroviaire, deux tableaux présentent à des heures différentes, le même viaduc, Fumée au vent,  la locomotive est toujours placée au même endroit. Claude Monet travaille par série les dernières salles en font une présentation magistrale : les multiples versions d’un même sujet sont  regroupées cote à cote : champs de meules, cathédrale de Rouen402px-Claude_Monet-_The_Portal_of_Rouen_Cathedral-_le_Porta.jpg, pont de l’étang de Giverny, femme à l’ombrelle, Les vues de Londres…

Les 200 toiles de celui qui disait « c’est à force d’observation et de réflexion que l’on trouve », nous "décrassent"  les yeux, elles  montrent que malgré  ses doutes, qui nous touchent,  Claude Monet  a effectivement sut découvrir comment restituer sur un morceau de toile avec des pinceaux et de la couleur, la beauté de ce qui l’entourait.

 

Informations Pratiques

Jusqu’au 24 janvier 2011

Galeries Nationales du Grand Palais 3 avenue du Général-Eisenhower 75008 Paris

 

Visuels : Wikimedia Commons

Repost 0
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 11:54

tarlatane.jpgDe l’imprimerie de la rue Charaire à Sceaux (92) sont sorties non seulement les albums tels que les Pieds Nickelés , la semaine de Suzette et Bécassine ainsi que L’Almanach Vermot, mais également les « polars » de la collection du Masque à la célèbre  jaquette jaune.  sherlock.jpgL’imprimerie a fermé ses portes en 1972, après un siècle d’existence. Elle se situait à l’emplacement de la bibliothèque municipale qui lui rend actuellement hommage.

En effet, c’est sur le thème du « Masque » que l’atelier de gravure  La Tarlatane  de Sceaux, propose  actuellement  une exposition d’estampe et ce jusqu’au  30 septembre.

Plusieurs techniques sont employées, dont celles qui permettent plusieurs couleurs sur la même estampe, par utilisation de plusieurs plaques ou bien à la poupée.  Les outils de la gravure et les plaques de cuivre ou de zinc gravées sont exposées, cela permet de confirmer que la plaque gravée est généralement aussi belle que son résultat après impression.

 Les graveurs ont su s’inspirer du thème du masque, un peu « casse-gueule », sans tomber dans le poncif et le mièvre et illustrer à leur façon la célèbre collection.

 

Information Pratiques :

 

Bibliothèque de Sceaux  7, rue Honoré-de-Balzac 92330  Sceaux, 01 46 61 66 10 , Mardi : 12h30 à 18h, Mercredi : 10h à 18h, Jeudi : 14h à 19h30, Vendredi : 14h à 18h, Samedi : 10h à 18h.

 

La Tarlatane : 54 rue de Bagneux 92330 Sceaux

Repost 0
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 23:32

Actualité d’automne, dj-im-tirage-petit.jpg

Sur chaque objet posé

s’éveille

une ombre d’automne

Takahama Kyoshi

 

Morhange, (Moselle)  Salon international de la gravure, à la Maison du Bailli jusqu’au 26 septembre 2010, tous les vendredis, samedis et dimanches de 14h00 à 19h00 (possibilité de visite pour groupe sur rendez vous  au 06 08 62 12 14) http://saloninternationaldegravuredemorhange.blogspot.com

 

Chamalières, Auvergne,  8ème MONDIAL de l’ESTAMPE et de la GRAVURE ORIGINALE, Triennale de Chamalières du 9 octobre au 27 novembre 2010  http://www.mondial-estampe.com/

 

Pont-l'Evêque, Pascale Hemery présente à l’espace des Dominicaines, « Vertiges urbains » ses gravures inspirées par les grandes métropoles, Berlin, Lisbonne, ou New-York,  Exposition du 25 septembre au 12 décembre 2010. En  septembre ouverture  de  10h30 à 12h30 et de 14h30 à 18h du mercredi au dimanche inclus,  d’octobre à décembre de 14h30 à 18h du mercredi au dimanche inclus. Espace culturel les Dominicaines Place du Tribunal 14130 PONT-L'EVEQUE 02.31.64.89.33ombres-2.jpg

Visuel "Ombres du métro", 2010, dessin à la tempéra, 112 x 37

 

Etables, (22 : Côtes d’Armor) Anne Le Menn présente ses gravures, chez Goelab  jusqu’au 30 octobre Voir Article


Boulogne Billancourt, 92,  « L’Érotisme de Marcel Gromaire : des nus en quête d’idéal », Peintures, dessins, eaux-fortes10 novembre 20 février . Musée des Années 30, "Espace Landowski" 28 av André Morizet 92100 Boulogne-Billancourt


Fontenay aux Roses,  92, Portes Ouvertes des Ateliers d'Artistes, manifestation organisée annuellement par la ville, nous vous conseillons un passage aux Ateliers  Rigal, au siège de l'association des amis, qui présenteront  quelques livres de poésie illustrés et édités par René Rougerie. 31 rue Boris Vildé à Fontenay aux Roses. , vendredi 24, samedi 25, dimanche 26 septembre 2010 de 14h à 19h

Puis chez Sylviane Canini, elle ouvre son atelier de gravure au 40 rue Gabriel Peri  Fontenay aux Roses, et accueille Catherine Lévèque sculpteur,  vendredi 24 14h à 18h, samedi 25, dimanche 26 septembre 2010 de 14h30  à 19h30


Gravelines, David Lynch lithographe, jusqu'au 17 octobre, Voir Article


Vannes, Olivier Debré « Signes-Paysages / Signes gravés », Musée des Beaux-Arts, jusqu’au 30 septembre 2010, tous les jours de 10h à 18h.


Paris, exposition de gravures de Deborah Maris Lader et Misha Goro  à la galerie La Hune-Brenner 3 rue Ravignan 75018 (métro Abesses) jusqu'au 23 sept 2010.


Paris, Xylographies de Georg Baselitz à galerie Catherine Putman, "Big Night (Remix)" Sur fond d’encre noire, des grands voire très grands format d’une écriture violente, une représentation heurtée et fluorescente d’une silhouette humaine, inquiétant mais tonique. galerie Catherine Putman 40, rue Quincampoix 75004 Paris.

  affiche-exposition-Senat-2010W.jpgParis, Arbre et art Orangerie du Sénat, 3 sculpteurs et 1 graveur dévoilent leurs oeuvres pour exprimer leur approche et leurs relations sensibles avec l’Arbre. Les artistes associés à cette aventure sont : Jean-François Bertrand, Didier Rousseau, Dan Sprinceana et François Houtin, ainsi que les élèves de l’École Boulle. Orangerie du Sénat  Jardin du Luxembourg - 75006 Paris Accès porte Férou (rue de Vaugirard) Entrée libre 10 h - 18 h 30

Paris, Musée du Louvre "Antoine Watteau et l'art de l'estampe" jusqu’au  11 octobre  . Aile Sully, 2e étage, salles 20-23. Tarifs collections permanentes Voir Article


Paris, Le Musée des Arts décoratifs est fort intéressant ces temps ci :

« La Belle Epoque de Jules Chéret : de l’affiche au décor », le peintre graveur et affichiste jusqu’au  7 novembre 2010,  

« Histoire Idéale de la Mode Contemporaine Vol.1 : 70-80 » 
Jusqu'au 10 octobre 2010 Voir Article

Et « circuits céramiques », la scène contemporaine française se mélange avec bonheur aux collections du musée, Emmanuel Percatte, Wayne Pisher, Nathalie Domingo et bien d’autres.

Les Arts Décoratifs - Publicité 107 rue de Rivoli  75001 Paris  Métro : Palais-Royal, Pyramides ou Tuileries 01 44 55 57 50


Paris, « La collection Villemot » Présentation de l’affichiste Bernard Villemot, son nom reste associé  aux marques Orangina, Bally ou Perrier, et à  de grandes campagnes des années 1950-1960. BNF du 5 octobre 2010 au 28 novembre 2010 François-Mitterrand / Galerie des donateurs.

 

Paris, BnF, les estampes d'Hans Hartung ,  site François-Mitterrand / Galerie François Ier du 12 octobre 2010 au 16 janvier 2011 : Hans Hartung (1904-1989) est l'un des plus grands représentants de la peinture abstraite. La Bibliothèque nationale de France propose une rétrospective de l'oeuvre imprimé de Hans Hartung (gravures et lithographies). La collection de la BnF qui provient du dépôt légal, ainsi que d'une donation de 344 estampes données en 2010 par la Fondation Hartung-Bergman.


Nous sommes intéressées par vos informations sur l’estampe n’hésitez  pas à nous les faire parvenir.

Repost 0
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 23:26

Nous continuons la série des expositions dans les grands magasins entamée par Marie-Anne Chenerie sur  le  Bon Marché, par celle que propose le BHV sous le titre intriguant de « Courant d’air au rayon de la quincaillerie paresseuse ».  Tout d’abord, une précision, c’est au 5eme étage du BHV de la rue de Rivoli, et non pas au sous-sol, rayon bricolage, où je me suis tout d’abord précipitée alors que nulle fuite ou travaux urgents ne le nécessitait.


Pour atteindre la rotonde inondée de lumière, et dotée d’une belle vue sur la tour Saint Jacques, nous passons par un sas, couloir blanc éclairé par les néons multicolores de John Armleder, et nous entrons dans la salle du « ready made » post Duchampien, où trône un véritable porte bouteille des années 80 en plastique (prêté par un collectionneur !). Il rappelle que Marcel Duchamp a réalisé « le porte bouteille » à partir d’un modèle acheté au BHV. Car le «  ready made »  dont il est l’initiateur  utilise des objets manufacturés pour les assembler  et constituer ainsi une « oeuvre » avec un minimum de moyens.assiette-.jpg


 Marcel, (Duchamp) a décidé depuis sa fontaine de 1917 que les plaisirs « rétiniens » ne sont pas à l’ordre du jour.  L’artiste ne  peint  plus : il  a une idée  et il y a intérêt à avoir l’esprit vif, car ce n’est pas évident de deviner que les étagères de Mathieu Mercier sont une allusion à Mondrian, et non pas des étagères noires avec un pot rouge dessus et une bobine de fil rouge de l’autre coté. Tandis que  l’assiette de pyrex genre cantine sur laquelle est posée une lame de rasoir, fait référence à l’enfance (Claude Lévèque), coté minimalisme l’exercice est réussi.

Heureusement, une jeune femme est disponible pour expliquer.  Et la pièce qui parait vide à première vue tant les pièces semblent incompréhensibles, s’anime au fil des explications.  Le titre Suspens, pour un bidon d’essence posé sur un feu artificiel très british (Pierre Ardouvin), est drôle suspenet il serait même possible de s’échapper par la corde de Delphine Coindet, car l’art est une évasion, mais la proposition est en l’air,  il ne faut quand même pas faire n’importe quoi avec des œuvres d’art !

 

 

bhv_logo.jpgInformations pratiques : L’observatoire du BHV « Courant d’art au rayon de la quincaillerie paresseuse »

BHV 52, rue de Rivoli 75004 Paris, jusqu’au 30 octobre 2010

 

Visuels

Claude LEVEQUE
Sans titre, 1991
Lame de rasoir et assiette sur socle à
hauteur de vue
24 x 138 x 24 cm
© Photo Hughes Bigo, ADAGP Claude
Lévêque. Courtesy the artist and kamel
mennour, Paris

 

Pierre Ardouvin
Suspens – 2006
Feu artificiel, jerrican, alimentation
électrique
31 x 25 x 52 cm
© Collection privée, Les Brévaires

Repost 0
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 21:44

Que reste-il d’une visite d’exposition après quelques semaines ?


De ma visite  au Musée de la Poste, qui s’appelle maintenant  « L’adresse », pour « Aragon et l’art moderne »,  de  juin, que me reste-il,  en plus du marque page offert à l’entrée ?


Un immense portrait d’Aragon, nous accueillait, le poète y a le regard intense des portraits de cette époque.   Un panneau et sa biographie : l’histoire familiale est compliquée,  Aragon a été élevé par sa grand-mère,   tandis que  sa mère biologique se faisait  passer pour sa sœur, afin de préserver sa réputation.  Il était le fils illégitime d’un notable.   


  • Des dessins de Matisse, des dessins de Matisse des tableaux de Matisse.
  • Une tapisserie aux couleurs vives.
  • Une aquarelle  de l’église de Locronan par Yves Tanguy : une pensée  émue pour le beau pays Breton.
  • La Mona Lisa de Duchamp et sa moustache.

Aragon a beaucoup écrit sur les peintres.


Des tableaux réalistes de chantres de la classe ouvrière. Une vidéo montre un film sur une exposition en Pologne à cette époque : quel sérieux dans l’enthousiasme de rompre avec un capitalisme dégénéré. Certains tableaux étaient vraiment intéressants, mais  c’est bête je ne me rappelle pas les noms de ces peintres.  


Aragon était engagé politiquement et de gauche.


Des comédiens qui déclamaient des textes en déambulant, l’ un jouait Aragon un autre Elsa.


Aragon aimait Elsa, elle était brillante, mais il la trompait : déception !


En sortant,  comme  le demandait Aragon, j’ai cherché à le lire, j’ai emprunté   « Les Cloches de Bâle » à la médiathèque et j’ai vécu quelques heures avec ses héroïnes  Diane et Catherine.

Il reste pas mal de choses d’une exposition, j’ai bien fait d’y aller.


affichearagonInformations pratiques : Attention ce sont les derniers jours : « Aragon et l’art moderne », jusqu’au 19 septembre, L’adresse Musée de la Poste 34 boulevard de Vaugirard 75015 Paris

De 10 à 18h sauf dimanche et jours fériés.

Repost 0
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 19:41

La Comédie Humaine : 400 personnages gravés par Marie-Anne Chenerie

 

            La Maison de Balzac, rue Raynouardmaison-de-balzac.jpgaux plafonds bas et au jardin si inattendu ,  est un lieu hors du temps, miracle préservé d'atmosphère provinciale , qui sent la cire et le buis , au milieu de ces immeubles de Passy, si hauts, fermés sur leurs occupants , et où soleil et animation semblent avoir tellement de mal à entrer .

 

            Il existe une salle étonnante maison-de-balzac--salle-de-la-comedie-humaine.jpghumaine ]dans ce « musée-maison », une aubaine pour l'amateur de gravure : la galerie des portraits des personnages de la Com

édie Humaine , somme romanesque d'Honoré de Ba

lzac . Ces noms :Eugénie Grandet, le Père Goriot, Madame de Mortsauf, le Baron de Nucingen, Vautrin, vous évoquent certainement des souvenirs de jeunesse.

            Voici ces personnages, saisissants, vivants dans cette salle tendue de velours rouge sombre, présentés, soit sur des bois gravés encrés (parties creuses en blanc, parties en relief en noir, montrant l'image inversée gauche/droite de la gravure imprimée)  , soit sur le support métallique tiré du bois gravé .

            La plupart des « plaques » ont été dessinées par Charles Huard et imprimées par différents éditeurs dont le premier et le plus fameux est l'éditeur Furne .

 

            La prouesse technique est digne d'être soulignée: la gravure sur bois est obtenue par la taille d'un bois très dur, souvent le buis ; les planches sont de la même épaisseur que celle des caractères d'imprimerie (2,356 cm) : elles ont donc pu être imprimées en même temps que le texte , sur les nouvelles presses du XIXè siècle , ce qui marque un grand progrès technique .

            Les bois, en raison de leur relative fragilité et de leur coût ne peuvent être employés pour des tirages importants, aussi les a t-on dupliqués en métal : le bois gravé est moulé à la cire et cette empreinte est soumise à différents traitements, de façon à recouvrir l'ensemble par électrolyse d'une couche de cuivre, qui remplit les creux du moule, reproduisant très fidèlement la gravure sur bois.

            Une fois ce travail achevé, le cuivre est monté sur une «  semelle » de chêne de façon à obtenir la hauteur nécessaire pour l'impression.

            L'ensemble est passionnant de finesse et d’observation. pere-goriot_furne.jpg

balzac-le-cure-de-tours.jpg

mme-vauquer_furne.jpg

vautrin_furne.jpg

            Et puis, partout présent dans cette maison, il y a le personnage de Balzac ,Balzac.jpg, où l'on devine la force, la vitalité, mais aussi la volonté poussée à l'extrême , jusqu'à la destruction ou l'autodestruction : Balzac est mort à 51 ans, tué par ses excès : des journées de travail de 18 heurs , soutenues par une quarantaine de tasses de café par jour , un endettement sans fond, qui le pousse dans des entreprises de plus en plus invraisemblables: imprimeur lui même, négociant en bois, cultivateur d'ananas dans ses serres de ville d'Avray , exécuteur testamentaire ....En fait, dilettante et instable , ne raconte -t-on pas que, lors de ses premières expériences comme clerc de notaire, il s'est vu adresser un jour par le premier clerc ce mot «  M. Balzac est prié de ne pas venir aujourd'hui à l'étude, car il y a beaucoup d'ouvrage » .

            Un personnage à la fois antipathique, hâbleur, au physique peu soigné (jambes courtes, ventre proéminent, chevelure à la propreté approximative), mais aussi attachant, sincère, travailleur acharné, (comme le montrent ses manuscrits  construits et reconstruits, y compris après l'impression …) balzac-manuscrit.jpget  amoureux passionné .

            «Il a porté toute une société dans sa tête» d'après ses propres mots, société que l'on retrouve dans ces magnifiques gravures.

 

A ne pas manquer en novembre : Louise Bourgeois à la Maison de Balzac « Moi, Eugénie Grandet »

 

 

Informations pratiques :

Maison de Balzac

47 rue Raynouard, 75 016 , métro Passy, La Muette

Entrée libre

 

Les illustrations de cet article proviennent de Wikipedia et des illustrations du musée Balzac ; les anecdotes sur la vie de Balzac sont extraites de l'excellent ouvrage de Guy Godlewski «Ces grands esprits fragiles »

Repost 0
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 22:50

Monet et l’abstraction au Musée Marmottan Monet Paris

 

Mandatée par une amie de trouver un musée ouvert en nocturne, un mardi soir de fin aout à Paris, une recherche de  Monsieur Google  me répond en proposant, « Marmottan-Monet », quelques clics plus tard, il me semble que « Monet et l’abstraction » sera un endroit parfait pour se raconter les dernières vacances.  Je déteste les bavards des les expositions, qui les ponctuent de : « il est joli ce tableau !»  Mais nous sommes tous dotés de contradictions.

800px-Musee_Marmottan.JPG

Dans Paris désert, nous nous retrouvons facilement  et entrons sans attente. A Marmottan, les pièces bourgeoises sont tapissées des œuvres de Berthe Morisot, Berthe Morisot - Girl with Greyhound - 1893c’est l’été toute l’année ici. Après ce charmant préambule nous attaquons l’exposition.  


 

La première salle ne comporte que des toiles du maître : Claude Monet (1840-1926). Certains tableaux sont étonnamment abstraits, ce sont des ébauches restées en état ? Mon amie me souffle à l’oreille, « il était devenu aveugle pendant une période !». Nous regardons les dates des tableaux, le plus foncé « Leicester Square » date de 1900, il devait vraiment être fatigué, mais ce tableau est d’une grande contemporanéité.


Nous descendons des marches, au sous sol, la  lum ière semble  mauvaise et les murs un peu sales,  le tableau  « Impression, soleil levant » de 1873, a un petit soleil orange. 220px-Claude_Monet-_Impression-_soleil_levant-_1872.jpgIl y a une tache orange aussi dans le Kandinsky « Image avec trois taches » de 1914. Appliquées nous cherchons également une tache orange sur celui  d’à coté.


La lecture des explications n’est pas très éclairante, après une journée de travail nous avons mal aux pieds, nous nous asseyons sur un banc. Petit à petit, les tableaux se mettent doucement à vivre, les couleurs jouent passent d’une toile à l’autre,  ils sont en phase et nous rendent bonne cette fin de journée.


Un groupe passe, écoutant une dame très classe expliquer la post abstraction, nous aimerions en savoir plus, mais nous sommes fatiguées et comme aurait dit  la fille de l’amie qui m’accompagne, « on ne vas pas en plus faire une visite guidée ! ». A la réflexion peu importe qu’elles aient été peintes par un peintre atteint de la cataracte ou par d’autres  à une période ou ce type d’expression est devenu une norme,  de savoir lequel  a commencé et  a influencé les autres : les œuvres nous plaisent et nous nous taisons !

 

 

marmottant-.jpgInformations pratiques

Monet et l’abstraction

2, rue Louis-Boilly 75016 Paris

Du mardi au dimanche de 11 à 18 h, nocturne le mardi jusqu’à 21 heures.

Jusqu'au 26 septembre 2010

 

Visuels Wiki Commons

Repost 0
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 22:11

L'homme aujourd'hui : un être fragile ? par Mairie-Anne Chenerie

 

Loic Prigent ,[loic-prigent-expressfr.jpgréalisateur et journaliste, nous montre avec acuité et tendresse plusieurs facettes de l'homme des années 2010 l-homme-expressfr.jpg dans une exposition  au sous-sol du Bon Marché ( oui, le magasin )  .

 

Je vous conseille d'y aller : c'est beau, court, pertinent, poétique . La beauté y est célébrée , celle des jeunes hommes , par exemple, ces immenses, hautains et mystérieux jeunes Kazhaks  ( en clôture du défilé dont voici la vidéo )


 

,ou ces photos de Paris , classiques certes , mais qui sont toujours un grand plaisir , ou ces espaces  très  urbains , à la mode , comme  ces murs graffités de la Gare d'Austerlitz , au décor soigneusement « peu travaillé», ou de la Halle Freyssinet pour le défilé Dior Homme printemps-été 2011( décidément, le décor ferroviaire se porte bien) .

 

J'en retiens aussi ce visage , unique et multiple , de la vidéo de Pascal Loubet , construit par la compilation électronique de 40 visages d'hommes : vous comprenez soudain ce qui fait que vous reconnaissez un visage : ce plissement de la paupière,  la pupille étrécie, le sourcil imperceptiblement levé , l'asymétrie – les visages ainsi composés sont anormalement symétriques, ce qui induit souvent une impression de malaise , impossible à définir - . Nous avons tous fait cette expérience curieuse de voir tout d'un coup un visage aimé et familier basculer dans l'étrangeté ,l-homme-pascal-loubet.jpg tout simplement parce qu'une infime partie de ce visage a été modifiée , tel un visage d'adolescent qui se construit .

 

C'est aussi une exposition drôle : vous y voyez un homme porter une chemise boutonnée dans le dos,( essayez, c'est très inconfortable, mais très original ! ) ou le grand prêtre , Albert Elbaz, exact contre-point de la beauté de ces jeunes mannequins, dire simplement «  naze » ou «  beau » , sur un détail dont l'importance vous échappe. Et renvoyer une création aux oubliettes ou la porter aux nues , sans être dupe de lui-même . 

 

Si je tente  de résumer , voici quelques attributs importants de l'homme aujourd'hui ( du moins du Parisien ) : le jean, le tee-shirt blanc, Facebook,( évidemment consulté au saut du lit, voire en continu dans le lit ), le chien ( très important , le chien à Paris , c'est une question de look, mais n'est-ce-pas aussi une compensation à une vraie solitude ? ) , et ..les poils ( barbe et cheveux essentiellement ) .

 

Dépassées la cigarette avec l'oeil plissé par la fumée, à la Belmondo, la cravate sur une chemise au col déboutonné, la voiture , tout est plus complexe, plus subtil, plus fragile  aussi . 1983_belmondo1.jpg 

 

Voici une exposition subjective, sensible, drôle  et qui, sans avoir l'air d'y toucher, nous parle de la création et de la beauté .

 

Informations pratiques : le-bon-marche.jpg 

Exposition l'homme par Loïc Prigent du 28 août au 16 octobre, au Bon Marché Rive Gauche, 24, rue de Sèvres, 75007 Paris

Entrée gratuite

Les images de cet article sont extraites des blog «  l'expres.fr », « blogspot » et « photoparis »

Repost 0
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 20:47

le-c-dre-aqutinte-de-JJJ-Rigal.jpgPRIX RIGAL POUR LES ENFANTS ET L’ENCOURAGEMENT À LA GRAVURE

L’association des amis d’Edmond et de JJJ Rigal organise un  concours de gravure pour les enfants,  le  dimanche 5 septembre  de 10 h. à 18 h.  au  FORUM DES ASSOCIATIONS au Gymnase du Parc de Fontenay aux Roses (92)  sur le STAND N° 30. 

 

Les Ateliers Rigal mettent à disposition une presse taille douce et un pressier pour imprimer devant le public et proposer tant aux enfants qu’aux adultes de se familiariser avec la gravure.

 

 

Un Prix est destiné aux enfants participant à la découverte de la gravure sur le stand de l’Association.

 

Le jury se réunira à 17h sur le stand de l’Association et remettra le Prix à 17h 30 sur le stand ou sur le tatamis en présence du lauréat (e).

Le lauréat ou la lauréate sera membre du jury l’année suivante.

La récompense est une gravure encadrée réalisée par J.J.J. RIGAL dans son jeune âge.

Repost 0
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 21:15

135634-une-shpinx-jpg_45448-marian-goodman-gallery.jpg

William Kentridge au Louvre : le chemin de la liberté par Marie-Anne Chenerie

 

            Après le Jeu de Paume ( voir article ) , voici Kentridge dans la Salle d'Actualité des Arts Graphiques Au Louvre  et dans  de  courtes vidéos , présentées … dans le baldaquin de Louis XIV video-louis-14-lunettes-rouges.jpg.                        plafond-louis-14-source-louvre.jpg 

            Vous remarquez  d'abord le personnage: une « bonne » cinquantaine, sérieux, mûr, certainement diplômé; sa chemise blanche et son pantalon sombre vous confirment cette première impression : un homme de bonne société . photo-kentridge.jpg

            Puis vous voyez un détail : ses «  lunettes-monocles » dont il joue : est -il aussi classique qu'il en a l'air ?  Si j'insiste sur cette apparence , c'est que l'artiste en est l'inverse : provocant, ironique, destructeur, loufoque, mais il sait aussi jouer de sa culture et de son éducation .

            A cause de ( grâce à ? ) la disposition des deux expositions, on parcourt de nombreuses salles du Louvre et c'est finalement très bien et très astucieux, car nous nous imprégnons au passage de  ce qui fait notre richesse : les plafonds dorés, les peintures italiennes , les salles des marbres grecs, et, surtout,  le département des Antiquités Egyptiennes , Horus, le Scribe assis, e grand Sphinx de granit rouge dans sa cave voûtéehorus.jpg135634-une-shpinx-jpg 45448 marian goodman gallery, salles finalement assez vides, car les trois quart des scribe-archeoblog.jpgvisiteurs sont devant la Joconde et la Victoire de Samothrace .

 

            Peut on faire de la politique en dessinant ? Kentridge répond oui , car la provocation , l'ironie, l'ambiguité, la contradiction, l'incertitude, tous ces éléments présents dans les dessins , les collages, les constructions et déconstructions de Kentridge sont à l'inverse des valeurs du totalitarisme , de la certitude , de l'intolérance . La poésie peut, elle aussi, être politique , c'est l'échappée qui rend l'homme libre dans sa prison.

            Kentridge joue également  de l'énigme avec un plaisir manifeste, celle du Sphinx, évidemment,  personnage lui même ambiguë, mi homme mi animal, mi homme mi femme : le sphinx,Kentrige21mâle, est mis à la mode après la campagne d'Égypte; il se substitue à la sphinge grecque à buste de femme, utilisée à l'époque Louis XVI. Pour Kentridge, par exemple, l'énigme, ce sont ces tâches d'encre jetées sur les pages d'un vieux cahier de comptes et qui donnent, une fois ces pages ouvertes, le merveilleux dessin d'un être élégant, mystérieux, qui s'enfuit hors du livre ouvert , et de la vidéo, sur ses longues jambes .

            Mais Kentridge nous dit aussi – et c'est là une interprétation personnelle – ses doutes personnels, sa fragilité, ses contradictions : il est juif dans un environnement d'abord chrétien, il est blanc à la limite du monde noir , il est différent, comme le sont ses oeuvres.

 

            Provocation, humour, dérision , légèreté, profondeur , gaieté, solitude, ce sont les chemins de la liberté pour Kentridge.

 

Informations pratiques :Cette exposition s'est tenue du 1er juillet au 30 août 2010
Tous les jours, sauf le mardi, de 9h à 18 h, les mercredi et vendredi jusqu’à 22h.

Musée du Louvre
101 r Rivoli
75001 Paris

 

Les illustrations sont tirées des images du Louvre, du Jeu de Paume, des blogs «  Lunettes Rouges » et « Artistikrezo »

Repost 0