Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 22:22

450px-Claude_Monet_1899_Nadar_crop.jpgClaude Monet (1840,1926)   est au Grand Palais, dans  une de ces grandes rétrospectives  parisiennes, où  je vais rarement découragée par l’idée de faire la queue,  trop désorganisée pour prendre un billet à l’avance et surtout peu attirée par une visite dans la foule.  Mais grâce à la carte blanche du musée d’Orsay, l’entrée de l’exposition est gratuite certaines journées, j’ai pu ainsi bénéficier  d’une arrivée en coupe-file près des toiles d’un monument de l’histoire de la peinture.

Dans l’exposition deux tableaux de forêt (1863)  nous accueillent, placés sur des  murs  foncés, ils déroutent, par leur  rendu presque photographique,  si différent de ce qui est connu du peintre.  120px-Claude_Monet_La_Grenouillere.jpgAprès cette mise en bouche forte mais  austère, le festival impressionniste commence. Les visiteurs équipés d’audio-guide, s’agglutinent  devant les vues de la Seine. La salle bourdonne  de ces équipements sonores  qui  leur donnent  une allure penchée, et soucieuse.

Le tableau, « la pie »(1869),  apparait,  enfin libéré de la glue d’une carte de bonne année, La neige miroite dans des couleurs chaudes et c’est  magique.

Au fil des salles les thèmes se succèdent.Claude_Monet_Pyramides_Port_Coton.jpg La mer de Belle-Ile  est plus inspirée que la mer Méditerranée. Des extraits de lettres de Monet expriment ses difficultés devant la tâche « je sais bien que pour peindre vraiment la mer il faut la voir tous les jours à toute heure et au même endroit pour en connaitre la vie à cet endroit là ».  « Vous ne pouvez vous faire une idée de la beauté de la mer depuis deux jours, mais quel talent il faudrait pour rendre cela, c’est à rendre  fou » « on nage dans le bleu c’est effrayant »...

La ville et la modernité  sont  abordées  par des  tableaux de la gare Saint-Lazare, Monet avait obtenu une autorisation pour y travailler. Egalement dans le domaine  ferroviaire, deux tableaux présentent à des heures différentes, le même viaduc, Fumée au vent,  la locomotive est toujours placée au même endroit. Claude Monet travaille par série les dernières salles en font une présentation magistrale : les multiples versions d’un même sujet sont  regroupées cote à cote : champs de meules, cathédrale de Rouen402px-Claude_Monet-_The_Portal_of_Rouen_Cathedral-_le_Porta.jpg, pont de l’étang de Giverny, femme à l’ombrelle, Les vues de Londres…

Les 200 toiles de celui qui disait « c’est à force d’observation et de réflexion que l’on trouve », nous "décrassent"  les yeux, elles  montrent que malgré  ses doutes, qui nous touchent,  Claude Monet  a effectivement sut découvrir comment restituer sur un morceau de toile avec des pinceaux et de la couleur, la beauté de ce qui l’entourait.

 

Informations Pratiques

Jusqu’au 24 janvier 2011

Galeries Nationales du Grand Palais 3 avenue du Général-Eisenhower 75008 Paris

 

Visuels : Wikimedia Commons

Partager cet article

Repost 0

commentaires