Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 21:29

Messages de Jean Le Gac à Rennes par Anne Le Menn

Avis aux esthètes rennais, le peintre de Jean Le Gac a laissé des Messages, il  a posé ses pénates en Bretagne, c’est bath ! selon l’expression qu’utilisait ma grand-mère. Il est visible dans la galerie Nathalie Clouard, tout près de l’école des Beaux-Arts.

photo-le-gac.jpgJ’ai  essayé de les décoder, ses messages : détail d’un torero à terre dans un vêtement d’une belle texture colorée, mais  également la paire de lunette d’aviateur boîte d’aquarelle, boussole…. Des autoportraits du peintre ainsi équipé, sans doute paré au départ imminent sur sa mobylette, pour de nouvelles aventures.  Il est possible  d’observer une utilisation intensive du post-it pour communiquer les informations qui seraient utilisables. Tout cela reste un peu opaque au niveau du contenu « ce sont des œuvres F.O.M.E.C mnémotechnique militaire afin de se rappeler les consignes pour se cacher et se protéger en face d’ennemis. »

Quel plaisir de retrouver Jean Le Gac, après la belle exposition  à Paris au carré de Baudoin dans le XXe arrondissement (voir article) , l’alliance du dessin classique d’inspiration déjantée et du texte me  séduisent toujours par leur humour et leur décontraction. Du beau travail, d’un artiste déterminé à « …déclencher l’opération contre l’obésité de l’art ».

Jean Le Gac sait cultiver la modestie et l’humour, si tout le monde en faisait autant , ce serait vraiment bath !

Information Pratique Galerie Nathalie Clouard  22 rue Hoche 35000 Rennes, du mardi au samedi de 14 h à 19 h, jusqu’au 5 mars 2011. http://www.galerie-nathalie-clouard.com/artiste-36-jean-le-gac.php

textes de Jean Le Gac

Visuel galerie

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 19:51

Paris Tableau , Salon de la peinture Ancienne : à quoi rêvent les marchands? par Marie-Anne Chenerie

 

            Aujourd'hui, n'importe quel acteur du marché de l'art ( français ou international ) vous le dira , un Basquiat se vend beaucoup mieux et incomparablement plus cher qu'un  Louise Moillin ou un Lucas Cambiaso, le dernier Modigliani a « fait» 76 M $ à New York  et une acrylique sur toile de  JonOne, artiste «street art»  se vend 32 500 € cet automne chez Artcurial . Savez-vous, comme le souligne le galeriste Jean-François Heim  qu'avec le produit de la vente du Modigliani, il est possible de constituer une collection unique de chefs d'oeuvre de l'art ancien

            Que faire pour affirmer la présence et l'importance de la peinture ancienne, celle sans qui tous ces artistes n'existerait pas et qui reste boudée par le marché . Certes les riches clients du Golfe , de la Chine ou de l'Inde   rachètent leurs antiquités et leurs pièces de maitre ,  mais aujourd'hui, comment valoriser à son juste prix un  «fonds d'or» italien, ou la vue intérieure et dépouillée d'une église flamande , ou une page d'études au lavis d'un peintre peu connu ?

 

            La réponse est apportée par 10 grands marchands parisiens : le 16 décembre 2010,  ces spécialistes du  tableau ancien se réunissaient ( en présentant chacun une de leurs oeuvres préférées ) pour le lancement de Paris Tableau,  le premier salon du tableau ancien , avec pour objectif de promouvoir les galeries spécialisées dans la peinture de 1300 aux années 1850,  et assurer le rayonnement de la place de Paris, mise à mal par d'autres grands salons . lancret-70e25.jpg

 

            Alors, à quoi rêve un marchand de tableau ? Tous répondent : acheter, toujours acheter . Ces personnages, brillants, policés, cultivés, souvent , mais pas toujours , génétiquement programmés , comme les Aaron ou les Jonckheere, nous disent tous que, ce qui les fait vivre ( non pas au sens financier mais au sens de l'énergie vitale ) , c'est la recherche,   la poursuite , parfois vaine, ou la découverte inattendue , l'émotion extraordinaire qui se retrouve dans une salle des ventes de province  devant un dessin apparemment anodin, ou lors de la dispersion d'une collection qui n'intéresse pas les héritiers , trop attirés vers d'autres valeurs  .Bref, bien avant la vente , c'est l'achat et tous les risques qui vont avec . Un tableau qui se vend bien est un tableau qui a été bien acheté , et pour réussir l'achat , une seule obligation : avoir «l'oeil» , construit par des années de confrontations avec des oeuvres de toutes qualités. 

            Oui, mais certains ajoutent avec transparence : pour bien acheter aujourd'hui, il faut aussi de l'argent, parfois beaucoup d'argent.

 

           louise-moillon-peches.jpg En effet ,  aujourd'hui, le marchand est confronté à une autre difficulté, ou une autre opportunité diront certains  : Internet a rendu l'offre immense et ouverte , théoriquement à tous, a permis la comparaison des prix et la diffusion des tableaux à une dimension qui n'a plus rien à voir avec les conditions de travail d'il y a seulement  quinze ans .  Et le marché va si vite qu'un amateur lointain, étranger et fortuné aura lui repéré le tableau, dépêché des « voyeurs», je veux dire des spécialistes qui eux , verront vraiment le tableau et non son image  et verrouillé l'achat s'il en est jugé digne . Or , disent tous ces passionnés , un tableau n'est pas une image virtuelle, mais une toile, un châssis, des couches successives de pigment , une histoire , un voyage parmi tous ses possesseurs, comme ces kakemonos japonais sur lesquels chaque acquéreur apposait son sceau et prenaient ainsi part à l'oeuvre d'art .  ..

 

            Acheter est devenu difficile et le métier doit changer ..

 

            Mais tous disent leur rêve secret d'acheter un  Chardin ou une nature morte aujourd'hui perdue de Goya , mais aussi des peintres moins connus et surtout leur souhait de créer une relation suivie , confiante  et réciproque avec un collectionneur .

 

            Mais aussi, quel merveilleux métier ! Savez vous d'ailleurs comme le fait remarquer un des marchands présents ,  d'où vient le mot négociant ? Cela veut dire étymologiquement  celui qui n'a pas de loisir, de repos . Moi je trouve que c'est , en ce qui concerne le marchand d'art , plutôt celui qui a l'immense chance de faire de sa passion son métier et donc pour qui le mot « loisir» n'a plus de sens réel .

 

            Vendre de la peinture ancienne : un métier jeune , qui demande «oeil» et argent, un métier d'émotion .

 

 

logo-salon-peinture-ancienne-copie-1.pngCet article a été rédigé suite à la présentation le 16 décembre 2010 du projet «  Paris tableau » et des interviews des marchands représentés; les sources- interviews et iconographie – en sont le dossier de presse .

Les dix marchands présents étaient : Hervé Aaron, Eric Coatalem, Georges de Jonckheere, Bertrand Gautier et Bertrand Talabardon, Bob Haboldt , Jean-François Heim, Jacques Leegenhoek, Giovanni Sarti, Claude Vittet .

 

Paris Tableau, salon de la Peinture Ancienne , du 4 au 8 novembre 2011, à Paris

Président : Maurizio Canesso

             .

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 11:23

 

  France 1500 par Marie-Jeanne Laurent

 

1453, c'est l'après-guerre de 100 ans. C'est la fin des désastres de la guerre.

 

 Les rois de France, Charles VII puis Louis XII que la Duchesse Anne de  Bretagne épousera successivement, embellissent leurs châteaux, leurs  églises, leurs bibliothèques, imités par les seigneurs, les prélats, et  les riches bourgeois. Les artistes sont groupés autour des cours  brillantes et les échanges de toutes sortes s'établissent, venant aussi bien des Flandres que d'Italie.

 C'est le matin du monde.

Les techniques présentées frappent par leurs perfections : peinture, sur bois, sur verre, sur parchemin, tapisseries, orfèvrerie, émaux, médailles,  sculptures de pierre, de terre, meubles sculptés. Une grande place est réservée aux livres, livres d'heures, vie du christ et des saints, et aussi  les classiques, car tous ces seigneurs sont des érudits; la bibliothèque  de la Reine Anne est célèbre. Les enluminures sont d'une virtuosité sans pareille, où l'or se mêle aux couleurs éclatantes. La peinture religieuse est dominée par le Maître de Moulins, dont trois œuvres   sont présentées : la Nativité, où le cardinal Rolin, le donateur, se tient   en retrait, recueilli, ( musée d' Autun), Ecce Homo (musée de Bruxelles),  et l'Annonciation, (partie à Chicago).Nativite-Cardinal-Jean-Rolin.jpg
Les trois tableaux expriment une vie intérieure, une grande spiritualité. Cependant, l'impression générale, malgré l'iconographie dramatique, est  l'amour de la vie, de la beauté:
 Annonciationl'Annonciation, toute baignée de vie surnaturelle, montre deux beaux  jeunes gens aux vêtements somptueux. Le Christ et Marie-Madeleine au matin  de la Résurrection se rencontrent dans une nature idyllique, dans une lumière d'aurore : le Christ est un jeune homme svelte, au suaire  élégamment drapé, son auréole coquettement inclinée sur l'oreille, et  Marie-Madeleine une belle jeune fille à la robe bleue, qui semble cueillir  des fleurs. Entre eux, un arbre de vie symbolique.
Plus loin, une tapisserie "mille fleurs" montre jeunes seigneurs et belles  dames dansant dans une clairière semée de fleurs.  Peneloppe.jpgUne autre tapisserie  une charmante Pénélope devant son petit métier à tisser : c'est la sœur jumelle de la suivante de la "Dame à la Licorne" du musée de Cluny (musée de Boston).
Les vierges à l'enfant, presque des adolescentes, charmantes, un peu  boudeuses, les cheveux blonds ondulés, aux vêtements raffinés, évoquent le printemps de la vie. Notons au passage la performance de Michel Colombe, sculpteur de la Reine Anne, qui réalise une très jolie vierge en terre cuite. Saint-Adrien-.jpgEt le charmant saint Adrien (vitrail) avec son bonnet de velours à  la mode et coiffé "à la Jeanne d'Arc", comme on dira beaucoup, beaucoup  plus tard... Et pourquoi donc le Cardinal Rolin se fait-il accompagner de son petit  chien, sagement assis sur la pourpre cardinalice ? Tout simplement parce qu'il fait partie de sa vie. Même les petits gisants en marbre de deux des enfants de la Reine Anne évoquent, plus que la mort, la fraîcheur de l'enfance.  Clin d'œil à la beauté dans le relief de la Dormition de la Vierge : son âme s'envole au ciel sous la forme d'une ravissante Aphrodite nue.. . Un autre clin d'œil : le jeune et futur François Ier en inattendu Saint Jean-Baptiste par Clouet, au sourire facétieux, son impossible nez adouci  par un teint de lys et de roses...Et puis les premiers livres imprimés, et puis j'en oublie beaucoup...

Mais l'exposition est visible au : Grand Palais jusqu'au 10 janvier 2011

 

Information Pratique : France 1500 entre Moyen Age et Renaissance, Galeries nationales Grand Palais, entrée Clémenceau. Tous les jours (sauf le mardi) de 10h00 à 20h00, nocturne le mercredi jusqu’à 22h tarif 11 €,

 

Visuels : Dossier de presse de l’exposition

 

 

 

Partager cet article

Repost0
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 21:05

Philippe Auriol: du décoratif au sacré !  par Marie-Anne Chenerie

 

            Lorsque vous voyez ces peintures, votre première réaction est :«  comme c'est agréable!  » : couleurs, motifs , thèmes de la vie courante, avec un léger exotisme pa-vase-chinois.jpg ; devant ces peintures ou gravures fixées sur verre ou sur plexiglas,  vous  ressentez une sorte d'optimisme, de gaieté et vous vous félicitez de ne pas retomber, comme souvent en art contemporain dans ces « happenings »  violents et perturbants, dans ces démarches intellectuelles par lesquelles vous êtes supposé admirer une basket collée au mur ou une toile improbable, blanc sur blanc .... Mais est-ce seulement « joli » , comme le disait notre professeur d'arts appliqués lorsqu'il trouvait un travail bien fait, agréable, mais , sans réelle profondeur, sans prise de risque, ce qui était pour lui, excellent professeur, la reconnaissance par excellence d'un travail d'artiste.

 

            Ici la paire de baskets est peinte, ou plutôt dessinée pa-baskets.jpget mise en scène

 

            Une question importante se pose alors :   l'œuvre a t elle été conçue en fonction du sentiment intérieur de l'artiste , ou d'une attente supposée du public ?

 

            Il y a  certes une démarche décorative, dans le vrai et noble sens du terme: l'inclusion de motifs asiatiques par exemple , les panneaux colorés ou décorés , la mise en page , l'impression que nous avons de voir des papiers collés , parfois à la limite d'une publicité très bien faite, un illustrateur qui met en scène des objets familiers .

            Ensuite : pourquoi choisir des objets , et non pas des visages, des paysages, des abstractions ? Je réponds (mais lui même le fera dans l'interview ci dessous ) , que , s'il a choisi de peindre la réalité ( les objets, les « sacrés » objets )  parce que ce sont des objets qu'il aime , parce que ce sont des objets que tout le monde peut aimer  , parce qu'il les trouve beaux, parce qu'ils sont pour tout le monde.

            Tout ceci nous fait beaucoup penser aux artistes pop, direz vous . Alors ,  Philippe Auriol  artiste pop ? Selon la définition de Warhol, ,  « Les artistes pop faisaient des images que n'importe qui pouvaient reconnaître à la seconde , en descendant Broadway – images de BD, tables de pique nique, pantalons pour homme, célébrités, rideaux de douche ; frigidaires , bouteilles de coca, toutes ces choses magnifiques que les Expressionnistes Abstraits se donnent tellement de mal à ne pas remarquer »; « Les artistes  pop préfèrent, en apparence, l'anecdote au sacré, la distanciation à l'introspection » ( je cite Hector Obalk dans son excellent ouvrage «  Andy Warhol n'est pas un grand artiste » ) ; oui, artiste pop, mais à sa manière bien personnelle.

 

            Donc pour répondre à ces différentes questions , posées devant  les derniers tableaux de Philippe Auriol, , je dirais simplement :

Cet artiste  nous fait remarquer la réalité, non pas violente et dure, mais gaie, colorée, affectueuse, amicale , familière : il aime les choses, et ce qu'elles nous disent ;

Il est entièrement subjectif , car l'objet n'est pas considéré comme un objet , mais comme un signe perçu par le sujet, le peintre, puis le spectateur.

 

Et maintenant , laissons lui la parole, puisqu'il a bien voulu répondre à quelques questions  :

 

Quel est le rapport avec l'Asie , l'art asiatique ?

En fait, ce que j'aime dans l'art asiatique c'est ce mélange de simplicité et de subtilité , qui n'apparait pas tout de suite, et qui se dévoile à ceux qui prennent le temps de regarder ; c'est aussi l'importance du trait, du tracé , du graphisme .

Mais si je veux être plus exact, ce n'est pas seulement l'art asiatique qui m'attire , mais je vais naturellement vers ce qui me touche : je n'ai pas une démarche intellectuelle, mais une démarche affective et je me laisse toucher par ce qui est pour moi important

Quel est le rôle du dessin dans vos œuvres ? Et la place de la technique de gravure ?

Pour moi, la structure, l'armature dessinée est très importante chaises.jpg, c'est par cela que je commence . Dessiner m'aide à démarrer une idée , un projet d'oeuvre . La couleur arrive après et il se peut que l'oeuvre évoluée soit bien différente du projet initial . Mais le tracé , le dessin a été au démarrage . Qui sait d'ailleurs ce qu'il adviendrait si je renonçais à ce structures dessinées ?

Je suis d'ailleurs intéressé par deux démarches particulières: celle du dessin ( le portait tout particulièrement ) et celle de la sérigraphie, non pas en tant que moyen de reproduction, mais comme expression créative . pa-vitrail.jpg

Pourquoi de l'or et de l'argent sur vos tableaux récents ?

C'est en voulant rendre le métal d'une cafetière familière que j'ai utilisé pour la première fois le métal et j'ai aimé cette façon de faire bouger la peinture quand on se déplace , ou selon la lumière, par les reflets , les brillances . Bien sûr, direz-vous , il y a aussi l'or byzantin et ce qui pour moi reste une référence , le diptyque wilton wilton_diptych_456--1-.jpg

Objets «  sacrés » ?

Oui, sacrés parce qu'ils ont une forte personnalité , et puis j'ai aussi voulu exprimer le respect dû à ces objets de tous les jours , aux service qu'ils nous rendent, au travail qui leur a permis d'existerpa-cafetiere.jpg

Hockney ?

Pour moi un grand artiste, toujours en recherche, pour essayer de nouvelles techniques renoncer à ce qu'il sait faire et fait sa gloire , bref un artiste qui « prend des risques ».

 

Informations pratiques : La dernière exposition de peinture acrylique sur plexiglas vient de se terminer à Paris, mais le site de Philippe Auriol vous permettra de retrouver toutes ses oeuvres .

www.philippe-auriol.com

 

 

 

           

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 21:46

La grande Galerie du Louvre : un endroit unique au monde par Marie-Anne Chenerie

 

            J'ai toujours aimé marcher dans la Grande Galerie du Louvre, et , chaque fois que je le peux, je reviens dans cet espace , si étrange .  galerie-2.jpg

            L'exposition récente «  le Louvre au siècle des Lumières » revient sur l'histoire du «  palais / musée » et, particulièrement de la Grande Galerie, reliant, comme le montre très bien la maquette exposée de Rémi Munier , le Palais au Musée  .

            Est-ce une promenade, un couloir, une rue, une salon immense , un volume à ce point étiré que la mise en espace des œuvres est une véritable gageure ? Un demi kilomètre de plancher ciré et de fenêtres qui ouvrent sur des vues sublimes de la Seine ou des arbres des Tuileries , ou bien ces cars , qui, comme de gros hannetons viennent déposer leur cargaison de fourmis empressées et studieuses .

             L'espace est, par rapport à sa largeur, démesurément long et , si vous vous laissez aller à marcher un peu vite , c'est comme si vous étiez immobile et si les tableaux venaient au devant de vous , comme dans un voyage en train par exemple. Voilà de plus votre enfance qui resurgit  : ce tableau , si souvent vu dans votre «  Lagarde et Michard » et qui fait remonter l'ennui de ces longues heures de lycée  , et puis, de temps en temps, arrêt sur image :

            C'est ce portait italien extraordinaireportrait-italien.jpeg , cet homme au nez bourgeonnant devant ce visage si pur de l'enfant et surtout cette merveilleuse intimité entre eux , traduite par la main enfantine sur le costume rouge , ou encore cette Madone de Bellini, bellini.jpeg  dont les ors , les bleus et les noirs se répondent exactement., ou ce tout petit tableau, un Saint Jérôme louvre-st-jerome.jpeg à la pose torturée, dans un paysage torturé  Vous voilà arrêté dans votre marche, vous plongez dans le tableau, mais très vite, le suivant vous appelle et vous reprenez votre voyage, pour en sortir un peu étourdi , par cette proximité et ce foisonnement de chefs d'oeuvre .

            Je me suis toujours plongée avec délectation dans les tableaux d'Hubert Robert ,hubert-robert.jpg La Grande Galerie du Louvre en ruine, qui est présentée dans la courte exposition ( mais trop peu mise en valeur à mon sens ) : le célèbre palais parisien ne sera un jour qu'une ruine ( l'avertissement de la révolution qui gronde déjà ? )  , à l'instar de ce que sont devenus pour nous les monuments romains . Si cette vue au plafond effondré nous trouble tellement, c'est sans doute que nous savons notre civilisation mortelle, y compris dans ce qu'elle a de plus reconnu et de plus «  éternel » . Mais c'est aussi la pérennité de l'Art , ici symbolisés par l'Apollon du Belvédère , chef d'oeuvre absolu et intemporel .

            Et j'aimais aussi cette ambiance  autrefois lieu de rencontre, de promenade galante , où des artistes venaient y travailler , aujourd'hui remplacé par un défilé de visiteurs , souvent distraits , fatigués parfois saturés, ou qui sont simplement venus rendre un culte obligatoire, tel le culte du dimanche après midi . Ils défilent  devant le regard de quelque personnage de Caravage ou de Vinci, , qui observe, impassible , ces étranges déambulations. Parmi tous ces êtres, les plus vivants en sont peut être pas ceux que l'on croit ….

 

Informations pratiques :

Le Louvre

Grande Galerie

 

Denon
1e étage
Grande Galerie - La peinture en Toscane et en Italie du Nord, XVe - XVIe siècle

Exposition : le Louvre au temps des  Lumières , jusqu'au 7 février 2011

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 21:15

 

Ernest Pignon-Ernest : le devoir de révolte par Marie-Anne Chenerie

 

            Qu'y a t-il de commun entre la Commune de Paris, les massacres du métro Charonne, la disparition du jeune communiste Maurice  Audin, mort en Algérie , Arthur Rimbaud, et les catacombes de Naples ?

 

 

            La violence répondrez-vous, et c'est juste : violence du thème , de la mise en scène , de ces dessins de fusillés collés sur les marches du métro, charonne-copie-4.jpg violence des fugues et de la révolte de Rimbaud rimbaud-copie-1.jpg, violence de la torture en Algérie …

            Mais à cette violence répond l'espoir, l'espoir qui porte  la résistance , comme le retrace si bien l'histoire des Communards , dans ce Musée d'Histoire de Saint Denis : Ernest Pignon-Ernest exprime par ses dessins collés dans la rue le droit de résistance absolue de l'individu face à un pouvoir injuste, qui peut d'ailleurs être le pouvoir de la mort .

            Pour moi, ce mode d'expression : papiers dessinés et collés sur les lieux mêmes du drame ,  contribue exactement à ce message ,en  faisant remonter ce passé , parfois inconnu de notre mémoire consciente, mais qui vient nous interpeller.

 

            Ernest Pignon-Ernest est également l'homme des contrastes , et son œuvre pointe  l'ambigüité de notre existence et de nos actes : il y a une très grande force dans ces dessins  , comme ici à Naples naples.jpeg , mais aussi toute la fragilité du papier , exposé à la rue , à la pluie, aux piétinements, comme dans le métro .

            Egalement, simple, comme ce portait de Maurice  Audin, audin.jpeg mais si sophistiqué, car collé dans le lieu même de son arrestation et dans ce pays musulman, l'Algérie, où la reproduction même de l'image humaine est un défi .

            C'est aussi, comme nous l'a expliqué l'artiste lors de la conférence donnée ce 27 novembre  à Saint Denis, ( un personnage simple, accessible , plein d'humour et de sincérité ) ,  une combinaison entre la présence ( ces papiers collés la nuit le plus souvent  sont là le matin,  au vu de tout le monde)  et l'absence : ils nous disent un événement passé, des disparus, des morts , des absents, comme ce papier qui finira par disparaître, mais aussi la permanence des idées qu'ils ont défendu  . Ces personnages sont  sont fugaces et éternels, puisque le geste de l'artiste les a réinstallés dans notre mémoire , de façon forte et subtile .

 

          DSCN1375.JPG  Alors qu'en est-il de ces grandes figures mystiques catholiques : Marie-Madeleine  , Thérèse d'Avila, Marie de L'Incarnation ? Je reconnais que j'ai d'abord été un peu dérangée par cet exhibitionnisme , ces corps aux seins plantureux , déshabillés plutôt que couverts , DSCN1373.JPGdans des postures qui traduisent des sensations extrêmes ? DSCN1408.JPGBien sûr, il est clair que l'extase est un état paroxystique , contradictoire, ces femmes ayant d'ailleurs exprimé dans leurs écrits une grande sensualité «  d'épouse du Christ » , tout en infligeant à leurs corps souffrance, mortification, dans une  vraie délectation masochiste . C'est sans doute cette ambigüité qui m'a troublée et le génie de  l'artiste  est de traduire justement ces deux attitudes  ambivalentes  : un corps sensuel et l'aspiration à n'être qu'une âme, en ayant nié ce corps . Le Bernin a, dans ses sculptures et dessins , fortement marqué cette ambivalence.

            La mise en scène à Saint-Denis est magnifique et ici aussi l'intrication du lieu et des dessin fonctionne merveilleusement bien : le reflet des dessins dans cette eau noire exprime exactement «  l'esprit des lieux »DSCN1410.JPG

 

            Ernest Pignon- Ernest est un poète: nous rencontrons dans ses dessins des êtres dont la  sensibilité et la liberté révèlent d’effroyables vérités, ébranlent conformisme et  institutions , en osant nous montrer des images de mort et de vie .

 

Les illustrations de cet article sont tirées :

pour les dessins de l'exposition de saint Denis des excellentes photographies prises par M. Saget

pour les autres oeuvres, du blog le monde.fr et des dossiers de presse des expositions précédentes .

 

Informations pratiques :

Extases , Ernest pignon-Ernest

Musée d'art et d'histoire de Saint-Denis
22 bis rue Gabriel Péri 
93200 SAINT-DENIS

Metro Saint Denis, Porte de Paris

jusqu'au 17/01/11

entrée : 5€, tarif réduit ( 3 € ) le dimanche, gratuit le premier dimanche du mois

Partager cet article

Repost0
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 22:30

 

Pour exprimer son âme , on n'a que son visage …. Par Marie-Anne Chénerie

 

            On parle beaucoup sur la photo, on dit tout et son contraire, chacun s'autorise un avis, ce média étant plus familier que la peinture ou la sculpture …

            Aussi, je vous conseille d'entrer dans l'exposition « Portraits d'écrivains » à la Maison de Victor Hugo , portaits-d-ecrivains.jpg place des Vosges , sans lire les panneaux de commentaires, ou les critiques du catalogue . Regardez d'abord, laissez vous absorber par ces yeux, ces mains, ces rides, et , si vous n'avez pas reconnu l'auteur photographié , découvrez de qui il s'agit . Voici que se renforce  , se complexifie ou se déconstruit le personnage que vous croyez connaître , par ses écrits ou les récits de sa vie .

 

            Voici le regard fou de Robert Desnos , qui vous «  cueille » dans l'escaliervictorh-_escalier.jpg, regard vert de pervers desnos1.jpg, diriez vous si vous ne connaissiez pas son combat contre le nazisme et ses poèmes pour enfants ,  comme la fourmi : Une fourmi de dix-huit mètres/  Avec un chapeau sur la tête,/  Ça n'existe pas, ça n'existe pas./  Une fourmi traînant un char / Plein de pingouins et de canards, / Ça n'existe pas, ça n'existe pas/.  Une fourmi parlant français, / Parlant latin et javanais, / Ça n'existe pas, ça n'existe pas. / Eh! pourquoi pas?, poème qui m'a toujours ravie .

 

Puis le visage étonnamment serein de Julien Gracq, qui vient de refuser le prix Goncourt , ou le regard narquois de Marguerite Durasecrivains-m-duras_maison-de-la-photographie.jpg, derrière ses immenses lunettes ,ou  les yeux de velours, battus, d'André Malraux.

 

            Mais une citation arrête mon regard, celle de Cocteau : «  Pour exprimer son âme , on n'a que son visage …. ». Le visage, comme le dit la sagesse populaire, miroir de l'âme, lien entre le visible et l'invisible , ou plutôt , ce qui nous permet de voir l'invisible . Diderot, citant le mot de Quentin de la Tour ( un peintre, non un photographe, mais la démarche est la même )  le dit très bien «  Ils croient que je ne saisis que les traits de leur visage, mais je descends au fond d'eux mêmes à leur insu et je les emporte tout entiers ». Ainsi , tout ce qui pourrait « exprimer l'âme », la démarche, la voix, le geste , tout ceci pourrait se retrouver dans ce concentré d'expression qu'est le visage . Et c'est vrai qu'en regardant ce fameux daguerréotype d'Alexandre Dumasdumas_m-de-v-hugo.jpg, on croit voir tout le personnage , truculent, prolifique, ironique , majestueux , si étonnamment métis . Ne serait-ce d'ailleurs pas également l'âme du photographe, qui transparaitrait dans son cliché?

            Et comment ne pas être frappé également par l'évolution de ces visages , dans lesquels on ne peut s'empêcher de penser que l'âme apparait au fur et à mesure de l'âge, de la folie, ou de la maturité : Antonin Artaud artaud.jpgau beau visage jeune et lisse , qui se transforme en un être grimaçant et incontrôlé , Marguerite Duras , dont nous recherchons, étonnés, incrédules, l'architecture du visage si pure dans ce portait vivant et ridé, Malraux, dévoré de tics , après nous avoir montré, lui aussi un visage serein , profond, aux émotions dominées : l'âme se serait elle fait un chemin , au fur et à mesure où la vie de l'artiste a avancé?

            Bien sûr, l'esprit de l'artiste est aussi présent dans ces compositions construites, affectées , Victor Hugo, le maître des lieux, poète maudit sur le Rocher des proscrits, homme aux yeux clos qui écoute Dieu ( rien que ça ..) , jusque sur son lit de mortecrivains-_-v-hugo-mort-ma-de-v-hugo.jpg ,théâtral, noble , définitif . Se moque t-il de nous, de lui même,  dans ces compositions ? Veut il nous persuader de son personnage : bon grand père, homme écrasé par sa pensée, maître des lieux, penseur absolu  ?

 

            En descendant, un gardien, gentil, sentant sans doute mon intérêt, me précise que je n'ai pas vu les appartements de Victor Hugo; je réponds que je les connais déjà, ce qui est vrai, mais je ne lui dis pas que je souhaite marcher place des Vosges, seule, tous ces visages m'accompagnant et me parlant .

            Oui, tout compte fait, le poète a raison , comme toujours:  le visage exprime l'âme .

 

Informations pratiques :

MAISON DE VICTOR HUGO
6, place des Vosges
75004 
Paris 04

jusqu'au 20/02/2011

de 10h à 18h, sauf lundi

 

Les photos de cet article sont extraites des 3 fonds présentés dans l'exposition : les archives de la maison de Victor Hugo, les archives de la collection Roger Viollet et celles de la Maison Européenne de la photographie

 

La Maison de Victor Hugo a organisé également une excellente exposition sur l'orientalisme 

Partager cet article

Repost0
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 22:19

 

                        Les Arts décoratifs japonais: beau, créatif, traditionnel par Marie-Anne Chenerie

 

Voici des motifs décoratifs :

motifs-arts-nouveaux.jpg

carpe-jap.jpgLes uns, en couleur , sont des motifs européens « Art Nouveau », l'autre est un motif classique de carpes japonais . Cette simple comparaison suffit à montrer les  très fortes interactions entre Art nouveau , Art déco et art décoratif japonais .

La Maison de la Culture du Japon, qui a déjà été citée dans ce blog pour sa très belle présentation autour d'installations en naphtaline présente une courte mais intéressante exposition à ce sujet : « Les Arts décoratifs Japonais face à la modernité 1900/1930 » . affiche-ok-001-copie-1.jpg

Il est étonnant de voir les imbrications de ces deux styles, tous deux émanant d'une période de créativité étonnante.

 

Je voudrais d'abord, sans vouloir paraître pédante, rappeler quelques principes de base de l'art décoratif, donnés par le grand architecte et décorateur Owen Jones (1809/1874) ; voici, en illustration,  quelques exemples de ces motifs japonais présentés dans l'exposition, illustrations exactes de ces théories prises  dans son grand ouvrage «  La grammaire de l'Ornement » qui sert encore aujourd'hui de   bible à beaucoup de professionnels.

J' ai choisi deux propositions  théoriques  , parmi les « Principes généraux de l'arrangement des formes et des couleurs dans l'architecture et dans les arts décoratifs », qui correspondent pour moi, aussi bien à l'art décoratif japonais qu'aux arts décoratifs des années 1900/1930. 

Proposition  10: L'harmonie de la forme consiste dans la juste balance et dans le contraste des lignes verticales, horizontales, obliques et courbes

Proposition 13: Il ne faut pas employer comme ornements des fleurs ou autres objets tels qu'on les trouve dans la nature , mais simplement des représentations conventionnelles fondées de ces objets, assez ressemblantes à leur modèle pour en rappeler le souvenir, mais assez artificielles pour ne pas détruire l'unité de l'oeuvre qu'elles servent à décorer .

 

            Le Japon a ouvert ses frontières commerciales dans les années 1850, son style a attiré les foules lors des expositions universelles (celle de 1900 en particulier ) et la passion de célèbres amateurs : les Goncourt , Edmond, en particulier , amoureux du japon et collectionneur, Monet, Manet ; les artistes japonais, à leur tour intègrent, assimilent cet esthétisme et cette culture , dans les mouvements de l'ère Meiji, qui s'ouvre en 1868 , puis Taischo, ou Sekido .

            Ce que je trouve merveilleux dans ces œuvres, ce sont ces valeurs éternelles , le respect du beau, y compris dans ces infimes détails ou nuances , la vibration entraînée  par ce sentiment de beauté fragile , instantané , comme volé par surprise  : le cycle des saisons, les «  trois amies du poète » : la fleur de cerisier, les cristaux de neige et la lune; la tradition poétique est là, aussi bien dans les haiku que dans les peintures, soieries, paravents , céramiques . Ce cheval au crépuscule, sorti d'un étang est à la fois présent et fantôme, le bleu de l'étang et le rouge du soleil étant parfaitement suggérés par la «  couverte » de la céramique jap-crepuscule-ok.jpg

            Cette période foisonnante sur le plan de la créativité , en termes d'architecture, de mobilier, de décoration, de mode,  bref, de toutes les formes d'arts plastiques, a marqué l'ensemble des artistes de tous les continents; le Japon y a trouvé une nouvelle fécondité , très particulière , alliant la tradition ancestrale , à une étonnante jeunesse.

 

            En conclusion, je cite Owen Jones, toujours lui: «  Ce serait acte de suprême folie que de tenter d'établir de nouvelles théories de l’art, ou de former un nouveau style, sans l'aide du passé. Ce serait méconnaitre tout d'un coup l'expérience de milliers d'années et renoncer à l'amas de trésors de connaissances qu'ils nous ont laissés. Nous devons au contraire considérer comme notre héritage tous les travaux du passé qui ont été couronnés de succès, et, sans les suivre aveuglément, il faut les employer comme guides pour découvrir la vraie voie ».

 

            L'art japonais a su parfaitement réaliser ce principe , intégrant passé et modernité , tout comme l'Art nouveau ou l'Art déco .

 

Les illustrations de cet article sont tirées du dossier de presse de l'exposition, des deux ouvrages de l'excellente collection «  Art nouveau designs et Japanese pattern » de Pepin Press  et de

Owen Jones : La grammaire de l'Ornement chez l'Aventurin . J'ai aussi été très intéressée par le blog sur l'Art Nouveau «  Des Chardons sous le Balcon » http://art-nouveau.style1900.net/

 

Informations pratiques :

Les arts décoratifs japonais face à la modernité

Maison de la Culture du Japon, jusqu'au 23/12/10

101, quai Branly, de 10h à 19h du mardi au samedi .

Entrée : 5 €

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 21:24

lv-vitrine-7.JPG

Louis Vuitton : luxe , lumière , et poésie par Marie-Anne Chenerie

 

Le Musée Carnavalet présente  une exposition carnavalet-affiche.jpg :Louis Vuitton et Paris , qui nous  montre les débuts de la famille Vuitton famille-vuitton.jpg, depuis l'arrivée à Paris du jeune Louis , comme apprenti malletier , jusqu'au superbe magasin phare de l'avenue des Champs- Elysées , en passant , par les bagages de l'impératrice Eugénie et le Maison Vuitton, rue des Capucines  : cette exposition est agréable, parfois drôle ( on y présente la malle indispensable du parfait gentleman de l'époque, avec 22 pièces de vêtements de base, dont … 18 paires de mouchoirs) , et nous porte à rêver : une malle pour tout : le chapeau, les médicaments, le pique-nique et même... le lit pliant ! Voilà du luxe bien organisé, vos chaussures, brosses, flacons et miroirs, dont bien sûr vous ne vous séparez pas , même pour un voyage en Afrique , ne risqueront pas de se briser ou de  se perdre malles-musee-carnavalet.jpg.

         Mais quel est le rapport avec Paris? Je suis restée sceptique ; certes, la mise en scène, à grand renforts d'expositions universelles et de montages photographiques des vues de la capitale, au demeurant très bien faits, tente de nous y faire croire . Oui, cette  exposition aurait aussi bien pu trouver sa place dans tout autre lieu ou musée , ou magasin , de Paris ou d'ailleurs ….

 

         Je vous conseille donc d'aller plutôt à la tombée de la nuit vous promener en haut des Champs-Elysées , devant le magasin Vuitton [espace-louis-vuitton-copie-1.jpg : depuis le 5 novembre , la vitrine est un hommage à la fête des Lumières en Inde, Divâlî. Pour l'histoire, cette fête considérée comme le nouvel an hindou est célébrée lors de la nuit la plus sombre de l'année,  lorsque la nouvelle lune de novembre, aussi appelée "lune noire", est invisible, On célèbre la victoire du bien sur le mal , mais aussi la prospérité et le commerce  : à Divâlî, les commerçants arrêtent leurs comptes. Le quatrième jour, le mari offre des  cadeaux à son épouse (un sac Vuitton ? non, pas forcément !)  et on porte des habits neufs.

 

         Vuitton a confié à l'artiste  Rajeev Sethi la décoration des vitrines, qui s'ornent de motifs traditionnels ainsi que de colonnes de malles  de papier ajourées ou repeintes aux couleurs chaudes. Un événement qui permet au malletier de mettre en avant sa relation privilégiée avec le pays, dont les maharajas étaient de fidèles clients au début du siècle. Et nous retrouvons, en filigrane, comme dans ces papiers huilés illuminés en transparence, ces motifs asiatiques ( japonais ? )motifs-japonais.jpg motifs-chinois-001.jpg)qui constituent les motifs si célèbres des objets Vuitton  , et cette impression de milliers de bougies.lv-vitrine3.JPGlv-vitrine-1.JPG

         C'est un moment merveilleux, dans le froid, la pluie , le bruit des Champs- Elysées, une impression de chaleur et de légèreté , de poésie, de luxe et de simplicité .

 

         J'aime tout particulièrement ce contraste entre la «vraie» malle,  un contenant, fermé, mystérieux, lourd, rigide, solide, tourné vers ce qu'il renferme,   et ces malles de papier , ouvertes, translucides, rayonnantes , nous offrant leurs intérieur lumineux . Nous comprenons alors que ce que nous aimons dans une malle, c'est ce qu'elle renferme , la surprise de ce que l'on trouve en soulevant son couvercle, et qui peut être aussi surprenant et merveilleux qu'un flot de lumière une soir d'hiver à Paris .

 

Les illustrations de cet article sont tirées du site Louis Vuitton, des visuels de l'exposition «Voyage en capitale, Louis Vuitton et Paris», de l'ouvrage «Grammaire de l'ornement» de Owen Jones et de photos personnelles .

 

Informations pratiques :

Exposition "Voyage en capitale, Louis Vuitton et Paris", du 13 octobre au 27 février prochains. Musée Carnavalet, 23 rue de Sévigné, 75 003 Paris , du mardi au dimanche, de 10h à 18, entrée 7 €  

Magasin Louis Vuitton : 101 Champs Elysées, 75 008 Paris

Partager cet article

Repost0
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 19:05

 

Georges Rousse aime les lieux qui ne vivent plus,  abandonnés, hôpitaux désaffectés,  espaces  vidés de  leurs habitants,  et qui attendent,  souvent victimes de saccages, une réhabilitation ou la pelleteuse qui les détruira. 

Ces espaces déserts, Georges Rousse  en analyse méthodiquement les volumes, les éclairages, et les utilise pour ses installations à la fois délicates et fortes. Il transforme pour un instant éphémère, ces locaux chargés d’un passé,  qui deviennent alors sujet de ses photographies. Il captera ainsi le moment où l’endroit sera habité de formes géométriques colorées, nettes et parfaites. Le couloir qui va à la morgue de l’hôpital Sabourin, à  Clermont-Ferrand, s’inscrit dans un cercle ouvert au niveau de la verrière du plafond.  Les lieux  souvent  glauques, se transforment et sont magnifiés de ce  travail, ils  donnent  l’impression curieuse et réconfortante  de trouver ainsi leur ultime destinée.

La galerie Catherine Putman présente actuellement des dessins et aquarelles  utilisés par Georges Rousse dans les étapes préparatoires de son travail. g-Rousse-Croquis-paraty-copie-1.gifAvant d’intervenir sur un site,  Georges Rousse recherche différentes solutions alternatives qui seront confrontées aux contraintes de l’endroit. Au Brésil à Paraty, les risques de marée ont demandé l’utilisation d’un treillis de lattes de bois colorées au sol à la place des bandes de peintures qui étaient prévues. La circulation des personnes et la lumière ont également impliqué un changement des emplacements décidés initialement.g-Rousse-Croquis-1.gif

Georges  Rousse était samedi 6 novembre  à la galerie Catherine Putman, il en a habillé certains murs d’une cartographie à sa manière, et devant les traces de ses « Pérégrinations » passées ou restées  en état de projet, il se montre souriant, abordable et disponible aux questions.  Une exposition « Architectures » des photographies  résultantes de ses installations commencera le 12 novembre à la galerie RX, donnant l’autre dimension de l’œuvre de cet artiste contemporain qui « n’investit pas les lieux » à la façon d’un guerrier, mais y fait surgir l’autre réalité qu’il a su percevoir.

Informations Pratiques :

Georges Rousse « Pérégrinations » jusqu’au 15 janvier 2011, Galerie Catherine Putman 40 rue Quincampoix 75004 Paris, de 14h à 19 H du mardi au samedi, 01 45 55 23 06.

Georges Rousse « Architectures » du 12 novembre 2010 au 15 janvier 2011, Galerie RX 6 rue Delcassé 75008 Paris, de 14h à 19 H du mardi au samedi, 01 45 63 18 78.

Partager cet article

Repost0