Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 23:04

Partager cet article

Repost0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 21:23

White Spirit à la Maison de la Culture du Japon par Marie-Anne Chenerie

 

            Imaginez que vous ouvrez une armoire dans la maison de votre grand mère : la première impression que vous aurez est certainement celle d'une odeur , celle de la naphtaline . Peut être pourrez vous apercevoir ces boules blanches, brillantes, cristallisées, cachées au creux des vêtements ou des tiroirs, qui vous regardent comme les habitants secrets de l'armoire , les gardiens d'un temple du passé : odeur d'enfance, de changement de saison, de déménagement, de nostalgie, de mort, peut être ?

 

            « Ne joue jamais avec la naphtaline », me répétait ma grand mère , « c'est dangereux ». effectivement, Wikipedia m'informe que le naphtalène, dont est issue la naphtaline «  est toxique : risque d'anémie hémolytique, peut-être cancérigène  , et , d'ailleurs, le napalm, notablement utilisé lors de la Guerre du Viet Nam était initialement obtenu à partir de Naphtalène (d'où le "na") et d'acide palmique (d'où le "palm") .

            Pas très rassurant, et l'exposition de la jeune japonaise Aiko Miyanaga , à la Maison de la Culture du Japon, donne bien cette impression mélangée de danger, de nostalgie, de mystère : cachés à l'intérieur d'objets ou de meubles chargés d'histoire ( des murs de boîtes aux lettres oxydées , fermées au cadenas, avec des étiquettes mangées d'humidité ) ou des meubles Henri II , si lourds et si froids ( ceux de nos grand mères justement ) , ou des chaises «  de style » aux dossiers en faux cuir ( celles de nos visites dominicales obligatoires chez nos cousins) ,ces bijoux de naphtaline, qui représentent des objets familiers et étranges dans ce contexte : clés, jap-naphtaline3.jpg souliersjap-naphatline-5.jpg, réveil et qui se transforment avec le temps , pour disparaître finalement. 

           jpa-naphatline-6.jpg Vous vous penchez, vous respirez cette odeur , vous avez un peu peur ( l'installation dans l'obscurité avec les pieds de lit, le vieil oreiller taché et le secrétaire à moitié fermé est terriblement évocateur ) , à tel point que vous retrouvez avec soulagement la lumière du front de seine, que domine la Maison du Japon .

 

            Le blanc n'est pas la couleur de l'innocence , Tom Ford le dit d'ailleurs : « le blanc est le nouveau noir » . Quelque soit  le continent, le blanc réconcilie tous les moments sacrés et mystérieux de la vie , tous les passages , du linge de naissance au dernier linceul, ( la «  Reine Blanche » est la reine veuve , traditionnellement habillée de blanc au décès du roi) , les vestales romaines ou la robe de mariée , le blanc pur , sacré, étrange, fantomatique, jamais anodin.

 

            Noblesse aussi du blanc , et je me souviens des exclamations des rédactrices de mode, en avril 2004 , quand une gracieuse septuagénaire britannique  débarque gare du Nord, en blanc, avec quelques touches  de rougequeen-en-blanc.jpget de noir, autres couleurs sacrées . . Et James Dean, Bo Derek ou Courrègescourreges.jpg s'en sont emparés, bien loin des oies blanches sorties du couvent .

            Bravo encore à cette artiste pour son travail subtil , qui nous fait ouvrir les tiroirs de notre enfance , parfois ceux que nous avions enfouis dans notre mémoire .

 

            Oui, les fleurs blanches sont parfois dangereuses ... et les maquillages inquiétantsles cils blancs  .

 

Informations pratiques :

Doubles lumières , jusqu'au 26/06/10, du mardi  au samedi de 12h à 19h

Maison de la Culture du japon

101 bis quai Branly

métro Bir hakeim

tarif 3 €

Partager cet article

Repost0
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 23:12

Les fantasmes de Bettina par Marie-Anne Chenerie

 

            Les fantasmes de Bettina ….n'intéressent peut-être pas tout le monde !

            Au départ, j'ai été attirée par la dignité austère et légèrement poussiéreuse de la Bibliothèque Nationale ( rue de Richelieu ) , l'avertissement à l'entrée de la salle d'exposition  «  Certaines images de cette exposition peuvent choquer le public », la réputation de Bettina Rheims , les éloges dithyrambiques de la presse en général ( « érotique, fétichiste, surréaliste, Paris comme on ne l'a jamais vu ») , et je me suis donc réjouie de voir cette exposition .

            J'en suis ressortie , presque 2 heures plus tard ( la vidéo dure à elle seule 1h 35), déçue, songeuse , hésitante .

            Certes de très belles images en noir et blanc , des sites et monuments parisiens magnifiquement photographiés , comme cette vue de Notre Dame et du Palais de JusticeBR_palais-de-justice.jpg , des corps et des visages superbes, incarnés souvent par d'aussi grands acteurs  que Monica Belluci, Louise Bourgouin, Jean Pierre Kalfon , Valérie lemercier ..)

 

            Mais , ce qui me gêne , c'est que le « fil rouge » de ces photos ou de cette vidéo, à savoir le sado- masochisme ( pratique sexuelle , déviance , disent certains: l'excitation ne peut être produite que par la douleur et l'humiliation de l'autre , ou de soi-même d'ailleurs ) est trop explicite . Oui, tout  est là , très convenu  : bondages, talons aiguilles, cuir, menottes, sang, liens, amours lesbiennes, déguisements ( bien sûr la religieuse et la mariée ) .BR_-joconde-metro.pngTout est dit , explicité , décortiqué , de façon plutôt bavarde et , en tout cas, longue . Où sont les raccourcis  ( et l'humour-noir-) de Dali, du «  Chien Andalou », du « Charme Discret de la Bourgeoisie »?

            Pour moi, il est plus important, plus difficile, plus efficace aussi de suggérer que de montrer . Surtout dans cet univers si particulier de nos fantasmes personnels , où , à trop exposer ses propres fantasmes , on empêche le spectateur de fantasmer lui-même et on ne laisse aucune place , paradoxalement, au mystère et à l'improvisation.

 

            Je prends en contrexemple, le phénomène «  Bizarre », revue créée en 1954 par l'Anglais John Willie, homme amer, mort sans le sou, mais brillant ; beaucoup  de ces phénomènes SM, repris, voire récupérés  aujourd'hui par la mode, la publicité, le porno chic, en sont les héritiers . Voici quelques couvertures célèbres de son magazineBizarre_couv3.jpgbizarre_couv4.jpg Bizarre_couverture-1.jpg

 

Bizarre-_couv2.jpgMais je suis peut être trop sévère avec les fantasmes de Bettina ( Rheims) et Serge ( Bramly) : finalement, j'ai bien aimé cette scène avec Azzedine Alaia et son bichon maltais ( si blanc) , et Naomi Campbell,( si noire et si belle ) , sur le fameux canapé culte du design des années 70, ou encore ces vues de trains  ou de la gare d'Austerlitz .BR-_austerlitz.jpg

 

            Pour finir, une remarque : pourquoi le siège sur lequel les spectateurs s'assoient pour voir la video est-il si mal installé? Vous avez mal au dos, au cou, aux jambes, et vous vous demandez « mais quand est la fin ? »etc ...Une seule explication : le masochisme, ou le sadisme ! D'ailleurs , la réponse , très sérieuse, que m'ont faite les gardiens , que j'ai interrompus dans une  bruyante discussion sur les pronostics sud- africains,  me l'a confirmé : « oui, bien sûr, vous pouvez voir la vidéo ailleurs dans l'exposition, il y a 2 autres écrans , et vous pouvez rester debout. »( 1h 35, la vidéo, je vous le rappelle …)

            Un sourire pour finir : en sortant de l'expo, j'ai passé un long moment dans la boutique de Jean Paul Gaultier, juste à la sortie [JP-gaultier.jpg….

 

 

 

 

 

Informations pratiques :

« Rose, c'est Paris », jusqu'au 11 juillet

Bibliothèque nationale, BnF | Richelieu
3-5 rue Vivienne
75002 Paris

mardi - samedi de 10h à 19h
dimanche de 12h à 19h
sauf lundi et jours fériés

tarif plein : 7 €
tarif réduit : 5 €

 

Partager cet article

Repost0
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 22:25

 

 

 La fondation Cartier pour l'art contemporain est  un endroit pour les enfants grands et petits.  Lors de ma visite les poussettes et les doudous étaient de sortie, et je ne sais pas si l’exposition «Gosse de peintre » qui leur est dédiée a enchanté les jeunes visiteurs, mais moi,  je l’ai trouvé un excellent antidote à la morosité ambiante.


Takeshi Kitano  est connu pour ses multiples activités ; acteur, animateur de télévision, metteur en scène, peintre, écrivain. Le genre de personne dont on se demande : mais « comment fait-il pour faire tout cela ? ». Je  ne pense pas qu’il a laissé longtemps son énergie se faire manger par un  triste labeur  quotidien, sous la férule d’un  de nos terribles chefs français,  dont l’objectif est de jeter à  la porte ses employés, sans que ces derniers ne se jettent par la fenêtre.

Car Takeshi Kitano est japonais, je croyais que les patrons  de ce pays  se retrouvaient  relax le soir, à boire avec leurs collaborateurs en regardant des Geishas danser. Mais Takeshi Kitano dans une vidéo désopilante nous montre un PDG Japonais, complètement agité et obnubilé par l’espionnage industriel, qui  demande de se faire Hara-kiri à l’employé vaguement en faute : poncifs dénoncés ou récit délirant d’une expérience professionnelle mal vécue par l’auteur ?

 

D’autres écrans dans une salle rouge, tapissée des  nombreux  déguisements de ce personnage,  présentent des extraits des émissions qu’il anime à la télévision. Elles  tiennent de « Interville » et de ses vachettes, mais en beaucoup plus drôle et corsé. Des volontaires, ou du moins nous l’espérons,  immergés dans un bus sous l’eau ou propulsés dans l’air par un mécanisme à étincelles, hurlent filmés en gros plan.  


En contradiction avec ces scènes burlesques, l’homme apporte la poésie de vases-animaux, celle d’un arbre et d’une cabane ou cohabitent les esprits du mal et du bien.  Mais le point fort de cette présentation, qui nous ferait prendre son exposition pour un parc d'attraction et nous fait courir d’un point à l’autre avec avidité, ce sont ses délicieuses trouvailles scientifiques. Nous apprenons, entre autre,  la cause de la fin des dinosaures : handicapés par leurs trop petites mains, ils ne pouvaient pas se laver le derrière. Faisons un peu de météorologie avec différents vents et de philosophie avec les probabilités de l’apparition de la vie sur terre.


Le clou de l’exposition est  "Hideyoshi" une  locomotive fumante, qui manœuvre deux énormes pieds actionnant une petite machine à coudre Singer. L’orteil qui émerge des chaussettes rouge  habillant ces pieds est du plus bel effet. Il s’agirait « d’une métaphore ironique de l’art contemporain » : Takeshi Kitano est aussi cultivé !


Et le peintre dans tout cela ? Ses tableaux sont accrochés au sous-sol, joyeux et colorés ils ne se prennent pas au sérieux, et nous non plus.  

 

Beat Takeshi Kitano est vraiment un artiste polyvalent et jubilatoire !

 

"Avec cette exposition, j’ai sans doute voulu donner une autre définition au mot « art », qui soit moins conventionnelle, moins snob, plus décontractée et accessible à tous.”
Beat Takeshi Kitano


Gosse de peintre Beat Takeshi Kitano Fondation Cartier pour l’art contemporain, 261 Boulevard Raspail 75014 paris, jusqu’au 12 septembre 2010, entrée 7,50 €. Tous les jours sauf le lundi de 11h à 20h.

http://fondation.cartier.com/

Partager cet article

Repost0
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 23:13

Le photographe Mimmo Jodice : terrifiant et terrifié

 

Il y a un point commun entre photographie et gravure, ou estampe, qui m'a particulièrement frappée en voyant l'excellente exposition consacrée au photographe italien Mimmo Jodice à la Maison Européenne de la Photographie : c'est dans le tirage que le photographe exprime sa créativité et sa personnalité . Jodice n' a jamais laissé à d'autres le soin de mettre sur papier ses oeuvres .

La partie «expérimentations» de son exposition nous montre des tirages argentiques , de photos de bouteilles, de verre, de nusjodice-nu-feminin.jpg, qui devient presque abstrait, corps de femme , pénétré  par une pince , de villes , tout à fait étonnants , aux effets estompés, frottés, grattés, contrastés.

 

Un autre aspect de son travail , ce sont ces villes désertées , non pas vides  mais mortes , comme cette vue saisissante de la Grande Arche de La Défense  vue à partir des tombes du cimetière de Puteaux ou  ces clichés de New York jodice-new-york.jpg : aucune trace d'être vivant, sinon par défaut, comme ce fauteuil vide placé dans une pièce au dessus de Manhattan . A Naples , les voitures sont recouvertes d'un linceul jodice-voiture.jpg, les portes sont closes et les murs aveuglesjodice-portes.jpg

 

La mort est partout présente dans son oeuvre , surtout dans son travail sur les masques antiques jodice-antique.jpg dont , on ne sait pas , si le plus effrayé est la statue ou le spectateur .

 

Je garde une impression puissante et paradoxalement très vivante de ces photos, qui viennent confirmer, si besoin en était, la force de tout travail en noir et blanc. Jodice nous confie d'ailleurs que son travail est  le miroir de lui même , un autoportrait ; dans une récente interview, il  précise que si un critique qualifie son oeuvre de « jolie», ceci constitue pour lui une véritable insulte, car il a vécu et souffert comme ses paysages, ses villes, ses statues .



 

Maison Européenne de la Photographie

Métro 1 Saint-Paul, Bus 69 , Bus 76 , Bus 96 . Jusqu’au  13 juin 2010.
Du mercredi au dimanche  de 11h à 19h45. Fermé les jours fériés.

Entrées normal : 6.5€

Partager cet article

Repost0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 00:42

dj-im-tirage-petit.jpgEstampe gravure litho…


Paris, « Des lithos au frigos » , 10 lithographes exposent dans le quartier du quai de la gare Voir Article.


Paris,  Safet Zec, Galerie Michèle Broutta , du 19 mai jusqu’au 12 juillet 2010, mardi au samedi de 10h à 13 h et de 14h à 19 h. http://www.galerie-broutta.com/


Paris, Dominique Durand « gravures, ardoises, pastels », Galerie La Capitale  18 rue du Roule 75001 Paris, du 24 mai au 12 juin.


Paris, deuxième nuit de l’estampe contemporaine, place Saint Sulpice, le 25 mai de 14 h à minuit.


Paris, L’encyclopédie de tous les animaux y compris les minéraux de Gilles Aillaud (1928-2005) bestiaire en quatre volumes 194 lithographies en noir et blanc. Bnf François Mitterrand , du 26 mai au 18 juillet, du lundi de 14 h à 20h, mardi au samedi de 10h à 20h et le dimanche de 13 à 19h ENTREE GRATUITE.  


Paris, Des graveurs aux Portes ouvertes des ateliers d’artiste de Belleville, du vendredi 28 au lundi 31 mai de 14h à 21h, avec le printemps, revient le moment de rencontrer les nombreux artistes dans leurs ateliers, faites votre choix !  http://www.ateliers-artistes-belleville.org


Paris, Science Fiction, Voyage au cœur du vivant », gravures des livres de Jules Verne et photographies cellulaires de l’Inserm, Du 25 mai au 11 juin-CNOUS. 6, rue Jean-Calvin - 75005 Paris Voir Article


Ardèche, Château de Vogüé, Lithographie et Gravures de Pierre Alechinsky, Francis Bacon, Corneille, Zao Wou Ki, Hans Meyer Petersen, Olivier Debré, et bien d’autres jusqu’au 20 juin. http://www.chateaudevogue.net


Moulins, Armand Queroy « ce don rare de la lumière dans l’ombre » l’oeuvre gravé d’un artiste du second empire, au musée Anne de Beaulieu place du Colonel Laussedat 0300 Moulins http://musee-anne-de-beaujeu.cg03.fr/


Gravelines, Mark Brusse « HEUREUSEMENT L'ART N'EST PAS RAISONNABLE », Musée du Dessin et de l'Estampe Originale, jusqu’au 16 mai, Château – Arsenal 59820 Gravelines.

Suisse, La Chaux de Fonds, Musée des Beaux-arts « Le Monde en noir et blanc » du 15 mai au 12 septembre 2010. Une exploration de l’utilisation du blanc et du noir au service d’œuvres engagées politiquement de  Félix Vallotton aux «Bernadettes», une congrégation active en milieu ouvrier dans les années 1930 à Thaon-les-Vosges.

 http://cdf-mba.ne.ch/default.asp/4-0-31-8003-430-207-0/

Amsterdam, Exposition   « La  percée dans la modernité » Présentation de la suite d’estampes Volponi de Gauguin au  Musée Van Gogh. Jusqu’au 6 juin  Voir Article

 

Et aussi :

Paris, Hommage à Fernand Cormon (1845-1926), le peintre a marqué son époque,  Matisse fut un de ses « mauvais » élèves, il a aussi enseigné à Frélaut et Beaufrère.  J’adore sa peinture de Caïn fuyant avec sa famille,  elle est exposée à Orsay. Comme grand spectacle sur l’époque de la guerre du feu,  on fait difficilement mieux. La fondation Taylor lui rend hommage jusqu’au 22 mai, en présentant les lauréats du prix de peinture créé par sa fille, de 14h à 20h tous les jours sauf dimanche lundi et jours féries.

Paris, rencontre du 9 eme Art, Reiser, Philippe Druillet, Jacques de Loustal etc..,  la bande dessinée s’expose à la galerie Aittouares 2, rue des Beaux-Arts 75006 Paris http://www.aittouares.com/


Strasbourg, Les années canadiennes de Tomi Ungerer 1971-1975, une période de l’illustrateur marquée par le dessin d’observation. Jusqu’au 8 août, Musée Tomi Ungerer Villa Greiner, 2, avenue de la Marseillaise Strasbourg.


Paris, Julian Freud à Beaubourg jusqu’au 19 juillet 2010 de 11h00 à  21h00 Voir Article


Paris, au Carré Beaudouin dans le XXe, « Jean le Gac » Voir Article


Paris, Les Orientales à la maison de Victor Hugo, jusqu’au 4 juillet Voir Article


Paris, «Aragon et l’art Moderne » et les élèves de l’école Olivier de Serres qui rêvent sur la poste et ses facteurs   ils les aiment. Cela vaut une visite au Musée de la Poste 34 boulevard de Vaugirard 75015 Paris


Antony, L’espace d’art contemporain Eugène Beaudouin  « Kafka devant la loi », avec pour commissaire Gérard-Georges Lemaire, des artistes inspirés par Kafka, jusqu’au 4 juillet 2010 www.espacebeaudouin.com  


Antony, Albert Gleizes à la Maison des Arts, parc Bourdeau 20 rue Velpeau ENTREE GRATUITE


Impressions sur tissus :

Paris, « Orient Hermès »  Institut du Monde Arabe 1, rue des Fossés-Saint-Bernard Place Mohammed V 75005 Paris  jusqu’au 6 juin 2010. Mardi  au vendredi  de 10h à 18h, les week-ends et jours fériés de 10h à 19h. Voir Article

 

 

 

Partager cet article

Repost0
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 15:23

Poitiers sainte Porchaire


La nuit des musées : profitez de ce moment magique: un musée , la nuit , souvent de la musique qui accompagne les oeuvres , c'est souvent une expérience qu'on n'oublie pas .

 

Voici  quelques  conseils  d'habituées de ce genre d'expédition :

-                    Choisissez plutôt des petits musées, loin des grandes expositions,  de ceux où l'on ne va jamais , car on n'en a pas l'idée ou parce que leurs heures et jours d'ouverture sont décidément peu pratiques ; nous vous en proposons une sélection ci-dessous

-                    Vérifiez la programmation des videos, ballets, concerts sur le site www.nuitdesmusees.culture.fr, il y a beaucoup d'animations organisées

-                    Ne démarrez pas votre visite trop tard : il peut y avoir beaucoup de monde et c'est dommage car certains musées sont tout petits ou certaines oeuvres demandent un peu de recueillement , ou sans aller jusque là , un peu de concentration !!

 

Dans notre sélection :

Le MUSEE GUSTAVE MOREAUet son exposition de figures de cire qui servaient aux peintres pour ses tableaux . Comme souvent , ces musées , qui sont aussi les ateliers des peintres , sont émouvants, sincères, on voit l'artiste mais aussi l'homme .

14 rue de la Rochefoucauld
75009 Paris 9ème

 

Dans le même esprit, mais ici avec une dimension musicale , une charmante petite maison dans le 9è arrondissement, qui retrace les amours de Georges Sand et de Chopin , on y voit le billet où, paraît il , Georges Sand aurait répondu à la question écrite de Chopin , amoureux « Où et quand ?» Réponse «Ici et maintenant». Véridique ou reconstruit, personne ne le saura , mais l'anecdote correspond si bien au caractère de George Sand qu'on le croirait volontiers .

MUSÉE DE LA VIE ROMANTIQUE

Hôtel Renan-Scheffer
16 rue Chaptal
75009 Paris 9ème Découverte de l’exposition«Frédéric Chopin (1810-1849). La note bleue.

 

Tout autre chose, mais vraiment sympathique : la musique des gardiens de la paix au  MUSÉE DE LA PRÉFECTURE DE POLICE, un petit musée passionnant et pas toujours facile à visiter

4 rue de la Montagne Ste-Geneviève
75005 Paris 5ème - France

 

De la poésie aussi, allez voir ou revoir les Nymphéas à l'Orangerie, il y a aussi de la musique et surtout une magnifique video du grand artiste Bill Viola, qui nous immerge dans la beauté et l'élément aquatique.

Ou bien ,  à la l'exposition « Doubles lumières»,  loin du chaos du monde, une immersion dans la sérénité, à la MAISON DE LA CULTURE DU JAPON À PARIS

101 bis quai Branly
75015 Paris 15ème - France

 

La nuit des musées c'est aussi sur Twitter, cela gazouille depuis plusieurs semaines sur les flux Twitter des musées,  qui se retrouvent de plus en plus sur ce réseau. L'adresse le musée de la Poste, Beaubourg et le Musée de Sèvres se montrent actuellement très actifs en ce domaine.


Nous vous rappelons que vous pouvez nous suivre le fil Twitter de ce blog sur

 

 

  http://www.twitter.com/achener


Nous y relayons les fils Twitter de nombreux musées.


Bonne nuit des musées 2010 !

 

Visuel : Maurice Achener, eau-forte de 1947,  Poitiers St Porchaire de nuit.

Partager cet article

Repost0
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 23:07

Lithofrigo_02.jpgAu milieu des immeubles récents dont les vitres fumées reflètent les tours emblématiques de la bibliothèque François Mitterrand,  il ne reste plus grand-chose de l’atmosphère des  romans policier de Léo Malet. Incongru dans ce neuf fonctionnel qui suinte l’ambiance du travail de bureau, le tailleur et le costume sombre et chic, les frigos détonnent.  

 

Invitée au vernissage, de l’exposition « litho aux frigos » j’hésite devant les tags et l’ambiance délabrée de cet immense bâtiment recouvert d’un treillis de protection.  Il tient plus du squat, que de la galerie de peinture. Suis-je la bienvenue dans ce lieu étrange ? 


Une fois entrée,  je  trouve facilement  la galerie Aiguillage, un grand espace blanc  et agréable, dans lequel un groupe de  lithographes présente jusqu’au 24 mai leur production.


La lithographie c’est une technique de l’estampe qui permet l’utilisation intensive de la  couleur, chaque artiste a décliné les siennes dans la mise en scène de son univers personnel.  Le papier est imprimé à partir de matrices  en pierre calcaire préalablement préparées et encrées.


Les lithographies de grandes fleurs aux teintes soutenues de Jean-Pierre Cazes sont une belle utilisation de cette technique employée seule, mais d’autres artistes comme Colette Bourriat la complètent avec des collages.  Des variations dans les formats de papier permettent  une autre approche.  Aux frigos, les 10 artistes présentent un panorama varié et séduisant des riches possibilités offertes par la lithographie.

 

Colette Bourriat, Jean-Pierre Cazes, Véronique Durieux, Katarzyna Howorko, Emmanuelle Illiadis, Dominique Irion, Eglantine Molle, Françoise Orbey, Preeta Sungh, Bettina Sultan.


Galerie l' Aiguillage" au rez-de-chaussée du 19 rue des Frigos, 75013 Paris, jusqu’au 24 mai de 12h à 18 H.  RER C Bibliothèque François Mitterrand, Metro Ligne 14, Metro quai de la Gare.

PlanQuartier.jpg

 

 

 

Partager cet article

Repost0
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 21:52

 

Partager cet article

Repost0
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 19:42

Gravures et photographies scientifiques : du contraste naît la poésie par Marie-Anne Chenerie

 

Est ce que les gravures illustrant les livre de Jules Verne dans la collection Hetzel vous rappellent des souvenirs d'enfance ? A l'époque où nous n'avions ni MSN, ni SMS, ni PSP, ni Itunes, ni Youtube, ni appels téléphoniques illimités, ni twitts, ni multiplex de football , nous avions …. les livres et certains nous emmenaient très loin , surtout lorsque les illustrations faisaient écho au texte . Cette image ci par exemple jules-verne-nautilus.jpg m' a délicieusement terrifiée  toute ma jeunesse, ou celle ci extraite du « Voyage au centre de la terre»j-verne-voyage-au-centre-de-la-terre.jpg

Quelle merveilleuse idée de superposer ces gravures, déjà si riches de sens , avec des photos microscopiques d'organismes vivants, comme ceux-ci inserm_cancer.jpg

 

Et cela inserm_fecondation.jpgdonne une très curieuse et très poétique exposition « Science Fiction,voyage au coeur du vivant»jverne-inserm.jpg,  jverne inserm 1 organisée par l'INSERM ( L'Institut National de la Santé et de la Recherche  Médicale ) , qui a , de plus, demandé à Bernard Werber , ( vous savez,  «Les Fourmis») de rédiger un court texte pour chacune des 29 images , texte qui serait l'extrait d'un scenario construit autour de l'image .

Voici par exemple ce que cela donne pour l'image «la cochlée»la-cochlee.jpg, qui est l'organe de réception de l'audition dans l'oreille interne . Elle est accompagnée de ce texte de Werber «Voici la vraie spiritualité, Flanaghan, une vis sans fin qui monte , qui monte vers l'infini»

Vous avez plusieurs façons de regarder cette exposition : soit en lisant le texte de Bernard Werber, soit, comme je le préfère personnellement, de ne regarder que les images et de « vous faire votre propre film». D'autant plus que vous pouvez manipuler et juxtaposer vous même à partir de très grands calques les illustrations gravées et les photos scientifiques .

 

Un vrai moment de rêve et d'enfance , dans le cadre merveilleux du cloître de Port Royal ( dans les locaux de l'hôpital Cochin ) , qui sent le buis , la cire des vieux escaliers , les pierres moussues et l'atmosphère sévère et mystérieuse des religieuses jansénistes qui y ont vécu .

 

Les photographies scientifiques sont issues de la banque d'images de l'Inserm ( www.serimedis.fr).

 

Informations pratiques :

 

Cette exposition est prévue dans plusieurs lieux à Paris

Du 4 au 15 mai-Cloître du Groupe hospitalier Cochin - Saint-Vincent-de-Paul (AP-HP)( tlj 11h/ 13h et 14h/19h)
Salle du Chœur des Religieuses - 123, boulevard de Port- Royal - 75014 Paris

Du 17 au 25 juin-Assemblée nationale
126, rue de l'Université - 75007 Paris

Du 25 mai au 11 juin-CNOUS
6, rue Jean-Calvin - 75005 Paris

Du 11 au 24 octobre-Fête de la Science
Couvent du centre de recherche des Cordeliers
15, rue de l'Ecole-de-Médecine - 75006 Paris

 

Puis à Nantes et à Labège

Partager cet article

Repost0