Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 10:05

Quimper – Penmarch - Eté 2012

Die Brücke – Henri Guéguen

Par Michel Duvail


Henri Guéguen - Centre de découverte maritime - Vieux Phare de Penmarch –


Dans l’ancien phare de Penmarch qui en possède deux  (le vieux hors service, et le récent le phare d’Eckmühl) aux petites fenêtres ouvrant sur de magnifiques paysages maritimes, se succèdent chaque été de petites expositions très sympathiques ayant le plus souvent pour thème : la mer.

 

L’exposition du 1er étage (au rez-de-chaussée : exposition permanente sur les phares) est consacrée à un artiste morbihannais né en 1964 à Lorient : Henri GUEGUEN. L’exposition d’art contemporain est un hommage aux femmes du 20ème siècle vu par l’artiste, elle s’intitule : Hommage aux femmes.

  P1070179.JPGCe qui m’a paru très original ce sont les assemblages de stylos Bic noirs utilisés pour composer les toiles. Cette technique me semble unique au monde. On ne se rend pas compte immédiatement qu’il s’agit uniquement de Bic noirs au niveau d’encre variable. Sont ainsi reproduites : Simone Veil, Marylin Monroe, Julia Roberts etc.P1070192.JPG

Au fil de l’expositon, H. Gueguen n’hésite pas à mélanger le pop art, les pin-up, Mao, les marées noires et une porte d’un temple shaolin.

 

L’art contemporain créé par Henri Gueguen ressemble à un melting pot où divers courants artistiques se rencontrent, s’entremêlent, s’effacent pour finalement ne créer qu’un seul ensemble.


Centre de Découverte Maritime

Le vieux phare – Penmarch

Jusqu'au  30 septembre 2012 

 

 

 

 

Repost 0
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 09:50

Quimper – Penmarch - Eté 2012 

Die Brücke – Henri Guéguen

Par Michel Duvail

 arton8246-74008.jpg

Die Brücke

 Le musée de Quimper associé au musée de Grenoble présente la première exposition consacrée en France au mouvement Die Brücke, initiateur de l’expressionnisme en Allemagne. L’exposition présente plus de 120 œuvres : peintures, dessins, œuvres graphiques, aquarelles provenant du musée die Brücke à Berlin.

 Ces artistes sont peu connus dans l’hexagone, pourtant, ils valent vraiment le déplacement. Influencés par les œuvres de Van Gogh et de Munch autant que par les arts primitifs, les artistes présentés traduisent dans un style aux couleurs éclatantes, aux dessins résolument exagérés, l’énergie de leurs vingt ans en 1905. Une des années majeures du XXème siècle.

photo-ad.JPG 

Leur peinture est fondée en grande partie autour du nu, lorsque ce groupe d’artistes s’égaillât à composer des scènes de nu libres en plein air et en atelier comme ces originaux nus d’1/4 d’heure.

Les œuvres sont réparties en trois sections. La seconde  salle : Moritzburg été 1909 - 1911, est la plus représentative à mon avis, la représentation des en liberté fait éclater des couleurs franches qui accentuent le dénuement des corps. Les artistes ont pour nom : Karl Schmidt Rottluff, Emile Nolde, Cuno Amiet, Ernst Ludwig Kirchner.

photo-as.JPG 

Musée des Beaux Arts de Quimper

Die Brücke (1905 – 1914) – Aux origines de l’expressionnisme

Jusqu'au  08 octobre 2012

 

Repost 0
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 18:59
dinosaure.JPGcalvin-klein.JPG
C'est l'été , par Marie-Anne Chenerie
 
Où trouver dans un rayon de 50 mètres : un palmier , un dinosaure sorti des pages d'un livre, les tours de Notre Dame de Paris , un Lion, le bien nommé roi des animaux , de magnifiques plastiques  , des merveilleux regards  : celui triste et dur de la jeune fille à l'étoile jaune , celui  des athlètes.  palmier.JPG
C'est place de lvisage-jeune-juive.JPGvisages-JO.jpg'Hôtel de Ville à Paris , en ce mois d'août 2012 : la retransmission des JO sur écran géant m'a fait regarder autrement tous ces détails . Et bien sûr sous la haut patronage des «  Beaux Arts » , dans une académie certes classique mais toujours plaisante !
 beaux-arts.JPG
Photos prises par l'auteur:
Statue du lion sur la façade de l'Hôtel de Ville de Paris par Jacquemart , publicité Calvin Klein pour BHV Homme , détail de l'affiche de l'exposition en cours actuellement « C'étaient des enfants »  et sculpture «  Les beaux Arts » par  Marqueste devant l'Hôtel de Ville de Paris
 
lion.JPG
Repost 0
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 00:41

12-Juillet-2012-Exposition-Sceaux-003.JPGLe mur rouge prend un coup d’Estivales  par Anne Le Menn

 

A Sceaux, dans la mairie, un grand mur est peint en rouge. Equipé de cimaises, il sert à des expositions qui ont pour titre « Sur le mur rouge ! ».  En été, dans les mairies des villes qui ne vivent pas du tourisme,  c’est rare qu’il se passe quelque-chose.  A Sceaux sur  ce mur rouge on accroche  les Estivales : une exposition collective d’art contemporain avec un curator Christophe Delavaut et un scénographe Arnaud Laval.

 

Le scénographe est aussi graveur,  dans un théâtre imaginaire à quatre feuilles, les personnages sont  des gravures.  Faire sortir des gravures de la cage d’un cadre où je les soupçonne de s’ennuyer, donne une installation au charme certain. Arnaud Laval détourne aussi la tarlatane destinée à essuyer la plaque gravée en sculptures, veut-il continuer à semer la révolte ?

 

Letourneur.jpgAvec  le mur rouge le choc deux grands fusains noirs de Jean Letourneur (numérisés ?). Tel  un gigantesque œil une toile de David Miguel est entourée de deux dessins de Mija Allouche. 12-Juillet-2012-Exposition-Sceaux-002.JPGElle pose un dessin de nu,  grand format sur du papier à tapisser fleuri et transforme magistralement un exercice rebattu en œuvre sensible d’une séduisant contemporanéité.12-Juillet-2012-Exposition-Sceaux-006.JPG

 

Les Estivales : une bonne idée car rares sont ceux qui ont partent deux mois en été et un coup de bon mur rouge c’est tonique.

 Information Pratiques

LES ESTIVALES ART CONTEMPORAIN jusqu’au 8 septembre 2012.

Entrée gratuite.

Hôtel de ville 122, rue Houdan 92331 Sceaux cedex

www.sceaux.fr

Repost 0
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 00:06

Les histoires de Lucas de Leyde le graveur…par Anne Le Menn

Les mains dans les  burins de Lucas de Leyde (1494-1533)  sont tracées avec précision. Leurs longs doigts prennent des positions gracieuses  comme suspendues dans le temps d’un mouvement. Lucas de Leyde nous mène par le bout du trait esthétique de son burin dans des histoires qui ne sont pas piquées des hannetons.

Lucas_van_Leyden_034-virgil.jpgVirgile est berné par une belle dont il est amoureux : « Viens me retrouver à la nuit » lui dit-elle « je ferai descendre un panier de ma fenêtre,  par lequel je te monterai à ma chambre ».  Virgile peu galant ne se demande pas si la damoiselle est assez costaud pour le porter ainsi sur plusieurs mètres. Il se précipite dans cet étrange ascenseur,  hélas c’est une méchante farce. Elle le laisse prisonnier à mi-hauteur  méditer jusqu’au matin son humiliation.  Sur la gravure Virgile n’est qu’une petite tête qui émerge accrochée à son mur de la honte, des personnages aux jolis doigts pointent leur index dans sa direction tandis que les langues se délient.  Un homme  met  son  pied chaussé en avant. Sur la chaussure, une sorte de ballerine, un nœud met  un petit éclat de lumière attirant notre regard dans la zone sombre.

Virgile dans son panier c’est une des histoires, Lucas de Leyde en raconte d’autres : Suzanne et les vieillards qui la convoitent. La gravure ne se focalise pas sur la femme  qui aurait été prétexte à un nu mais sur  les hommes cupides et menteurs. Comme pour Virgile,  Suzanne  n’est qu’une petite silhouette posée sur le bord de la rivière tandis que ses futurs accusateurs occupent le premier plan.

Mohammed-Wiki.jpgLa Gravure de Mahomet  et du moine Sergius.

Toutes les gravures que présente la salle 25 du Petit Palais sont des bonheurs. Elles nous sont parvenues du XVIe siècle, gravées par un artiste  de Leyde dont Durer fit le portrait.  Une petite exposition  d’un grand graveur.

PS J’ai bien apprécié  que pour chaque gravure  un texte indique l’histoire ….

Informations Pratiques

Petit Palais Avenue Winston Churchill 75008 Paris

Du mardi au dimanche de 10h à 18h Entrée Gratuite

Jusqu’au 28 octobre 2012.

Images sources Wikipédia  

 

Repost 0
Published by Blog Achener de l'Estampe - dans Actualités de l'estampe
commenter cet article
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 11:06
Solange-Kowaleski.jpgAprès avoir tutoyé les cimes ou les hauts alpages, une exposition de gravure de Solange Kowalewski  s’impose avant de reprendre pied (un peu fatigué d’ailleurs) dans la vie des vallées. Dans la maison du patrimoine,  les gens du massif des Bauges dans les Alpes savent allier l'art à la nature et au patrimoine. DSC00827.JPG
Solange Kowalewski présente son travail exigeant et ambitieux « Tout en s’inscrivant dans une pensée très contemporaine, elle peut travailler avec des outils du XVe siècle comme avec des images numériques. De ce fait, elle réussit une prouesse : être hors du temps, intemporelle. Comme l’amateur d’estampe de Daumier, le spectateur s’approche au plus près du trait qui peut être agrandi à l’infini : c’est un véritable bonheur. »  Claude Ruchat Genève 2012.DSC00833.JPG
Un grand bol d’air pur et frais en noir et blanc s'offre jusqu’au 27 août 2012, tous les jours sauf le mardi de 10h à 12f et de 14h30 à 18h30. Rencontre avec l’artiste le samedi 4 et le lundi 27 août dès 16h. Chartreuse des d'Aillon maison du Patrimoine 73340 Aillon-le-Jeune. DSC00835.JPG

 

 
Tarifs : Adultes : 3.50 €  Enfants : 2 €  Réduit : 2,50 €  Gratuit : - 7ans
Repost 0
Published by Blog Achener de l'Estampe - dans Actualités de l'estampe
commenter cet article
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 18:21

rue-des-rosiers.JPG

La street c'est chic…par Marie-Anne Chenerie

 

rue-1.JPGRegardez les murs de votre ville, Paris par exemple, mais je suis certaine que toutes les grandes villes ont généré ces oeuvres  qui ne demandent qu'à être regardées, puis effacées ou recouvertes, comme le veut leur destin .

Je vous propose un petit assortiment parisien ,  des merveilles techniques , comme ce «  Caillebotte » au coin de la rue de l'Arbalète dans le 5è arrondissement,  ces chefs d'oeuvre d'humour, de poésie, de tristesse aussi comme ce regard en papier collé dans le Marais, qui se délite doucement . rue-caillebotte.JPGrue-5.JPG

Aujourd'hui, l' éphémère est à la mode,  les «  bars éphémères », « les boutiques éphémères » fleurissent ; bien sûr, on peut soutenir que ce phénomène un aspect de notre société , plus intéressée à l'instant, au jetable, qu'à la durée et à la solidité .

Mais, pour aller plus loin, dans une galerie du Marais,  la galerie New Heart City Gallery , Manuel d'Olivares expose des toiles peintes à l'acrylique comme des graffitis, ou des affiches décollées et superposées : autant de témoignages de moments vécus, passés, de désillusions ; nos souvenirs, se superposent et sont recouverts par d'autres . Beaucoup de nostalgie rue-4-regard.JPGémane de cette virtuosité , et j'aime la distance qu'apporte cette image recomposée, peinte  – et non photographiée – l'artiste est acteur de son souvenir .

 A signaler aussi une installation dans le 13è arrondissement «  Hors les Murs » , qui présente des grandes toiles , photos peintes , dans des lieux différents de  l'endroit où ont été faites les prises de vue; ce que j'ai retenu ici c'est la banalité des lieux et des constructions, donnés à notre regard par le geste de l'artiste . rue-13e.JPG

 

Alors, regardez les murs, seul l'éphémère dure

 

 

Hors les murs , programme disponible sur le site www.asso-Aire.com

 

 

 

Manuel d'Olivares

Instants Volés , jusqu'au 8 septembre 2012

11 rue de Picardie

75 003 Paris

 

Les illustrations sont des photos de l'auteur ou sont extraites du dossier de presse de la galerie New Heart City Gallery

Repost 0
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 12:39

Quelques expositions d’été parisiennes – Certaines à voir ? Par Michel Duvail

 

WOOL-2.jpgChristopher Wool au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris : BOF !

es coulures, des traces, des empreintes, des tâches un peu de couleur. Une trentaine d’œuvres abstraites sur grand format, de la peinture industrielle sérigraphiée sur toile. Il parait qu’il s’agit des œuvres picturales parmi les plus fascinantes du XXIème siècle ? Je suis resté assez perplexe.

grasso-01.jpgUraniborg - Laurent grasso au Jeu de paume : la plus originale

Un ensemble de vidéos présenté au premier étage du jeu de paume. Une installation originale : un long tube sombre labyrinthique et aux détours des salles vidéos ou des fenêtres donnant sur différentes œuvres. Cela a un côté mystérieux, certaines vidéos présentées renvoient à des thématiques de science fiction traitant du pouvoir et de la surveillance. Certaines sont très belles (les étourneaux au Vatican), d’autres hermétiques.

C’est quand même l’exposition la plus originale à Paris actuellement.

 

carbon-12.jpgCarbon 12 à la Fondation EDF : peut mieux faire  

Comment représenter le changement climatique, comment établir une passerelle entre science et art contemporain ? Le résultat n’est pas vraiment convaincant. Dommage l’ex espace Electra nous réserve le plus souvent de bonnes surprises

Crumb150b-17-ea213-1-.gifCrumb au MAMVP : pour les passionnés

 

L’exposition la plus longue à visiter, vous en ressortez épuisés. Si vous n’êtes pas fan de BD et ne maîtrisez pas suffisamment l’anglais, vous pouvez faire l’impasse. Pour les fans de la culture underground, d’Actuel, de l’Echo des Savanes, du FHAR, ce sera un véritable régal

Soutter.jpgLouis Soutter à la Maison Rouge : surprise !

La Maison Rouge est un endroit qui nous réserve souvent des surprises. Louis Sutter peintre et dessinateur suisse, assez inconnu en France fait l’objet d’une première exposition. C’est assez inclassable, singulier et marginal dans les courants de la peinture du XXème siècle : à voir pour se faire sa propre opinion. Une mention particulière pour les dessins au doigt.  

 

 

Repost 0
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 15:12

Sur un air d’Enrico par Anne Le Menn

Dans les années 60, l’expression pieds noirs a été utilisée pour désigner les Français ayant quitté l’Algérie.  Cette population  au nom étrange regrettait  un paradis  perdu « au pays » et amenait  dans ses bagages une casserole immense et bizarre qui leur servait à préparer un plat exotique le couscous.  Ces individus  avaient  pour chantre Enrico Macias.Juillet-2012-210.JPG

L’écomusée de Fresnes  a pour principe de donner la parole aux habitants et leur permet de se raconter. Cette année 2012 ce sont les pieds noirs qui la prennent et tout s’avère évidemment plus complexe et nuancé.

Juillet-2012-209.JPGPieds noirs : c’est un nom créé par la France pour regrouper des gens qui n’avaient souvent que le point commun de venir d’Algérie et d’être passés par la machine  à faire des Français. Cette politique était destinée à augmenter le ratio des Français en Algérie, ils ne représentaient que 10% de la population totale. Familles juives déjà sur place en 1830, Maltais, Espagnols et bien d’autres ont ainsi reçu la nationalité françaisJuillet-2012-207.JPGe.Juillet-2012-212.JPG

L’exposition explique une situation complexe et douloureuse en l'étayant    par les témoignages  des résultats de  recherches en histoire et en ethnologie. Il  en résulte beaucoup de textes et d’informations. C’est parfois presque un peu trop copieux,  mais la muséographie fait aussi  la part belle aux fils à linge et aux installations chocs. Au niveau émotionnel  Enrico Macias assure : il chante « j’ai quitté mon pays » et nous nous sentons tous en exil.Juillet-2012-211.JPG

Informations Pratiques

Pieds Noirs ici la tête ailleurs

Ferme de Cottinville  48, rue Maurice Ténine 94260 Fresnes

Jusqu’au 20 janvier 2013, fermé en août,

Horaires : mardi, jeudi, vendredi dimanche et jours fériés de 14h à 18 h, les mercredi et samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h.

Entrée gratuite.

http://www.ecomusee-valdebievre.frJuillet-2012-218.JPG

Repost 0
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 14:08

Degas-et-le-nu-Musee-dOrsayTravail , Travail , Travail par Marie-Jeanne Laurent

            Quand on souffre du dos, on va à l'essentiel dans une exposition . pas de textes, pas de titres, juste re-gar-der
            Degas et le nu (Orsay), Gerhard Richter (Pompidou), Léonard( Louvre), même combat : travailler toujours et encore, faire fi du reste, de la solitude, des chagrins, de tout.richter
Degas qui fait sans se lasser ses gammes de femmes nues (peu importe qu'il les ait pratiqué peu ou prou,son  dessin c'est le plus intime, le plus définitif des contacts),     sainte anne      Léonard avec ses nombreux, très petits (et monumentaux) dessins de la sainte Anne trinitaire, Richter qui a 80 ans peint toujours nous montrent que sans travail il n'y a pas de tableau.
            Le Louvre tombe un peu dans le pédantisme et les visiteurs arrivent sur les rotules à l'apothéose, je lui pardonne à cause des belles statues de bois à l'entrée (et parce que j'ai négligé bien des vitrines)
Mention spéciale pour Richter : ses grandes huiles pleines de vibrations font penser aux Nymphéas dans lesquelles on aurait agité furieusement un bâton...

Repost 0