Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 17:31

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 21:34
afcelLa revue L'Ex-Libris Français publie dans son dernier numéro un article sur Maurice Achener  sa carrière est retracée avec un focus sur sa création d’Ex Libris.

 

On peut rappeler Un Ex-Libris est une étiquette, une image,  que l’on place dans un livre et qui permet de savoir à qui il appartient.

 

L'Ex-Libris Français

L'A.F.C.E.L. est actuellement la seule société française spécialisée dans l'ex-libris, son histoire, son étude, sa création, sa collection. Elle groupe des chercheurs, des artistes, des collectionneurs et, plus simplement des amis de l'ex-libris.

 

Vous trouverez sur leur site les indications pour obtenir ce numéro :

http://exlibris-afcel.blogspot.com/

 

Partager cet article

Repost0
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 19:25

«  Tu seras un homme , mon fils ! » Par Marie Anne Chenerie

 

            Le Musée Dapper expose «  l'Art d'être un Homme » :l'art d'etre un homme afficheEn Afrique comme en Océanie, l'homme apparaît rarement sans ornement. 


L'exposition est riche, avec de nombreuses références religieuses ou sociologiques, mais je souhaite ici souligner l'entrée de l'exposition : d'étonnantes photographies .

            C'est  l'univers de la SAPE ( Société des Ambianceurs et des personnes Elégantes )  des hommes congolais . Les Sapeurs revendiquent le luxe ostentatoire, l'arrogance vestimentaire,  la religion de l'habit : arrogance ou dérision , dans u pays où la misère est partout présente . Bijoux, lunettes noires, pantalons, chaussures, vestes, manteaux et même slips... rien n’est laissé au hasard.

            Voyez cette video , qui illustre la transformation du travailleur en Sapeur , ce dandy africain , souvent sans le sou, qui marie les fringues de luxe et les fringues récupérées, dans un raffinement voyant .

 

            Paris est la capitale de cette mode , où l'art de paraître compte plus que tout : ne manquez pas la boutique «  Connivences » , dans le 18è arrondissement , c'est la SAPE absolue

            Mais cette importance attachée à la parure , au vêtement pour l'homme , extrême dans la SAPE, est fondamentalement africaine, comme le rappelle cette belle  exposition au Musée Dapper et comme le résume cette photo traditionnelle afrique trad : lors d'une fête annuelle , les chefs du village président la cérémonie: pagnes en tissage et en wax -print ( un imprimé textile, utilisant différentes techniques d'impression comme l'impression à la cire ) se partagent leurs faveurs .

            Oui, les hommes sont beaux !

 

 

Infos pratiques L'Art d'être un homme, Afrique, Océanie :
Dates : du Jeudi 15 octobre 2009 au 11 juillet 2010
Horaires : 11h00 / 19 h sauf le mardi
Lieu : Musée Dapper
Adresse : 35bis rue Paul Valéry
Ville : Paris 75116, métro Victor Hugo

 

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 21:52
Vue du palais rohanHans HAUG, homme de musées. Une passion à l'oeuvre.

Hans Haug (1890,1965), est à l’honneur dans les musées de Strasbourg. Cet homme a joué un rôle majeur, pendant une longue période, compliquée et charnière dans l’évolution des musées de la ville. Un ensemble d’exposition dans les musées de Strasbourg depuis octobre 2009, lui sont consacrées, elles se terminent à la fin du mois de février 2010.
salle expo hans haug
L’exposition de la galerie Heitz du Palais Rohan, présente la chronologie de la vie de cet infatigable travailleur des collections artistiques alsaciennes.

Une vie de « « rat des musées » pourrait laisser imaginer un personnage dans son monde et bien loin du concret. Ce n’est pas ce qui a caractérisé Hans Haug, né dans une Alsace allemande, il est entré très tôt dans l’univers des musée, francophile dans un milieu allemand, il a su mener sa barque, ayant rapidement compris l’enjeu politique que véhicule la culture ainsi proposée.

Il a dû traverser deux guerres et à chaque fois protéger le patrimoine dont il était chargé, ce qui a nécessité des compétences en logistique évidentes et un self control digne d’un agent secret de cinéma.

Sa carrière fut également marquée par son sens de la communication,  et son achat rocambolesque, en 1963, du tableau « La belle Strasbourgeoise » de Nicolas de Largillière, convaincu par Cécile de Rothschild, il dépassa dans les enchères le crédit maximum prévu par la ville de Strasbourg, le tableau atteint la somme de 1 725 500 F, un record pour un musée français. On en parle encore dans le Landerneau de Strasbourg.

Il épousa une belle et brillante spécialiste en histoire de la céramique, Geneviève Levallet c’est dommage qu’ils n'eurent pas beaucoup de petits conservateurs de musée.

Hans Haug, au carrefour de plusieurs influences a su innover et repenser les techniques muséales, il a compris la cohérence qui devait exister entre les œuvres et l’environnement qui leur servirait d’écrin.

Content de lui il s’auto proclamait « le meilleur accrocheur de France ». Car l’homme était heureux de vivre et a aimé son parcours étonnant.

Il fut aussi un artiste, et prit le pseudonyme de Balthasar. Il avait un don, tout à fait particulier, puisqu’il pouvait faire des dessins de façon ambidextre, les deux mains traçant en même temps sur la feuille. Dessiner était aussi un de ses outils de travail, dans son activité d’historien d’art. Toute sa production n’est pas inoubliable, mais ses croquis de Strasbourg sont de petits bijoux et je comprends maintenant qui est la personnalité qui a offert à Maurice Achener ce dessin :hans haug

Informations pratiques :
Strasbourg Galerie Heitz, Palais Rohan : Hans Haug, homme de musées Une passion à l’œuvre. Le lundi, mercredi jeudi et vendredi de 12h à 18h Le samedi et le dimanche de 10h à 18h Fermeture le mardi http://www.musees-strasbourg.org



Sources : Catalogue Exposition Hans Haug, homme de musées Une passion à l'oeuvre, Editions des Musée de la ville de Strasbourg. Octobre 2009







Partager cet article

Repost0
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 22:28

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 22:28

Les dessins de Delacroix: l'essentiel en quelques lignes par Marie Anne Chénerie

 

 

            Si vous aimez les dessins, allez voir la collection «  Karen Cohen »  au Musée Delacroix.

 

            Pour moi, Delacroix est, aussi bien qu'un grand peintre, un grand dessinateur, qui sait nous donner l'essentiel d'un mouvement, d'une ambiance, d'une action,  avec une grande sûreté. La rapidité de son trait est garante de l'intensité de son expression.

  delacroix fauve

            Cette « spontanéité » est le fruit d'un  travail minutieux, assidu, comme le prouvent également ses très nombreuses études d'anatomies delacroix anatomieset d'écorchés; ce savoir lui permettra d'un trait de crayon,  ou d'une ombre au lavis, de nous montrer l'angle exact de l'épaule  d'une femme surprise qui se retourne , ou le mouvement de la patte du fauve aux aguets  ou d'un cheval cabré  .

 

          






delacroix cheval











Delacroix dit lui-même: « Un artiste qui voit un homme tomber d'un toit doit avoir fini de le dessiner avant que le corps ne touche le sol ». Intensité et concentration : voilà ce que nous donnent à voir les dessins de Delacroix .

 

Informations pratiques


Une passion pour Delacroix

La collection Karen B. Cohen
16 décembre 2009 - 5 avril 2010

 Musée national Eugène Delacroix
6 rue de Furstenberg
75 006 Paris

Tlj sauf le mardi, de 9h 30 à 17h.

 

 

Partager cet article

Repost0
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 20:08
Yvon Mautuel Suite cistercienneUn spécialiste de la couleur noire : Gérard-Georges Lemaire, présente Yvon Mutrel et ses gravures blanches.

« Le blanc, pour Yvon Mutrel, dans les manières blanches n’est ni l’alpha et l’oméga de sa recherche (comme le noir l’a été pour Soulages), ni même une finalité abstraite, comme s’il procédait par effacement de la couleur. Au contraire : c’est le blanc qui les révèle ou qui révèle leur absence quand il parvient à la monochromie.

Ses gravures à » la manière blanche » représentent la faculté de créer différentes strates dans l’épaisseur du papier. Il les transforme donc en « tableaux reliefs ». Elles reposent sur le principe de l’horizontalité. Elles procurent à première vue l’impression qu’il a un penchant pour un dispositif géométrique rigoureux. Quand on prend le temps de les observer et de les pénétrer, force est d’admettre qu’elles révèlent des variations très subtiles de lignes et de plans parfois colorés par de rehauts au crayon de couleur. Elles sont sous-tendues par une poétique d’une grande finesse, qui ne cesse de révéler les strates d’une pensée esthétique originale, profonde et surtout ludique. Constructiviste en apparence, Yvon Mutrel, fait apparaître la vérité de sa lumière dans un exercice à la fois savant et sensuel de la matière et des formes qu’il lui impose. »
Gérard-Georges Lemaire

manire blanche 5 l#1121B9

Yvon Mutrel   « Les manières blanches » à La Galerie NMariño
Exposition du 30 janvier au 27 février 2010
Vernissage le 30 janvier à 18h
Galerie NMariño 8 rue des Coutures Saint Gervais 75 003 Paris (à côté du musée Picasso)

www.artameriquelatine.com/

Yvon Mutrel est directeur artistique de l’espace Beaudouin à Antony et commissaire d’exposition.

Gérard-Georges Lemaire critique et historien de l’art ,est l’auteur de « Le Noir » Paru en 2006 chez Hazan.

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 22:46

Ce que j'aime chez Miguel Barcelo, c'est qu'il est complètement fou .... Par Marie Anne Chenerie

 

            Sa dernière exposition au Musée d'Art contemporain , les Abattoirs de Toulouse montre bien cette oeuvre si riche , dense, faussement naïve , prolifique ,inquiétante et aussi joyeuse .

            Pour commencer, vous « tombez «  sur une sculpture d'un éléphant dressé sur sa trompe barcelo elephant, ce qui , dans la cour de briques roses , dans l'obscurité de la fin de l'après midi est assez surprenant .

            Parmi l' oeuvre si riche et variée  de ce jeune artiste ( né en 1957 , figure de la «  Movida », mouvement culturel espagnol en opposition au régime franquiste, aujourd'hui célèbre dans le monde entier  ) , je retiens quelques natures mortes et figures de son bestiaire .

            Je voudrais ici m'arrêter sur un rapprochement qu'il fait lui même entre un tableau de Chardin chardin la raieet certaines de ses peintures ou aquarelles . Barcelo est très respectueux de l'histoire de l'art, il en connait toutes les techniques , il est humble et admiratif devant un Velasquez ou un Zurbaran et c'est aussi ce que j'aime chez lui .

            Cette oeuvre de Chardin, qui a marqué mon imaginaire , nous montre l'intérieur des êtres , animaux ou fruits, leur intimité  douloureuse ou sereine  : c'est cette immense raie ,  exposant son ventre blanc ( ce blanc qui existe seulement sur le ventre des poissons, à la fois mat et nacré , palpitant ) , fragile et menaçante , dont la forme rappelle ces pélerins espagnols , et qui «   dégouline » ses entrailles tout le long du tableau . Les huitres aussi sont ouvertes et exposées . Le couteau, ligne droite violente,  est là.

            Et voici les oursins de Barcelo , ou encore le poisson au bol barcelo bol et poisson, ou l'autoportait au couteau et au poisson  barcelo autoportrait avec poisson et couteau: nous voyons également l'animal exposé , avec simplicité et sans pathos .

           

 

            Mais Barcelo, c'est aussi un graveur magnifiquebarcelo oignon et un sculpteur plein d'humour , un réalisateur de vitraux magnifique , un aquarelliste subtil qui sait traduire l'Afrique qu'il aime tant, ou encore les animaux , avec un rare don de l'observation barcelo le poulpe .

 

            Il est unique et successeur des plus grands .

 

Jusqu’au au 28 février 2010
Les Abattoirs 76, allées Charles-de-Fitte 31300 Toulouse
Ouvert du mercredi au dimanche de 11h à 19h, 05 62 48 58 00
www.lesabattoirs.org

Partager cet article

Repost0
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 17:20

dj-im-tirage-petit.jpg 

 

Paris, Galerie Catherine Putman,  Geneviève Asse avec « Impressions » huiles estampes de la femme qui aime la couleur bleue. Du 16 janvier au 6 mars 2010, vernissage samedi 16 janvier de 14 à 20 heures, 40, rue Quincampoix  75004 Paris , 01 45 55 23 06, http://www.catherineputman.com

 

Paris, le Musée Henner, présente  la série de gravures  « La tauromachie » de Francisco Goya (1746-1828),  un des chefs-d'œuvre de l'histoire de la gravure.  Issue de la 3e édition réalisée à Paris en 1876, la Tauromachie a été offerte à Henner en 1889 par un de ses amis, en souvenir d'un voyage en Espagne. Le peintre l'a conservée jusqu'à la fin de sa vie.  Exposition temporaie jusqu’au  8 Février 2010.   

Le Musée Henner , qui vient de rouvrir est un lieu magique, montez  l’escalier digne d’un film de vampire, et entrez dans la grande salle rouge aux moucharabiehs. Dans l’odeur d’encaustique de la  veille demeure, rencontrez les belles femmes à la peau laiteuse du peintre Alsacien  le plus emblématique : « l’Alsace elle attend » (1874) est là.  http://www.musee-henner.fr/


Paris, « Souvenirs d’Italie (1600-1850) - Chefs-d’œuvre du Petit Palais » au  Musée de la vie romantique , donne un aperçu des travaux inspiré par l’Italie, en introduction des eaux fortes de Claude Gellée (dit le lorrain),  en plat de résistance les gravures de Corot. Les représentations de voutes, cryptes et de ruelles étroites, sont proches de la vision italienne de Maurice Achener, avec une eau forte d’Isidore Alexandre Pils (1813-1875) » entrée de la villa Médicis à Rome », la ressemblance est frappante. Musée de la vie romantique  Hôtel Scheffer-Renan  16 rue Chaptal 75009 Paris 01 55 31 95 67. Ouvert tous les jours, de 10h à 18h sauf les lundis et jours fériés Tarifs : 7 €


Yvon Mautuel Suite cistercienneParis, Yvon Mutrel, présente  une suite de gravures «  les manières blanches ». Des estampages réalisés à la presse sur un papier de fort grammage. Ces travaux s’inscrivent dans ses recherches sur les thèmes “couleur lumière” et “les suites cisterciennes” conçues à partir des textes  d’Hildegarde de Bingen,  Galerie N Marino 8 rue des coutures saint Gervais 75003. du 30 janvier au 27 février 2010.


Massy, "Et si on parlait gravure ?" exposition de gravures par l’association « Graver Maintenant »  Jean-Pierre Colin est le commissaire d’exposition à la Médiathèque Jean Cocteau de Massy, Les estampes présentent une  panorama des  technique qu’offre la gravure (de la taille d’épargne à l’estampe numérique) Dominique ALIADIÈRE, Geira AUESTAD -WOITIER, Hélène BELIN, Rosa BURDEOS, Claude BUREAU, Jean-Pierre COLIN, Joëlle DUMONT, Éric FOURMESTRAUX, Bernadette GENOUD-PRACHET, Catherine GILLET, François JEANNET, Brigitte KERNALEGUEN, Dominique MOINDRAUT, Anne PAULUS, Muriel RIGAL, Joël ROCHE, Liliane SAFIR, Anne-Marie VAN PRAAG. Vernissage le samedi 16 janvier à 11h avec des démonstrations de gravure et d’impression, le même jour à 15h
Horaires : mardi de 15h à 18 h, vendredi de 15h à 21h, mercredi et samedi de 10h à 18h. Médiathèque Jean Cocteau Place de France 91300 Massy tel. 01 69 20 24 26 


gravelinesGravelines,  Jacques Declercq, gravures sur bois par la marge,  musée de l’estampe de Gravelines, du 17 janvier au 21 février 2010 7  Rue André Vanderghote 59820 Gravelines ,



Strasbourg, Saul Steinberg, « l’écriture visuelle » Musée Tomi Ungerer
Villa Greiner, 2, avenue de la Marseillaise, 67076 Strasbourg
tél. 03 69 06 37 27, jusqu’au 28 février 2010. http://www.musees-strasbourg.org/sites_expos/steinberg/



Cernay, Gaétan Doremus à la Médiathèque de Cernay : Illustrations originales, gouache, encre et papier collés de Gaétan Doremus, auteur d'une vingtaine d'albums pour enfants, il enseigne à Strasbourg (Ecole Supérieure des Arts Décoratifs).  Jusqu'au 23 janvier. Horaires à consulter à cette adresse  http://www.mediatheque-cernay.com ENTREE GRATUITE


Londres, British Museum, Revolution on paper: 140 oeuvres sur papier de Diego Rivera, José Clemente Orozco and David AlfaroSiqueiros. Ambiance danse macabre et révolution :  "Mexican prints 1910–1960" http://www.britishmuseum.org/

Vidéo

http://www.britishmuseum.org/about_this_site/all_video_and_audio/exhibition_videos_-_current/mexican_prints_-_video.aspx

 


Et toujours,

Paris, Charlotte Mollet  à la galerie Prodromus ;  trois séries originales , les linogravures de « Maupassant et le joli collégien », les dessins de « La chevelure » et « Carltown », jusqu’au  9 Janvier.
www.prodromus-galerie.com

Antony, estampes  exposition de graveurs du Nord et de l'Est de l’Europe, provenant du Danemark, Hongrie, Roumanie, et de l'atelier français de Bo Halbirk, une représentation de différents courants de la gravure européenne, 20, rue Velpeau, parc Bourdeau , horaires : jeudi, vendredi 12 heures - 19 heures, samedi 11 heures - 19 heures, dimanche 14 heures - 19 heures,  jusqu’au 17 janvier ENTREE GRATUITE

Rueil-Malmaison, Jean Dubuffet, l'oeuvre gravé 1944-1984
110 lithographies et sérigraphies, 1 demi-douzaine de peintures et sculptures et une trentaine de documents relatifs aux recherches de Jean Dubuffet dans le domaine de l'estampe. Atelier Grognard  6, av. du Château de Malmaison 92500 Rueil-Malmaison, 0141390696, jusqu’au 8 mars 2010.
Tous les jours de 13h30 à 19h.

Beauvais. Jan Peter Thorbecke. Estampes et peintures, jusqu’au 24 janvier 2010 Musée départemental de l’Oise
Tous les jours sauf mardi, De 10h à 12h et de 14h à 18h, Entrée gratuite

Paris, Strasbourg : la rétrospective, Pierre Soulages à Beaubourg jusqu’au au 8 mars  est associée à Strasbourg, avec « Soulages, l'œuvre sur papier », jusqu’au  03 janvier 2010, Musée d'Art Moderne et Contemporain.

Quimper, François Béalu, Terres anatomiques, Réalisée en collaboration avec les musées d’Orléans, Gravelines et Soissons, l’exposition sera présentée au musée des beaux-arts et pour partie à la Médiathèque des Ursulines, dans les vitrines des salles de lecture, jusqu’au 25 janvier 2010, tous les jours, sauf le mardi, de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h. Fermé le dimanche matin.

Auvers-sur-Oise , 95, « Panorama de la gravure, de Daubigny à nos jours » jusqu’en  avril 2010, le musée DAUBIGNY Manoir des Colombières Rue de la Sansonne 95430 Auvers-sur-Oise, 01 30 36 80 20

Il n’y a pas que l’estampe :

Paris, Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme « La splendeur des Camondo », jusqu’au 7 mars 2010,  71 rue du Temple 75 003 Paris   http://www.mahj.org/   voir Article

Paris, Musée D’Orsay, James Ensor(1860-1949), rétrospective du grand peintre belge dont l'oeuvre singulier court du début des années 1880 jusqu'au beau milieu du XXe siècle. jusqu’au 4 février 2010. Voir Article


C’est la fin :

Paris, L'exposition « La Confusion des Sens » jusqu’au 10 janvier à l'espace Louis Vuitton Voir Article. Pour profiter de la vue, et laisser son empreinte éphémère sur le mur orange.

Paris, Deadline, Musée d’Art Moderne, une réflexion sur l’artiste face à sa propre mort qui questionne notre condition humaine, curieusement c’est plutôt réconfortant  jusqu’au 10 janvier Voir Articles


A venir

Saint Louis, (68), Andrea Pagnacco, artiste d’origine vénitienne, se réclame d’une longue tradition, ce qui ne l’empêche pas de produire des estampes stupéfiantes de modernité. Les fragments de notre environnement technologique y suscitent des interrogations métaphysiques sur le rapport de l’homme aux objets. Forum, Hôtel de ville. Entrée gratuite Du 5 mars 2010 au 11 avril 2010

Wesserling, Pierre Spalaîkovitch organise une exposition de l'œuvre gravé et dessiné de Milivoj Grujic' dit "ELIM" au Parc de Wesserling du 6 février au 9 mai 2010
http://www.parc-wesserling.fr/

 

 

Partager cet article

Repost0
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 14:45

Jules Germain (1877-1946)


Né d’un père graveur artisan, dont il portait le même prénom, Jules Germain, est d’une famille d’artistes ,son oncle, Jean-Baptiste Germain, faisait profession de statuaire.

 

Jules Germain  s’initie à la gravure près de Auguste Leveillé, connu pour être le graveur de Rodin.  En 1896, il participe, à son premier salon de la Société des Artistes Français. Mais à l'âge de 30 ans, il entre en 1907 à l'Ecole des Beaux Arts  de Paris dans l'atelier de Stéphane Pannemaker pour se perfectionner en peinture, cette année est marquée par une récompense en gravure (1).

 


Un graveur d’interprétation :


Jules Germain, réalisa des gravures, copies d’après les maîtres de la peintures, réalisant de la gravure d’interprétation de grande qualité.


Le catalogue de l’exposition qui lui fut dédiée en 1966 à Carpentras, le qualifie ainsi  «  Il était capable, par sa sensibilité, de comprendre et d'interpréter la vision d'un Vinci, la puissance dynamique d'un Rembrandt, l'explosion lumineuse d'un Desvallières ou la suave et poétique harmonie colorée d'une Marie Laurencin. Ses interprétations en noir, en camaïeu et en couleurs, resteront pour l'avenir le témoignage d'une technique prestigieuse. »… « Parmi les œuvres d'artistes gravées par Jules Germain, on avait l'occasion de noter des noms de peintres tels qu'André Mare, Otto Coubine, Claude Lorrain, Gauguin, Rembrandt, Célestin Nanteuil, Georges Bouche, Watteau, Delacroix, Poussin, Andrea Del Sarte, Desvallières, Marie Laurencin; des noms de sculpteurs aussi, comme Rodin et Charles Despiau ». (2)

 

En 1920, dans le Mercure de France, le critique Claude Roger-Marx le considère comme «   graveur d'interprétation remarquable " (1) .


L’exposition présentée par le Palais des Beaux Arts de Lille en 2007 « D’après les maitres », a essayé, à juste titre, de susciter un regain d’intérêt, pour ces artistes capables de l’exercice de la gravure d’interprétation. Cette technique, en plus de son rôle de diffusion des œuvres, avant que les procédés photomécaniques ne la remplacent,  a pu conduire à de véritables œuvres d’art. Il n’est pas donné à tous de «dégager l’esprit d’une taille au burin ». (3)


Jules Germain a également sut traduire en gravure des aquarelles de Marie Laurencin, ce qui prouve la diversité de ses moyens.


Un artiste capable d’une expression qui lui est propre :


Il ne faut pas limiter Jules Germain à ses capacités de graveur d’interprétation, il a aussi donné des créations originales.

Il a  illustré des livres, tels que: la « Tentative Amoureuse » d’ André Gide. Celui de  Hilaire Enjoubert (notaire à Pertuis, Vaucluse) "Gens et choses d'autrefois dans un coin de Provence" sorti en 1924. Et  le "cornet à dés" de Max Jacob.

 

Ses capacités furent exploitées d'une autre façon, quand il passa la guerre de 1914-1918, dans le génie, il appartenait alors à la section de camouflage de la 157e D. I.


Un professeur :


Ce fut également un pédagogue, puisqu’il initia Maurice Achener à la technique de la gravure sur bois.

Il quitta Paris pour le Vaucluse, où pour prendre la fonction de professeur à l'Ecole des Beaux Arts d'Avignon.


Une fin de vie difficile :


Revenu en région parisienne, au moment de la guerre 1940, une partie de son œuvre est anéantie par le bombardement de son atelier. Il décède dans les années qui suivent (4).

 

Sources :

Michel Gasse (1)


Catalogue de l’Exposition : Jules Germain et ses amis. - Du 25 juin au 25 juillet 1966 , gravures, plâtres originaux, documents divers, matériel et bois. Il s'agissait d'une rétrospective mettant à l'honneur un peintre et un graveur issu d'une famille d'artisans célèbres et qui fut pendant quelque temps professeur de gravure à l'École des beaux-arts d'Avignon. (2)


Catalogue  de l’exposition « D’après les maitres » la gravure d’interprétation d’Alphonse Leroy (1820-1902) à Omer Bouchery (1882-1962). Musée de L’Hospice Comtesse, tiré de Apostille à un discours sur les préjugés par Maxime Préaud. (3)


Benezit (4)

 

 


  Avis de recherche :

Dans le cadre de la réalisation d’un ouvrage, sur cet artiste, Michel Gasse, est à l recherche d’informations.

 Michel Gasse est l’auteur de « Tahiti 1914, le vent de guerre » qui vient de sortir aux éditions A la frontière   http://www.alafrontiere.fr/

 

Merci de nous contacter à ce sujet, nous lui transmettrons. 

 

Partager cet article

Repost0