Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 22:07

expo topor galerie martelRoland Topor a marqué de son empreinte une époque : touche à tout, cinéaste, écrivain,  illustrateur, et peintre, c’était aussi une présence, un visage  aux  yeux noirs globuleux si vivants  et un rire  familier.  

La galerie Martel présente une exposition de ses œuvres et cela fait plaisir de le retrouver. Deux types de production graphiques dominent : des linogravures aux lignes fluides et souples, et ses dessins de techniques mixtes si caractéristiques avec leurs surfaces colorées, sur lesquelles de multiples traits d’encre noire donnent le relief.

Le travail de quelqu’un qui aime gratouiller le papier pendant des heures en rêvant dans son monde bizarre, pas franchement fleur bleue. C’est souvent scatologique, sexuel, inquiétant avec ces corps mutilés et des situations incompréhensible.  Mais cet univers est riche,  imaginatif, on ne s’y ennuie jamais.  Qualité du trait et de l’inspiration se conjuguent.

Cela fait du bien une petite cure d’un iconoclaste en pleine forme qui ne se prend pas au sérieux !

Jusqu’au 30 avril 2010

Galerie Martel 17 rue Martel 75010 Paris de 14h 30 à 19 h du mardi au samedi.

http://www.galeriemartel.com/index.html

 

 

 

 

link

Partager cet article

Repost0
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 19:45

Avant que les promoteurs n'arrivent à détruire le site, une nouvelle exposition à savourer est proposée par l'espace d'art contemporain Eugène Beaudoin d'Antony.

 

Autour d'une recherche sur  la lumière et  sa complémentaire l'ombre, le peintre graveur Yvon Mutrel commissaire de l’exposition, réunit les photographes Denis Beaudier et Philip Provily , les plasticiens Eric Michel, Christian Parquet, Vincent Dulom, Jaidho Marinho, et Dominique Devarine.
 
Des démarches variées pour trouver comment amener une oeuvre à "passer  en lumière". Il est, entre autres choses, question d'ombre, de photons, de mathématiques quantiques, de Morandi et de Klein : stimulant.





Du vendredi au dimanche de 14h 30 à 19h, autres jours sur rendez-vous.

Résidence Universitaire Jean Zay bâtiment F, rue Lafontaine 92160 Antony.

à la sortie du RER B station Antony, sortir placé René Cassin, suivre Hôtel de Police.

Jusqu'au 25 avril, entrée gratuite.



Partager cet article

Repost0
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 18:09

Leila Menchari : une  Carthaginoise chez Hermès par Marie-Anne Chenerie

 

Si vous me demandez quel est le lieu où je vais le plus souvent et le plus régulièrement à Paris , je répondrai sans hésiter : le coin de la rue Boissy d'Anglas et de la rue du Faubourg Saint-Honoré ; vous avez compris que je veux parler des vitrines du magasin Hermès et , tout spécialement, de sa vitrine d'angle . Je crois n'avoir manqué aucune des quatre vitrines annuelles du magasin, on devrait dire plutôt des décors , et l'exposition en cours à l'Institut du Monde Arabe affiche-hermes.jpgm'a fait découvrir leur auteur : la franco-tunisienne Leila Menchari leila-menchari.jpg. La créatrice est diplômée des Beaux-Arts de Tunis, et de l’Ecole Nationale des Beaux-Arts à Paris. Elle est devenue mannequin à sa sortie des Beaux-Arts avant de rencontrer Annie Beaumel , chez Hermès, qui en fit son assistante . Son «test»: un décor pour le lancement du parfum « Calèche » ; elle construit un attelage d'hippocampes , tout en transparences , tirant des eaux une calèche givrée ; elle est embauchée et depuis 1978, réalise les vitrines d'Hermès. hermes-vitrine-afrique-copie-1.jpgBeaucoup a été dit et écrit sur les merveilles qu'elle a créées et je n'ai que peu de choses personnelles à ajouter . Elle nous raconte une histoire, sème des indices , nous fait sourire, suggère une ambiance , joue des contrastes : le lisse du marbre et le rugueux du galuchat , le violet sombre et intense des gants de cuir et le rose fuchsia du sac « Kelly» hermes-sac-kelly.jpg, cet éternel succès des collections Hermès . J'ai aussi été frappée par son interview par Jeanne Moreau ( une magnifique vidéo que l'on peut voir dans l'exposition ) : pour Leila Menchari, ce qui fait le luxe, c'est le temps : le temps nécessaire pour pouvoir se payer ce portefeuille Hermès, qui va prendre , avec les années et au contact de nos mains , cette patine, cette douceur qui le rendra unique . Or ses créations sont passagères , une vitrine dure une saison : elle a su au cours des années donner un sens éternel à la fantaisie , au rêve , au mystère , à travers ses créations éphémères comme une histoire que l'on raconte un soir , mais qui reste éternelle dans le souvenir qu'en garde l'enfant . L'Orient , l'Afrique, la mer , les chevaux sont là , et ses créations me rappellent l'atmosphère des tableaux de Gustave Moreau hermes_moreau-paon.jpgou de Leonor Fini hermes_leonor-fini.jpg.

L'objet est devenu oeuvre d'art et, pour moi, c'est avec subtilité, élégance et humour qu'elle a su mêler marketing et art, commande et créativité .

 

Allez voir ses vitrines, à l'exposition et au magasin, ( nous sommes au printemps, la nouvelle vitrine est arrivée …) et si vous ne pouvez pas tout de suite vous payer le sac ou la montre , demandez le petit catalogue carré des foulards, une merveille où fourmillent les idées .


Informations pratiques : Institut du Monde Arabe 1, rue des Fossés-Saint-Bernard Place Mohammed V- 75236 Paris cedex 05 75005 Paris 01 40 51 38 38 Métro Jussieu ou Maubert - Mutualité Programmation Du 19 mars 2010 au 6 juin 2010. mar au ven de 10h à 18h, les week-ends et jours fériés de 10h à 19h. Entrées réduit : 4 à 5€ normal : 7€

Partager cet article

Repost0
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 22:41
Armand Jalut : étrangeté et érotisme par Marie-Anne Chenerie.

 L'Ecole Municipale des Beaux Arts / Galerie Edourd Manet expose à Gennevilliers une courte programmation d'Armand Jalut, qui a été l'occasion pour moi de découvrir ce jeune artiste . « Le vrai mystère du monde est le visible et non l'invisible » , écrit Oscar Wilde et cette phrase s'applique exactement pour moi au travail d'Armand Jalut : il nous permet de voir un réel animé , doté d'une âme : présence complice ou inquiétante ( je dirais plutôt d'abord complice , puis inquiétante) jalut-croissant.jpg , une brèche s'ouvre dans le connu , d'autant plus dérangeante que les sujets sont quotidiens : des croissants ,des cannelés ( c'est vrai , ces petits gâteaux que je ne regarderai plus jamais de la même façon , ont vraiment une forme et une texture uniques )jalut_canneles-1.jpg, un plat de moules , ses propres doigts..jalut-canneles2.jpgjalut-doigts.jpg.: il a rendu visible des choses mentales , parfois obsédantes . Il nous laisse dans le doute ,avec un sentiment de gêne : nous voilà transformés en voyeurs ..jalut_moules.jpg                                                       

Galerie Edouard Manet 3, pl. Jean Grandel 92230 Gennevilliers 01 40 85 67 40 Métro 13 Gabriel Péri Programmation Du 24 mars 2010 au 27 mars 2010. mer à ven de 14h à 18h30. sam de 14h à 19h. entrée libre
Armand Jalut est également représenté à la Galerie Michel Rein à Paris , 42 rue de Turenne .

Partager cet article

Repost0
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 23:03
Lucian Freud est à Beaubourg, c’est un évènement, l’artiste est connu : « le plus grand peintre vivant », « le peintre le plus cher », « le petit-fils de Freud », « le peintre qui a peint la reine d’Angleterre ». C’est par ce portrait, que j’avais initialement découvert le peintre. Le tableau présente Elisabeth II, avec couronne et bijoux, le visage cadré en gros plan, dans une peinture libre et colorée. Si elle porte les attributs de son pouvoir, elle n’est pas enjolivée. C’est la caractéristique du peintre : son œuvre est composée de portraits, peints lentement, qui restituent de façon crue une réalité perçue dans une observation minutieuse.

La peinture est figurative, les chairs des corps souvent nus, ne sont pas dans la recherche de la séduction, mais ils sont vivants, denses, colorés. Les décors eux, souvent mortifères, nous dépriment : les lits en fer, les couvertures grises, les fauteuils aux tissus déchiquetés évoquent un univers sinistre. Un milieu carcéral, la pauvreté ou maladie, on ne sait ce qui entoure le ou les modèles. Pourquoi sont t ils dans cet environnement glauque, qu’attendent-ils ? Et qu’est cette étrange matière crouteuse sur le fond ?

Le chien est un autre des éléments récurrents, la race semble toujours la même. Une espèce aristocratique, distinguée et luxueuse, respirant le calme et la satisfaction. L'inverse des meubles et de l’environnement. Ils sont généralement endormis en proximité avec les humains sur les tableaux.

Le titre de l’exposition est « l’Atelier », des photographies montrant le peintre au travail donnent quelques clés sur son œuvre. Il peint ce qu’il a rassemblé dans cet endroit et l’environnement qu’ll y a créé. La matière des murs est une sédimentation de couches de peintures, un chien est toujours présent, mais les modèles sont plus banaux photographiés que peints.

Une exposition qui ne laisse pas indifférent, sur une peinture d’une facture classique, mais décalée et dérangeante. Une expérience à tenter, un voyage dans un atelier qui rebute ou séduit.

 


Découvrez Lucian Freud et sa peinture de la chair au Centre Pompidou sur Culturebox !

Centre Pompidou Paris 4ème
Jusqu’au  19 juillet 2010
Tous les jours sauf le mardi 11h00 - 21h00

   

12 €, TR 9 € / 10 €, TR 8 €, selon période. Forfait incluant les expositions temporaires.

Partager cet article

Repost0
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 21:57

Au Carré de Baudouin : «.... Tout le temps perdu ne se rattrape plus » par Marie-Anne Chenerie


Le photographe Stefan Koppelkamm  expose au Carré de Baudouin  dans le 20è Arrondissement , sous le titre » Temporalités allemandes »,  une série de photographies passionnantes : il nous montre le même lieu, dans une ville de l'ex- Allemagne de l'Est  , d'abord en 1990, au moment de la réunification des deux Allemagne , puis dix ans après , alors que la réunification est devenue effective . carre-baudouin_expo.jpg

 

Ce qui m'intéresse , c'est d'abord la façon dont le photographe a saisi ce dont il sait que cela va disparaître   carre-baudouin-2-bis-copie-1.jpgcarre-baudouin-2-copie-1.jpget de nous le montrer sans sentimentalité ,  ni excès , par la simple juxtaposition de deux photos prises à dix ans d'intervalle; les photos sont grandes, frontales, en noir et blanc, sans effet apparent de mise en scène, présentées sans autre commentaire que leur date et leur localisation  . L'auteur ne prend pas parti mais nous amène à nous poser cette question :  'Ce que nous voyons dans les images des années 2000 est-il fonctionnel, propre, efficace, rassurant ou simplement banal ? ' Ou encore: 'A- t-on sauvé ces  immeubles et ces lieux , ou bien a- t-on éradiqué le passé ? ' La restauration n'est elle pas une forme de destruction ? 

 

Mais aussi , de façon plus intime, ces photos  me rappellent que ce que j'aime dans un visage, une silhouette, un geste , ce n'est pas la perfection lisse , mais cette cicatrice, cette maladresse, ce dos un peu voûté, cette mèche qui commence à blanchir  , cette ride que j'ai vu apparaître peu à peu . Ce visage m'est proche, familier et doux et non pas parfait et lointain . carre-baudouin-_5.JPGcarre-baudouin-_6.jpg

 

Ce n'est pas un hasard si ce photographe est Allemand ; il existe en allemand un mot très juste : « Heimweh », que l'on peut traduire grossièrement par 'mal du pays' ou ' nostalgie', dans le sens de ce qui m'était familier et  dont la perte me fait souffrir. Ceci m'évoque irrésistiblement Barbara , et ces paroles :


« Dis, au moins le sais-tu,
Que tout le temps qui passe,
Ne se rattrape guère,
Que tout le temps perdu,
Ne se rattrape plus »

 

Une très belle idée, une mise en scène sobre et efficace dans un endroit inattendu , passez au Carré de Baudouin .

 

Informations pratiques :

 

Carré de Baudouin

12 Rue de Ménilmontant 75 020 Paris

métro Gambetta ou Pyrénées

Entrée libre du samedi au samedi de 11h à  18h

 

Jusqu'au 3 avril



Partager cet article

Repost0
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 23:22

Partager cet article

Repost0
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 18:58

Aymar de Lézardière : un graveur en hiver par Marie-Anne Chenerie

 aymar-etang-_2.jpg

Aymar de Lézardière : c'est d'abord le nom qui m'a attirée ; un tel prénom,associé à ce patronyme , cela ne peut être qu'un pseudo . Mais , pas du tout, rien de plus transparent  que ce  personnage

Alors, ai-je pensé, c'est évidemment quelqu'un du Midi, tant ces sonorités évoquent les cigales, les oliviers et les murets de pierre séchée .

Erreur sur toute la ligne : Aymar de Lézardière descend d'une vieille famille vendéenne , c'est un graveur à la pointe sèche et à l'eau forte , classique, discret, ,ses paysages sont faits d'eaux de brouillards, de joncs, de forêts

. Voici son portait en blouse de graveur , concentré , soigneux, précis, comme ses gravuresaymar-copie-1.jpg

 

Il y a ensuite le lieu de l'exposition, que je trouve extraordinaire : le Musée de la Chasse et de la Nature ; il faut y aller même et surtout si vous n'aimez pas la chasse , ce petit hôtel du Marais ( bien vu pour exposer les eaux dormantes de Lézardière )  meublé comme un manoir de chasse,  rend hommage aux animaux des campagnes et des bois . De plus, au détour d'un plafond, dans la cour pavée, sur le parquet lambrissée sont installées des oeuvres d'art contemporaines , mettant encore davantage en valeur les tapisseries, les boiseries, les cabinets de curiosité musee-chasse.jpg.

 

Et voici les gravures d'Aymar de Lézardière : pour être sincère, il m'a fallu un peu de temps pour en apprécier l'atmosphère ; avouons qu'elles ne sont pas très bien accrochées , blanches sur fond blanc, baguettes peu contrastées et traits extrêmement fins, parfois pâles. Et puis, petit à petit, vous vous laissez accrocher par un détail : le friselis de l'eau, les graines des roseaux, la jonction de deux  branches, la tête du saule, le reflet tremblé et c'est toute l'atmosphère de l'hiver que vous retrouvez aymar-saules.jpg .

 

Pour Lézardière , dessin et gravure  accompagnent  solitude et  silence . Et ses étangs ne sont pas tristes : ils disent le souvenirs d'enfance, le chien que l'on accompagne au bord de l'étang, le cri des oies sauvages qui passent , l'immensité du ciel et de l'eau.

 

Informations pratiques :

Musée de la chasse et de la nature

Exposition jusqu’au 14 mars 2010

62, rue des Archives  75 003 Paris

Du mardi au dimanche de 11h à 18h

 

Partager cet article

Repost0
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 22:35

 dj-im-tirage-petit.jpg

Paris, Fondation Taylor, LA 52ème EXPOSITION DE POINTE ET BURIN – gravures originales
Invitée d'honneur : Judih Rothchild , Hommage à : Camille Combe (1911- 2005)
Exposants : Bazire - Eisenzopf - M. Flaschner - Follier - Grall - Houplain - Jungerman - Kilar Le Floch - Marage - Martine - Mathieux-Marie - Migné - Nadaud Normand -  Nué - Orgonasi - Roche - Ruscart - Saeven - Sustrac -Troussicot - Varchavsky – Vrain,  1 rue Labruyere 75009 Paris, 27 MARS, à l'atelier du 4ème étage, de 14 h à 20 h tous les jours sauf dimanche, lundi et jours fériés.          

Paris, « Oxymore » dessins du graveur Maurice Maillard  du 11 au 31 mars 2010 : à la Galerie Mendes. 36, rue de Penthièvre  Paris 75008 Paris, (0)1 42 89 16 71, lundi et samedi de 14h à 19h, mardi, mercredi, jeudi et vendredi de 10h30 à 19h.

Paris, François Bealu, José Hernandez, Catherine Keun,  et Mikio Watanabe Galerie Michèle Broutta , «Pluralité du corps », du 16 mars au 8 mai. http://www.galerie-broutta.com/

expo_topor-galerie-martel.jpgParis, Roland Topor du 12 mars au 30 avril. Galerie Martel, 17, rue Martel 75010 Paris, http://www.galeriemartel.com

Paris, Les passagers du vent de François Bourgeon au musée national de la Marine,  Palais de Chaillot 17, place du Trocadéro 75116  Paris, 0153656969, jusqu’au 3 mai. http://www.musee-marine.fr

Rueil Malmaison, Espace Renoir:   26e salon de L' Estampe Contemporaine, à l’Ermitage: 27, rue Guy de Maupassant à Rueil-Malmaison, 01 47 51 74 95, du lundi au vendredi de 10h à 20h, le samedi de 10h à 18h et le dimanche de 15h à 18h (fermeture les 23 et 24 mars) et Partita à six voix. Du 11 mars au 15 avril 2010, www.gravermaintenant.com

Orléans, la graveuse Michèle Vinzant, jusqu’au 21 mars Cabinet d’arts graphiques du Musée des Beaux-Arts. http://www.orleans.fr/sports-loisirs-culture/expositions-musees/actualites-agenda.html

Amsterdam, Exposition   « La  percée dans la modernité » Présentation de la suite d’estampes de Volponi  au  Musée Van Gogh. Voir Article

Il n’y a pas que la gravure :

Paris, la Fondation Vuitton parle du Chili Voir article

Paris, Julian Freud à Beaubourg «Lucian Freud, aujourd'hui âgé de 88 ans, figure parmi les artistes vivants les plus importants au monde et n'avait pas été exposé en France depuis la dernière rétrospective déjà réalisée par le Centre Pompidou en 1987. »du 10 mars au 19 juillet 2010 de 11h00 à  21h00

Et toujours,

Paris, Une passion pour Delacroix La collection Karen B. Cohen au Musée Delacroix jusqu’au 5 avril voir article.

Saint Maur des Fossés, la buriniste Catherine Gillet est jusqu’au 28 mars 2010. au Musée de Saint Maur 5 rue Saint Hilaire  92, avenue du Bac, rue de la Poste 94210 La Varenne Saint Hilaire.

Epinal, André Jacquemin (1904-1989), « La Lorraine trait pour trait » ; jusqu’au 26 avril 2010, Musée Départemental d’art ancien et contemporain, 1 place Lagarde 88000 Epinal de 9h à 12h 30 et de 13 H30 à 18 h, 03 29 82 20 33.

Lyon, Exposition Traits modernes, La Bibliothèque municipale de Lyon expose une sélection d’estampes modernes choisies dans les collections de la Bibliothèque nationale de France, Département des Estampes et de la photographie. Jusqu’au 30 avril 2010. La Galerie à la Bibliothèque de la Part-Dieu à Lyon 30 boulevard Vivier-Merle 69003 Lyon ; du mardi au vendredi de 10h à 19h, le samedi de 10h à 18h http://www.bm-lyon.fr/expo/10/traits-modernes/index.html

Villeurbanne, Exposition de gravure Violences actives, URDLA Villeurbanne 207 rue Francis-de-Pressensé 69608 Villeurbanne cedex. Jusqu’au 2 avril 2010  

Saint Louis, (68), Andrea Pagnacco, Forum, Hôtel de ville. Entrée gratuite jusqu’au 11 avril 2010

Antony, L’espace d’art contemporain Eugène Beaudouin  reçoit la Jeune Création, pour depuis près de 60 ans, un panorama varié de différentes formes d’expression, jusqu’au 14 mars 2010
www.espacebeaudouin.com

Auvers-sur-Oise , 95, « Panorama de la gravure, de Daubigny à nos jours » jusqu’en  avril 2010, le musée DAUBIGNY Manoir des Colombières Rue de la Sansonne 95430 Auvers-sur-Oise, 013036 8020

A venir

Paris, Salon International de l'Estampe au Grand Palais, Paris du 16 au 18 avril 2010
Suisse
, La Chaux de Fonds, Musée des Beaux-arts « Le Monde en noir et blanc » du 15 mai au 12 septembre 2010. 


 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 14:17

Chili : Estadio Nacional , le témoignage de la misère humaine par Marie-Anne Chenerie

 

Vous souvenez-vous du 11 septembre 1973? Beaucoup d'entre vous sont trop jeunes, mais pour moi, cette date de fin d'été  évoque  tristesse, colère, inquiétude : les adultes de ma famille ( concernés par le Chili et l'Amérique du Sud, puisque plusieurs y étaient en poste à l'époque ) , chuchotent, se taisent , pleurent même,  échangent les pires informations : on exécute , le Président Allende s'est suicidé , trahi par ses généraux, les chars sont dans la rue, le grand Stade National est le lieu de toutes les tortures : la dictature s'installe , le rêve de ce peuple s'effondre . Je ne comprenais pas très bien l'importance de ces événements si éloignés de la France et dans ce pays mystérieux , le Chili. .

Puis plus tard, j'ai lu les écrivains d'Amérique du Sud, et, tout particulièrement Isabel Allende , la nièce de Salvador Allende , et le plus émouvant de tous ses ouvrages «  Paula » le récit de cette année qu'elle a passé au au chevet de sa fille de 30 ans qui va mourir et pour qui elle reconstruit , par la magie de ses histoires, comme savent le faire tous ces auteurs sud-américains , les racines de  sa famille, ses rêves brisés ; des personnages traversent l'ouvrage : Pablo Neruda et sa maison pillée après sa mort , Victor Jara , aux mains brisées par la torture , et tant d'autres anonymes  .

 

Et je retrouve à la dernière exposition de la Fondation Louis Vuitton, expovuitton3-b84c2«  Chili, l'envers du décor », une video magnifique et poignante de  Camilo Yanez ;« Déambulations », cet écran immense autour duquel le spectateur peut tourner , devant laquelle il peut s'asseoir. C'est un travelling très lent, au coucher du soleil,  du stade démantelé , abandonné : les sièges de plastique bleu entassés estadio nacional 1, les plaques de gazon  arrachées, le ciment des gradins écroulé, les portes de sortie, dont les flèches indiquent quelle sortie ? , une grue rouge, à l'arrêt immobile, comme suspendue . Un seul être vivant dans toute cette video; un oiseau ( un corbeau ?  ) qui s'envole et sort du champ. Aucune image dramatique, beaucoup de sobriété  , seulement une tristesse très forte et très mystérieuse; il ne se passe rien ; c'est un stade vide en train de s'écrouler lentement . Et ce «  rien » laisse monter de images  si tristes et si violentes de la misère humaine . Ce  stade a été le camp de concentration de la dictature du Général Pinochet , le lieu de centaines d'exécutions sommaires. Pendant deux mois et à la vue de tout le monde, des horreurs sont commises face à un peuple terrifié.  Il a été aussi le lieu de concerts,  de matches brillants et même de la visite du pape Jean-Paul II . Mais rien n'effacera ce qui s'y est passé ce mois de septembre 1973 et cette video , qui ne montre aucune de ces images de violence  , nous le rappelle avec force et pudeur .

.

En voici une illustration, un poème  d'amour de Pablo Neruda, lui aussi résistant au régime dictatorial , chanté par Victor Jara ChileStadium, ce jeune poète torturé puis assassiné dans ce stade .

L'artiste, lui, a choisi pour accompagner ces images une autre chanson de Victor Jara, « Luchin », celle d'un jeune garçon qui joue au foot avec une balle de chiffons .

 

Un  stade : lieu de fête ou lieu de mort , c'est ce que les homme en font .

Informations pratiques

101, av. des Champs-Elysées 60, rue Bassano 75008 Paris 
01 53 57 52 00

Métro 1 George V, Bus 73

Programmation
Du 19 février 2010 au 9 mai 2010.
lun à sam de 12h à 19h. dim de 11h à 19H

entrée libre

 

Partager cet article

Repost0