Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 17:42

 

vicente.jpgParadis perdu par Anne Le Menn

Un enfant français élevé en grande partie au Japon, reste y vivre ; il devient artiste et utilise les techniques de l’estampe japonaise ukiyo-epour s’exprimer.

Nous sommes dans les années 30, une langueur et une stylisation que  l’on retrouve dans certains  des portraits de Tamara de Lempicka marque son œuvre, pourtant il vit  très loin de l’univers parisien. Il fixe  les habitant des iles de la  Micronésie dans des poses immobiles  où le décoratif l’emporte sur le pittoresque.

La Micronésie correspond  à un chapelet d’iles dispersées  de l’Océanie, Paul Jacoulet  y effectue plusieurs voyages entre 1920 et 1932 notamment dans l’île de Yap. Il collectionne bijoux et papillons et dessine les habitants,  les magnifiant décorés de leurs remarquables tatouages.

En résulte une galerie d’estampes, les images d’un paradis perdu, d’un monde de plages tropicales entourées d’une végétation luxuriante. Les  corps alanguis et sensuels font naitre le regret, nous imaginons que cette civilisation sereine a disparu.

L’artiste dans une œuvre singulière conjugue travail  d’ethnologue et reportage journalistique.  Il fait partager son amour pour une population qui l’a fasciné.  Mais, c’est l’homme derrière l’artiste qui finit par intriguer  et que l’on cherche à  cerner en parcourant cette exposition.

Information Pratique

Musée du quai Branly

Un artiste voyageur en Micronésie, l'univers flottant de Paul Jacoulet,

Jusqu’au 19 mai 2013

Photographie :

Dossier de presse Vicente Rogopes en visite chez moi

Elégant de Saïpan, Mariannes,

avril 1929

crayon et aquarelle sur papier

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog Achener de l'Estampe - dans Actualités de l'estampe
commenter cet article

commentaires