Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 17:00

 

The Seabass :  Pêche bretonne à la Fondation d’Entreprise Ricard  par Anne Le Menn

 

Tiens donc,  mais c’est la Duchesse Anne, la boiteuse en sabot (elle ne fait pas l’unanimité depuis qu’elle a rattaché la Bretagne à la France du côté de la pointe finistérienne).  Que fait-elle, sur cette image,  façon sortie d’imprimante à picots des années 80,  dans cet endroit réputé «pointu » dans l’art contemporain ?  Voilà ce que je pensais en pénétrant dans l’exposition « The Seabass » à Fondation d’Entreprise Ricard. 

A la lecture de la brochure explicative et gracieusement mise à  disposition à l’entrée, geste d'autant plus apprécié que l'entrée est gratuite,  l’auteur en est un certain Loïc Raguénès, qui si je me fie à son patronyme ne doit pas être d’une famille originaire de Perpignan.LR02.jpgLR03.jpg

Je passe par  une arche bleue fort décorative, « Clouds »  constituée d’un assemblage de mousse thermocompressée, qui semble constitué de ballons de foot, pour découvrir une salle  où le retour du figuratif est notable.

 ERclouds.jpgERB02-the-clouds.jpg

Dessins,  photographies,  tout est bien propre. Pas de coulures un peu sales, pas de crâne ni de scène avec du sang.  Les dessins de Corentin Grossman  sous les traits de graphite soignés et leurs couleurs tendres sont bien un peu inquiétants,  ils présentent des personnages  qui semblent une dérivation un peu lubrique des monstres du livre   de Maurice Sendak  « Max et les Maximonstres ». 

cG2.jpgCG02.jpg

Un éclairage de Ronan et Erwan  Bouroullec (les auteurs de Clouds)  descend du plafond,  j’aimerais bien le même pour changer l’halogène du salon qui est vieux et moche.

Les différentes œuvres  se marient bien, ce qui est toujours difficile  dans une exposition collective, mais quel est leur point commun, à part une prédominance de prénoms bretons chez les exposants  et quel est le rapport avec le titre?  La genèse de l’exposition  est expliquée dans le  catalogue  par le commissaire de l’exposition,  Eric Troncy, elle est une sélection pour  la 13eme édition du Prix de la Fondation d’Entreprise Ricard. Le petit  livre commence et  termine  par un proverbe breton. Pour les néophytes les proverbes bretons sont généralement assez gratinés voire triviaux, celui de l’exposition est  très sage :

« Arabat eo kement tra a glever

Dibaot ar wirionez ha stank ar gevier « 

(Point ne faut croire tout ce que l’on dit : rare est la vérité et le mensonge répandu)

Donc curieusement une exposition dont  le nom « The Seabass » soit le bar, explique une pêche plutôt bonne d’artistes avec des noms bretons.

Même si vous n’avez pas tout suivi, allez voir par vous-même, c’est un lieu très agréable, et cette façon d’évoquer la Bretagne est tout à fait étonnante.

 Kenavo ! *

Informations pratiques

Fondation d’Entreprise Ricard 12 rue Boissy D’Anglas 75 008 Paris

Ronan et Erwan Bouroullec, Gaétan Brunet et Antoine Espinasseau, Erwan Frotin, Corentin Grossmann, Adrien Missika, Loïc Raguénes.

Voir plus d’expressions bretonnes dans le livre : Les bretonnismes d’Hervé Lossec : Le Français tel qu’on le parle en Bretagne, éditions Skol Vreizh 2010.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires