Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 08:45

 Hyper réalisme sculptural Par Michel Duvail

 

affiche.jpgPourquoi ai-je pensé à Angela Merkel, prenant le soleil sur une plage, en voyant la première sculpture monumentale qui occupe tout l’espace du grand hall de la Fondation Cartier ? Est-ce l’actualité, est-ce le réalisme exacerbé des sculptures ?

 

La nouvelle exposition de la Fondation, présente moins d’une dizaine d’œuvres et un documentaire de près d’une heure sur le travail de Ron Mueck. Le nombre réduit de sculptures exposées entraîne une petite frustration en sortant. De ce fait l’exposition se visite assez rapidement même si trois sculptures nouvelles ont été spécialement créées pour cette occasion.  On peut se rabattre sur le film quasiment muet mais très didactique sur la progression de la conception de ces 3 nouvelles œuvres.

photo-1.JPGL’opportunité de voir le travail de Ron Mueck est suffisamment rare pour justifier la visite et cette exposition qui devrait faire le plein. La lenteur du  processus de l’artiste : d’une très grande minutie créative, explique le peu d’œuvres nouvelles présentées.

Les pièces montrées sont d’un réalisme époustouflant presque dérangeant, ce qui peut exacerber notre côté voyeuriste. Mais les changements de format : du géant au modèle réduit en font toute leur originalité. On dirait des arrêts sur image montrant les détails les plus intimes des personnages, ce qui leur confère une dimension secrète, mystérieuse, intrigante. Pourquoi nous touchent-elles ? Alors que les sujets sont d’une grande banalité comme ces deux personnes âgées sur une plage, cette femme portant son enfant sur son ventre, ce coq plumé et pendu par les pattes ou encore cet homme se prélassant dans une piscine imaginaire mais présenté à la verticale. Je pense que chaque visiteur, comme dans certains vieux tests de psychologie clinique, sera amené à partir de sa propre interprétation à se raconter une histoire pour chacune. C’est ce qui rend les sculptures si vivantes dans leur immobilisme tout en agissant sur notre imaginaire, en faisant apparaître le rêve dans le réel.

 

photo-2.JPGInformations Pratiques

Fondation Cartier

261 boulevard Raspail

75014 – Paris

 

Du 16 avril au 29 septembre 2013

9,50 euros

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires