Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 21:28

Gilles Aillaud  : un hommage au vivant par Marie-Anne Chenerie

 

La Bibliothèque Nationale  présente sur son site François Mitterrand  une superbe exposition de lithographies du peintre Gilles Aillaud. Ces lithos constituent  un ensemble majeur de son oeuvre édité, "l’Encyclopédie de tous les animaux y compris les minéraux" : galerie de portraits , réalisés avec une grande économie de moyens : crocodile suggéré par un trait noir assorti de rares indications d’ombres ou de reliefs, lion et singes sont par quelques tâches de couleur. A chaque fois, le blanc de réserve occupe la quasi totalité de la surface de la page. Ces oeuvres, qui tendent vers l’abstraction, n’en parviennent pas moins à exprimer l’essentiel. Le crocodile apparaît ainsi dans son inquiétante immobilité, le poulpe ondulant aillaud-poulpe.jpg, le kangourou qu'on ne reconnaît que par son ombreaillaud-elephant.jpgle lion dans son repos impérial, les singes  dans leur mouvement frénétiqueexpo_gilles_aillaud_gd.jpg. L'art de la mise en page est ici aussi à son sommet : regardez cet oeil d'éléphant , qui nous dit tout de l'immense bête , ou encore cette hure de sanglier vue d'en haut ,  si brutale qu'on en ressent presque le choc de la bête lancée à fond .

Cet ensemble est simple, à la limite de l'austérité , et aussi souriant et léger : les enfants ne s'y trompent pas qui y prennent un réel plaisir

            Oui, ils sont là , le caractère de l'animal est si bien analysé et transcrit :drôle comme le chameau, touchant comme la girafe ( n'avez vous jamais été touché par la maladroite obstination de la girafe  qui atteint enfin la plus haute feuille de l'arbre ? ) , mystérieux comme le nasique , inquiétant comme le caméléon , étonnant et dédaigneux comme le lion .

            Et, chose curieuse , mais qui s'explique par le grand respect de Gilles Aillaud envers la nature sous toutes ses formes , il y a aussi des lithographies d'obsidiennes luisantes , l'obsidienne, rappelons nous qu'elle était la matière des poignards avec lesquels les prêtres aztèques arrachaient le coeur des sacrifiés , le silex en forme de profil  animal e , des grès poreux et , le seul élément coloré d'un beige très doux : un bloc de calcaire ; certains animaux sont d'ailleurs presque minéraux eux-mêmes( la tortue ){ ou ressemblent à des  végétaux ( les anguilles ) ; il n'y a plus de frontière . Ces «  êtres » répondent aux animaux , mais aussi aux écorces et aux feuilles qui sont aussi représentées dans ce «  bestiaire » : tout est vivant , tout est là, tout nous parle .

            Il y a  même , et j'adore cette discrète ironie de l'artiste , un maque antique archaique  , usé , dont on  ne sait pas trop si le nez manquant était un nez ou un mufle, ou si les oreilles ne sont pas celles d'un faune ou d'un félin.

 

            Les textes de JeanFrançois Bailly, écrit sur place  dans le voyage au Kenya , avec Aillaud et Bordas qui accompagnent cette encyclopédie sont merveilleux , je vous cite un extrait «  L'harfang »: » la résolution naturelle sous forme d'oiseau de la lumière arctique , ..il est cette nuit et ce silence » 


            Je garderai le souvenir de tous ces regards d'animaux, de cette si grandeliberté avec laquelle ils vivent , comme de la liberté   de l'artiste qui les a représentés . Gilles Aillaud, un grand portraitiste , davantage qu'un peintre animalier !

 

BNF Site François-Mitterrand

du mardi au samedi de 9h à 20h
dimanche de 13h à 19h
lundi de 14h à 20h
fermé les jours fériés

Entrée libre Jusqu’au 18 juillet

Partager cet article

Repost 0

commentaires