Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 21:04

 

Les Dogons au Musée Branly : il suffit d'une seule impression très forte par Marie-Anne Chenerie

 

 

 

            Cette grande ( trop grande ) exposition au Musée du Quai Branly, réunit plus de 300 œuvres et dresse un panorama complet ( trop complet ? ) de l'art dogon depuis le VII è siècle .

            Certes les critiques ont parfois sévères, c'est vrai que le premier contact avec l'immense «  open space » de la salle des sculptures peut décourager le visiteur peu averti que je suis , désemparée par tant de choses à voir et , de plus , les reflets de chaque statue dans la cage de verre de la statue suivante , se mélangent aux reflets des visiteurs  . . C'est vrai que l'éclairage laisse à désirer parfois et que les masques sont souvent  accrochés trop haut .

 

            Mais j'ai retenu deux images très fortes .

            Tout d'abord, et c'est le clou de l'exposition, en clôture, une très grande figure ( 2m 10) hermaphrodite au bras levé , que l'on retrouve dans la belle affiche . dogon-affiche.jpg

            Oui je le reconnais j'ai été impressionnée par cette figure :   menaçante ? protectrice ? Solide en tout cas, de la solidité de l'arbre dont elle a épousé la forme

personnage-visage.jpg

. J'ai souvent rêvé d'un personnage, bienveillant et aussi sévère, qui pourrait à certains tournants de ma vie me dire «  stop » avec son bras levé » , ou bien « c'est bien là le chemin » . Figure du père direz- vous, évidemment, mais j'ai trouvé là une représentation d'autant plus intéressante qu'elle n'est pas exclusivement masculine ( le personnage a des seins et une barbe , par exemple ) et qu'elle émane d'une culture si différente de la mienne et tout d'un coup si proche .

 

            L'autre objet que j'ai retenu, et cela est peut être moins classique est le tissu d'indigo qui servait de linceul pour emmener le morts dans la grotte dédiée.

            D'abord pour moi, l'indigo est magique ; c'est d'ailleurs une des matières colorantes les plus anciennement connues . La préparation des teintes bleues est le fruit d'une longue et complexe manipulation . L'exposition se termine par  un tissu classique , fait de neuf bandes de motifs indigo et blanc : ce symbole du tissu du dernier voyage et aussi le symbole du passage ,la mort étant souvent dans ces civilisations un passage  . Et l'homme ( homme? ) au bras levé nous indique le chemin .

 

            Pour terminer de façon plus légère, voici les  photos de quelques tissus d'indigo , qui ne figurent pas dans l'exposition , mais que je trouve très belles  : un indigo brillant ( le tissu a été battu par un maillet de bois pour obtenir cet aspect ) et des wax hollandais déchargés sur une plage indigo-brillant-001.jpg .

wharf.jpg

 

Informations pratiques :

 

« Dogon »

Musée du Quai Branly, 37 quai Branly, Paris VIIe

Du 5 avril au 24 juillet, Horaires d’ouverture: mardi, mercredi, dimanche de 11h à 19h; jeudi, vendredi, samedi de 11h à 21h

Billetterie: 7 euros (plein tarif) / 5 euros (tarif réduit)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires