Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 22:19

 

                        Les Arts décoratifs japonais: beau, créatif, traditionnel par Marie-Anne Chenerie

 

Voici des motifs décoratifs :

motifs-arts-nouveaux.jpg

carpe-jap.jpgLes uns, en couleur , sont des motifs européens « Art Nouveau », l'autre est un motif classique de carpes japonais . Cette simple comparaison suffit à montrer les  très fortes interactions entre Art nouveau , Art déco et art décoratif japonais .

La Maison de la Culture du Japon, qui a déjà été citée dans ce blog pour sa très belle présentation autour d'installations en naphtaline présente une courte mais intéressante exposition à ce sujet : « Les Arts décoratifs Japonais face à la modernité 1900/1930 » . affiche-ok-001-copie-1.jpg

Il est étonnant de voir les imbrications de ces deux styles, tous deux émanant d'une période de créativité étonnante.

 

Je voudrais d'abord, sans vouloir paraître pédante, rappeler quelques principes de base de l'art décoratif, donnés par le grand architecte et décorateur Owen Jones (1809/1874) ; voici, en illustration,  quelques exemples de ces motifs japonais présentés dans l'exposition, illustrations exactes de ces théories prises  dans son grand ouvrage «  La grammaire de l'Ornement » qui sert encore aujourd'hui de   bible à beaucoup de professionnels.

J' ai choisi deux propositions  théoriques  , parmi les « Principes généraux de l'arrangement des formes et des couleurs dans l'architecture et dans les arts décoratifs », qui correspondent pour moi, aussi bien à l'art décoratif japonais qu'aux arts décoratifs des années 1900/1930. 

Proposition  10: L'harmonie de la forme consiste dans la juste balance et dans le contraste des lignes verticales, horizontales, obliques et courbes

Proposition 13: Il ne faut pas employer comme ornements des fleurs ou autres objets tels qu'on les trouve dans la nature , mais simplement des représentations conventionnelles fondées de ces objets, assez ressemblantes à leur modèle pour en rappeler le souvenir, mais assez artificielles pour ne pas détruire l'unité de l'oeuvre qu'elles servent à décorer .

 

            Le Japon a ouvert ses frontières commerciales dans les années 1850, son style a attiré les foules lors des expositions universelles (celle de 1900 en particulier ) et la passion de célèbres amateurs : les Goncourt , Edmond, en particulier , amoureux du japon et collectionneur, Monet, Manet ; les artistes japonais, à leur tour intègrent, assimilent cet esthétisme et cette culture , dans les mouvements de l'ère Meiji, qui s'ouvre en 1868 , puis Taischo, ou Sekido .

            Ce que je trouve merveilleux dans ces œuvres, ce sont ces valeurs éternelles , le respect du beau, y compris dans ces infimes détails ou nuances , la vibration entraînée  par ce sentiment de beauté fragile , instantané , comme volé par surprise  : le cycle des saisons, les «  trois amies du poète » : la fleur de cerisier, les cristaux de neige et la lune; la tradition poétique est là, aussi bien dans les haiku que dans les peintures, soieries, paravents , céramiques . Ce cheval au crépuscule, sorti d'un étang est à la fois présent et fantôme, le bleu de l'étang et le rouge du soleil étant parfaitement suggérés par la «  couverte » de la céramique jap-crepuscule-ok.jpg

            Cette période foisonnante sur le plan de la créativité , en termes d'architecture, de mobilier, de décoration, de mode,  bref, de toutes les formes d'arts plastiques, a marqué l'ensemble des artistes de tous les continents; le Japon y a trouvé une nouvelle fécondité , très particulière , alliant la tradition ancestrale , à une étonnante jeunesse.

 

            En conclusion, je cite Owen Jones, toujours lui: «  Ce serait acte de suprême folie que de tenter d'établir de nouvelles théories de l’art, ou de former un nouveau style, sans l'aide du passé. Ce serait méconnaitre tout d'un coup l'expérience de milliers d'années et renoncer à l'amas de trésors de connaissances qu'ils nous ont laissés. Nous devons au contraire considérer comme notre héritage tous les travaux du passé qui ont été couronnés de succès, et, sans les suivre aveuglément, il faut les employer comme guides pour découvrir la vraie voie ».

 

            L'art japonais a su parfaitement réaliser ce principe , intégrant passé et modernité , tout comme l'Art nouveau ou l'Art déco .

 

Les illustrations de cet article sont tirées du dossier de presse de l'exposition, des deux ouvrages de l'excellente collection «  Art nouveau designs et Japanese pattern » de Pepin Press  et de

Owen Jones : La grammaire de l'Ornement chez l'Aventurin . J'ai aussi été très intéressée par le blog sur l'Art Nouveau «  Des Chardons sous le Balcon » http://art-nouveau.style1900.net/

 

Informations pratiques :

Les arts décoratifs japonais face à la modernité

Maison de la Culture du Japon, jusqu'au 23/12/10

101, quai Branly, de 10h à 19h du mardi au samedi .

Entrée : 5 €

Partager cet article

Repost 0

commentaires