Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 22:37

L’exposition « le trésor des Médicis » est un parcours historique, politique,  humain et artistique. La destinée de cette famille italienne passée de l’activité d’apothicaire, aux fonctions de  pape  ou de reines avec Marie et Catherine, montre des individus puissants  épris de culture qui appréciaient le commerce avec les artistes  et  les scientifiques.

733px-Botticelli_085A.jpgDès 1476, les Médicis  posent  autour du petit  Jésus d’une crèche de Noël, sur le tableau l’adoration des mages  de Sandro Boticelli. Mais ils n’aiment pas uniquement l’art de leur contemporains, ils sélectionnent des pièces de toutes origines. Des vases chinois du XVe attestent des échanges commerciaux de l’époque. Un étonnant manteau de plume rouge de provenance amérindienne est l’un des éléments d’un cabinet de curiosité,  où des coquillages exotiques tels que le Nautile sont montés en pièces d’orfèvrerie.  eleonore.jpgEléonore de Tolède, sur son portrait par  Angelo Bronzini, a la main ornée d’une bague  de la période romaine.

Pour se faire conseiller dans ses acquisitions, la famille interroge Léonard de Vinci .  Mais   les rapports avec les artistes  peuvent être plus tendus, Michel Ange sous peine d’excommunication doit  accorder l’exclusivité de son œuvre au pape Médicis Léon XMarie de Médicis quand à elle, passe commande à Rubens. Une salle  montre cote à cote deux portraits de  Marie et Catherine de Médicis,  leurs  tenues ruisselantes de perles ce sont des femmes de pouvoir.

Mais selon les personnalités des Médicis et les périodes,  les centres d’intérêt varient, cela permet des salles par thématiques très variées : l’opéra aurait été inventé sous leur  impulsion  pour le mariage de Ferdinand Ier de Médicis avec  La Pellegrina de Girolamo Bargagli. Ils ont aimé les jardins : la botanique et la zoologie sont illustrées par de superbes planches de mandées à Jacopo Liggozi.  Un des derniers Médicis était musicien, un autre collectionnait des autoportraits.

Un espace  retrace dans une ambiance « disco » murs brillants et  texte illisible,  le cabinet des Mathématiques, créé par Cosme 1er en 1555, et son  l’intérêt pour Galilée.  La scénographie rendue difficile par la disposition  exiguë et biscornue des locaux  est le point faible de cette exposition.  Les éclairages et les présentations parfois très basses  ne rendent pas toujours la lecture facile.  Toutefois la qualité des pièces présentées et la mise en lumière d’une vaste période artistique  vue par  leurs commanditaires  permettent de passer un bon moment en se remémorant des  souvenirs des cours d’histoire.

 

Tout de même quelle famille !

 

Informations Pratiques

 « Trésor des Médicis », jusqu’au 31janvier 2011 au musée Maillol, Fondation Dina-Vierny, 59, rue de Grenelle, Paris VIIe  01 42 22 59 58 Ouvert tous les jours de 10h30 à 19h nocturne le vendredi 21h30..  www.museemaillol.com. L’entrée est chère  11 €

 

 

Visuels Wiki Commons

Partager cet article

Repost 0

commentaires