Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 19:15

 

    A se retourner dans son sarcophage par Michel Duvail

 

 

 

photo expoCertes, ce n’est pas une exposition d’art contemporain d’un accès facile.  Elle semble  même revendiquer son hermétisme et sa conceptualité. Globalement c’est pédant… et elle mérite sans doute un premier prix en matière d’élitisme abscond.

 

Les commissaires de l’exposition, à  vouloir inciter le public à devenir plus critique dans sa façon de regarder les expositions en général, ont totalement atteint leur objectif.

 

 

 

photo1-copie-1L’idée des concepteurs est qu’un objet d’art ou non, placé en situation d’être vu voit son statut changer. L’exposition, pour faire simple, donne à réfléchir sur la façon dont sont perçus les objets en fonction du lieu et de l’époque où ils sont admirés.  Pour cela les objets présentés  font des allers-retours entre culture ancienne (essentiellement égyptienne) et contemporaine de moins 2000 à plus 2000.  La confrontation historique entre les rapports complexes Occident – Moyen Orient a dû m’échapper dans la chaleur des sous-sols de l’IMA.

 

L’exposition est divisée en trois parties : sections artistes, musée, public mais cela ne la rend malheureusement pas plus accessible. Il y a quelques belles sculptures à admirer ainsi que les sublimes dessins de David Roberts (the Holly land – 1849).

photo2-copie-1.JPG

 

 

A ne pas rater le sarcophage Tupperware.

 

Dans un genre approchant,  les maîtres du désordre étaient au moins jouissifs.

  photo-3-copie-1.JPG

IMA

Jusqu’au 8 septembre 2013

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires