Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 23:19

Henry Moore une leçon de travail par Marie-Jeanne Laurent

Henry-Moore-Atelier.jpgA Paris nous avions vu de très belles expositions de l'œuvre de Henry  Moore, la dernière au Musée Bourdelle, présentait  ses "warriors"  au  milieu des œuvres du maître des lieux, et les deux géants s'entendaient parfaitement. Cette fois, nous avons la chance d'entrer dans l’ atelier d’Henry Moore, comme si le sculpteur allait y surgir : sa table de travail est encombrée, ses étagères bourrées d'objets ramassés, os, bois flottés, galets, petites maquettes très finies ou non , une vieille radio, outils de grattage, polissage, ou pointes (certaines données par un dentiste de ma connaissance, graveur à ses heures). Tout est bon pour son travail d'artisan patient,  Henri Moore s'attelle à son ouvrage, l'interrompt pour une autre idée lancinante et urgente, puis revient sur la petite silhouette en plâtre.

Le  compas est présent : l’outil indispensable,  il permet de relever les "points-chefs" (certains disent les chefs-points) qui sont nécessaires pour dégrossir la pierre d'après la maquette. En allant visiter l’exposition permanente du Musée Rodin, vous retrouverez  sur les plâtres exposés ces points-chefs, ce sont des pointes parfaitement  visibles, que le praticien devait reporter, sans en omettre un seul.

Henry-Moore-2.jpgTout le processus créateur d’Henry Moore est déployé : dessins retravaillés aux crayons de couleur, crayons gras et lavis, nombreux croquis qui fixent la mémoire de l'idée qui aura plus tard 3 dimensions. Les fameux dessins des  "reclining figures" réalisés dans le métro de Londres pendant le blitz, de nombreuses maquettes de petit format, mais très finies, qu'il envoyait ainsi au fondeur, ce dernier se chargeant de leur donner le format final  (j'allais dire monumental, mais les toutes petites maquettes sont déjà  "monumentales").
Ensuite,  le travail abouti : des plâtres à la grandeur définitive, que l'artiste pouvait encore gratter, sculpter, polir.  Ces éléments permettent de  se rendre compte de la genèse de l’œuvre d’Henry Moore, de son travail de force, patient et obstiné, que le sculpteur, même pressé par d'autres idées, avait sans doute  bien du mal à "lâcher". C’est une formidable et stimulante leçon de travail que nous propose l’exposition « Henry Moore, l'atelier, sculptures et dessins ».

Informations pratiques

Musée Rodin 79, rue de Varenne 75007 Paris, M° Varenne. Du mardi au dimanche de 10h à 17h45, Entrée 7€. Jusqu’au 27 février 2011

Partager cet article

Repost 0

commentaires