Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 18:21

Confesse : l ‘excellence des petits formats  par Marie-Anne Chenerie

 

 

affiche-copie-1.jpgIl y a des mots comme ça, inoffensifs en apparence, et qui, si vous les détaillez, prennent une vie propre et s’avèrent en définitive vivants, moqueurs, ambivalents. Tel est le mot « Confesse », qui prend un tout autre sens si on le lit comme sur l’affiche de l’exposition Fabien Chalon à la Mairie du IV è arrondissement à Paris ; même chose d’ailleurs pour le mot « Vraiment », aussi utilisé dans l’exposition.

 Des boîtes de la taille d’une télé ( … vintage ) dont le spectateur déclenche lui-même le mécanisme d’animation  évoquent cet univers particulier : son, fumée, lumière, mouvement, tout y est , avec quelques éléments récurrents comme les billes qui roulent ou les effets spéciaux de brouillards..

        Impression d’un univers de fantaisie, inquiétant et apaisant à la fois, qui mélange poésie et mécanique. Exactement comme quand, enfant, vous tombiez par hasard sur une séquence à la télé, ou une photo dans un magazine (on a beaucoup plus rarement regardé par le trou de la serrure…), presque une intrusion dans l’univers « des grandes personnes ». D’autant plus frappant lorsque les boîtes traitent du « sexe », rouge et noir, bordel et enfer, religion et contrition, sensualité et confessionnal. Peut-être certains de nos lecteurs gardent le  souvenir des passages dans les confessionnaux, moi j’y ai retrouvé cette ambiance confinée, ambiguë, dont le poids ne disparaît que quand vous sortez, trop content d’acheter votre  légèreté avec quelques prières dites d’autant plus fiévreusement que vous avez senti le vent de l’enfer ..

 

        IMG00538-20130405-1751-copie-1.jpgBref, de très bonnes mises en scène avec les petits formats de la Mairie du  IVè. En effet j’ai été revoir l’installation de Fabien Chalon à la Gare du Nord, et j’y ai été un peu déçue : quasiment personne ne regarde la machine, pourtant très grande, qui vit sa vie de machine un peu solitaire, dans l’indifférence de la foule pressée. Le petit format contribue, pour ce type de représentation, à l’intimité et à la force du message.

 

Informations pratiques :

Mairie du 4 ème jusqu’au 30 avril

2 place Baudoyer

 

Illustrations par l’auteur et affiche

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires