Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 20:45

 

Les Gobelins : installations  inattendues par  Marie-Anne Chenerie

 

            Surprise à l'entrée de l'exposition: « Décor et Installations » des vénérables «  Gobelins »: vous entrapercevez par la grande porte ouverte de l'exposition des cadres retournés , déposés par terre, superposés, un mur d'une couleur indéterminée ,entre le beige, le marron et le jaune . « L'exposition est finie? » demandez vous à la caisse, un peu vexée de ne pas avoir été plus vigilante sur le dates . «  Non,madame , C'EST l'exposition » vous répond-on d'un ton mi- moqueur mi- agacé.gobelins-entree.jpg

            Le textile, le tissage, le tapis est bien au coeur de cette vingtaine d'accrochages, depuis les panneaux de bandes tissées   qui jalonnent le parcours , jusqu'aux tapis classiques ou détournés .

 

            Si l'ensemble donne parfois l'impression d'une juxtaposition  ( les néons de Morellet dans des cadres anciens , à côté des transparences de Ruyant, par exemple) , j'ai retenu trois oeuvres ,de mon point de vue très réussies, tant par leur qualité intrinsèque que par leur relation avec l'espace d'exposition .

 

            gobelins_aballea_small_GMA.jpgTout d'abord les 2 fauteuils «  Jour » et «  Nuit » de Martien Aballéa , dans un décor sombre et sur un tapis subtilement moucheté : deux fauteuils anciens , pur Louis XVI, recouverts de tissus brodés , l'un en positif, l'autre en négatif, d'après une même image numérique . Et même si vous n'êtes pas obligé d'en connaître toute la fabrication, vous appréciez les contraires qui se valorisent et se répondent : le passé et le présent, le jour et la nuit, l'argent et le doré  l'abstrait et le figuratif .

 

           gobelins-poirier.JPG Ensuite , l'installation d'Anne et Patrick Poirier «  Fabrique de la Mémoire » , qui vous amène , dans un parcours de miroirs , à regarder autrement les superbes «  Gobelins », leurs chevaux, les feuillages, les armures , les tentures, se reflétant à l'infini dans des miroirs fermés sur eux mêmes . Le gardien, gentil et fier de la mise en scène, vous fait enfiler des chaussons en non-tissé ( et ces chaussons sont bien la seule chose «  non tissée » de l'exposition ! ) pour pénétrer au coeur de ces  reflets .gobelins classique « Attention, ça glisse », vous dit il paternellement, c'est vrai que le parquet lambrissé et ciré de la galerie glisse sous vos chaussons, accentuant votre léger vertige. Et par un phénomène étrange  le motif reflété vous paraît quasiment vivant, son original de la tapisserie semble appartenir au passé, couleurs plus ternes, contours un peu flous.

 

           ruyant.jpg Enfin, les carrés brodés de Didier Trenet, humour et inquiétude devant ces motifs délicatement brodés : non, pas de  fleurs, mais des mouches, des insectes peu décoratifs ...Un vrai paradoxe, poétique et dérangeant.

 

            Des techniques et un savoir faire historiques, parfaitement maitrisés utilisés dans le champ de l'art contemporain : une vraie réussite  soulignée par les éclairages  la Manufacture, qui ne dépareraient pas une «  Nuit Blanche ». 

 

Les illustrations sont des photos personnelles ou ont été extraites du dossier de presse.

 

Informations pratiques :

DECOR ET INSTALLATIONS, jusqu'au 4 avril 2012



 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

tévi 23/02/2012 09:41

je suis tombée sur cet espace en fouinant sur internet. Je dois faire un compte-rendu sur ma visite à la galerie des Gobelins et vos résumés nets et précis vont bien m'aider. je repasserais donc
poser mes yeux sur vos articles.
Tévi