Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 22:58

 

Casanova une exposition flamboyante par Marie-Jeanne Laurent

 

L'exposition, flamboyante à son image, s'est terminée dimanche 19 février 2012 à la BNF de Paris sur le site Richelieu.

 

Traitées en forme de théâtre à l'italienne, une succession de pièces, tendues de rouge nous entraînent dans le tourbillon de la jeunesse et de la gaité à Venise, des fastes des cours successives où ce terrible homme, sans naissance ni argent, savait s'imposer auprès des grands, perclus d'ennui et de vanité.Ce terrible homme, aventurier, tricheur, si séducteur, a même fondé à Paris, avec une loterie, beau piège à alouettes, une manufacture de tissus, où se manifeste son goût et son amour du beau. Las, il fait vite faillite bien sûr, jetant sans doute l'argent à tous vents.



Trois  surprises, de taille :



1- Le manuscrit, écrit en français, de "l'histoire de ma vie", presque sans ratures, 10 volumes écrits 13 heures par jour pour tromper l'ennui de l'hiver en Bohême, manuscrit dont la BNF est tout simplement propriétaire (13 h par jours, à vos plumes...même si vous n'avez pas vécu 10 vies).
2- une gravure de Piranèse  (série des prisons), 55cm x 40 environ, où  les rayures agressives, entrecroisées comme une partition de musique irréelle jouent lumière, clairs-obscurs, pénombres et le noir de l'enfermement.piranese.jpg
3- le manuscrit autographe de Don Giovanni par Mozart, tout simplement. (Casanova y aurait participé)

Ces trois pièces inestimables répandues parmi tableaux, objets précieux de la vie quotidienne d'un homme raffiné, et même beaux vêtements de soie, ainsi que gravures classiques de l'époque. Une estampe, sans doute un vernis mou, qu'on  nous indique avoir nécessité 3 plaques pour la couleur et 2 pour le noir, donne un portrait très curieux de Louis XV, que l'on disait beau, et montre parfaitement et sans doute sans le vouloir le caractère dépressif et "mou" du sujet.

Jeux de lumières, théâtres d'ombre, et même quelques extraits des très bons films qui lui ont été consacrés. à ce propos, je vous conseille de voir ou revoir "la nuit de Varennes" d'Ettore Scola, où Marcello campe un Casanova décati, mais toujours au-dessus de la mêlée, lucide et se moquant de lui-même, obligé de se plagier sous le regard amoureux des femmes qui le voient tel qu'il n'est plus...



Vous y verrez aussi son homologue français, mythomane accroché à son Ile Saint-Louis comme un pétoncle sur le rocher, Restif de la Bretonne, qui n'a voyagé en rêve, mais quels rêves.

Lisez ses "nuits révolutionnaires" et vous en apprendrez beaucoup sur ce que l'on ne nous a pas dit de la révolution à Paris
 Vous pourrez lire aussi "l'histoire de ma vie", qui vient de paraître en poche, mais je ne sais s'il y a 10 volumes ? 
Bien, au travail….

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires