Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 12:54

Les adeptes de l’Art pour l’Art par Anne Le Menn

 

Sous le règne de la Reine Victoria, l’Angleterre des milieux aisés constate l’industrialisation et vit sous la contrainte d’une société rigide, convenue et d’une hypocrite pudibonderie.

 

En réaction certains artistes s’inspirent des civilisations passées (grecques, égyptiennes, romaines) de périodes anciennes comme le Moyen-âge et de la découverte des œuvres d ’Art japonaises qui commencent à se diffuser en Grande-Bretagne. Les porcelaines bleues japonaises sont alors l’objet d’un grand engouement, et apparaissent dans beaucoup de tableaux.

 

Ainsi volontairement déconnectés de leur environnement, une élite aisée  n’hésite pas à prôner « l’Art pour l’Art » et se nommer « Aesthetic ». Elle  suit  certains artistes qui se sont rebellés contre l’académisme.

 

James Whistler en fait partie et c’est un réel plaisir de voir ses œuvres ponctuer la visite de l’exposition que nous présente le musée d’Orsay.  Femmes et enfants posent  dans des tenues blanches, la peinture est fluide, les ambiances sont calmes. Dans certains tableaux, d’autres artistes,  paraissent  des personnages presque mièvres. Mais ils sont placés dans un décor fleuri  réalisé  avec finesse et grâce. Le sujet a peu d’importance, c’est le coté esthétique qui est recherché.

 

Ces artistes novateurs n’investissent pas que le domaine de la peinture : meubles, théières,  papiers peints sont fabriqués dans le style ainsi développé. Cela permet à leurs adeptes également habillés à l’unisson, de vivre dans une maison qui suit le concept « Aesthetic.  Une vitrine montre ainsi des vêtements qui ne dépareraient pas  une représentation théâtrale d’un conte médiéval.

 

Ce milieu génère un personnage adapté à ce milieu sophistiqué, c’est Oscar Wilde, le champion de la citation, au point qu’on en oublie son œuvre littéraire. L’élégant à lavallière avait le sens de la formule et l’exposition en disperse dans chacune des salles,  pour finir je vous donc laisse réfléchir à cette phrase  « L'Art est tout à fait inutile ». Allez la méditer au musée d’Orsay en découvrant les espaces rénovés. Vous rendrez votre copie plus tard.

 

Informations Pratiques :

Beauté, morale et volupté dans l’Angleterre d’Oscar Wilde, Musée d'Orsay 62, rue de Lille 75343 Paris Cedex 07, jusqu’au 15 janvier 2012.

Ouverture de 9h30 à 18h  le mardi, le mercredi, le vendredi, le samedi et le dimanche

de 9h30 à 21h45 le jeudi. Tarif 8 €

 

Image Oscar Wilde source Wikepedia.

Partager cet article

Repost 0

commentaires