Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 16:36

Henri Barande: comment parler de la mort ? par Marie-Anne Chenerie

 

            Un artiste sexagénaire, discret, homme de culture et de philosophie, de silence, absent aux vernissages de la Rue Vieille du Temple à Paris ou de SoHo à New York , qui n'expose pas, ne signe pas, ne vend pas  , nous décrit ici avec force  et conviction   sa vision de la mort . D'autant plus étonnant qu'il a choisi pour titre «  Nice to be dead » , inspiré d'une chanson  d'Iggy Pop , artiste rock  , provocant et extrême .

barande affiche

 

            Quel est le lien ? C'est pour moi celui d'une grande et sincère liberté , discrète et subtile chez Barande, bruyante et expressive chez Iggy Pop . [

 

            Comment exprimer la mort ? Pour moi, Barande a réussi à nous faire sentir ce qui est peut être l'essence de la mort ( peut être, car , comment savoir ? ) : la distance que cet événement ( la mort d'un proche, avant la notre ) nous fait prendre avec le réel .

            Cette impression de distance nous est donnée d'abord par le fait de nous  retrouver face à des oeuvres très connues ,  ( Gauguin, Van Gogh , cette princesse Renaissance de tous nos livres d'histoire ..) , nice-to-be-dead-2.jpg mais très agrandies, pixelisées , donnant une impression de sérigraphie  ( en fait une peinture  très lisse) . L'agrandissement du tableau donne l'impression que les personnages ont été «  flashés » et demeurent éternellement dans cet instant. Les figures sont alors à la fois très  proches  et très lointaines , exemptes de matérialité . C'est une image à la fois sommaire et essentielle, moins et plus qu'une image : une empreinte . Cette empreinte , qui serait le souvenir d'un sourire, d'un regard, d'un regret aussi , laissé par un disparu. nice-to-be-dead.jpg 

 

            Les tableaux sont juxtaposés  à des éléments géométriques de mêmes dimensions et ainsi sont mélangés des éléments figuratifs qui deviennent presque abstraits ( crânes, corps, squelettes, toutes  iconographies de la mort, mais présentées sans recherche de réalisme primaire) et des éléments abstraits,  cubes , parallélépipèdes,  lignes , qui , tout en répondant aux lignes du tableau, vivent leur propre vie . Et tracent leur propre chemin, y compris en dehors du cadre . barande-2.jpg

 

            Une blancheur totale aussi ,  qui  force les visiteurs sinon à la réflexion, du moins au silence

 

            Vous l'aurez compris , j'ai vraiment beaucoup apprécié cet artiste, qui loin  de toute facilité et pathos, nous a fait sentir l'autre dimension,  celle d' un autre temps ou d'un autre continent, dont l'artiste  fait émerger pour nous des vestiges , des empreintes , éphémères et éternelles.  barande-004.jpg 

 

Informations pratiques :

 Beaux-arts de Paris

Galeries d’exposition

13, quai Malaquais. 75006 Paris

Dates: du 25 mars au 7 mai 2011

Horaires: du mardi au dimanche, de 13h à 19h

Tarif: Entrée libre

Partager cet article

Repost 0

commentaires