Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 18:58

Aymar de Lézardière : un graveur en hiver par Marie-Anne Chenerie

 aymar-etang-_2.jpg

Aymar de Lézardière : c'est d'abord le nom qui m'a attirée ; un tel prénom,associé à ce patronyme , cela ne peut être qu'un pseudo . Mais , pas du tout, rien de plus transparent  que ce  personnage

Alors, ai-je pensé, c'est évidemment quelqu'un du Midi, tant ces sonorités évoquent les cigales, les oliviers et les murets de pierre séchée .

Erreur sur toute la ligne : Aymar de Lézardière descend d'une vieille famille vendéenne , c'est un graveur à la pointe sèche et à l'eau forte , classique, discret, ,ses paysages sont faits d'eaux de brouillards, de joncs, de forêts

. Voici son portait en blouse de graveur , concentré , soigneux, précis, comme ses gravuresaymar-copie-1.jpg

 

Il y a ensuite le lieu de l'exposition, que je trouve extraordinaire : le Musée de la Chasse et de la Nature ; il faut y aller même et surtout si vous n'aimez pas la chasse , ce petit hôtel du Marais ( bien vu pour exposer les eaux dormantes de Lézardière )  meublé comme un manoir de chasse,  rend hommage aux animaux des campagnes et des bois . De plus, au détour d'un plafond, dans la cour pavée, sur le parquet lambrissée sont installées des oeuvres d'art contemporaines , mettant encore davantage en valeur les tapisseries, les boiseries, les cabinets de curiosité musee-chasse.jpg.

 

Et voici les gravures d'Aymar de Lézardière : pour être sincère, il m'a fallu un peu de temps pour en apprécier l'atmosphère ; avouons qu'elles ne sont pas très bien accrochées , blanches sur fond blanc, baguettes peu contrastées et traits extrêmement fins, parfois pâles. Et puis, petit à petit, vous vous laissez accrocher par un détail : le friselis de l'eau, les graines des roseaux, la jonction de deux  branches, la tête du saule, le reflet tremblé et c'est toute l'atmosphère de l'hiver que vous retrouvez aymar-saules.jpg .

 

Pour Lézardière , dessin et gravure  accompagnent  solitude et  silence . Et ses étangs ne sont pas tristes : ils disent le souvenirs d'enfance, le chien que l'on accompagne au bord de l'étang, le cri des oies sauvages qui passent , l'immensité du ciel et de l'eau.

 

Informations pratiques :

Musée de la chasse et de la nature

Exposition jusqu’au 14 mars 2010

62, rue des Archives  75 003 Paris

Du mardi au dimanche de 11h à 18h

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires