Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 18:39

L’atelier Brancusi à Beaubourg: seulement l’essentiel.

Par Marie-Anne Chenerie

 

 

atelier-beaubourg.jpgUn après midi, fatiguée d’expositions peu consistantes et néanmoins prétentieuses du Marais , je me suis dirigée vers l’atelier de Brancusi à Beaubourg, pour me « rincer l’œil », rincer dans le sens de nettoyer. Ici , tout est poli et pur, la collection de têtes ovales horizontales, tellement vues, si connues et si souvent reproduites qu’on ne les regarde plus, presque des noyaux, des cotylédons qui vont s’ouvrir pour laisser place au germe. Brancusi élimine toutes les imperfections, les marques d’usure, pour tendre à la pureté , avec des matériaux mêmes qui sont lourds, terrestres, comme le bronze, le marbre, le chêne. Ce qui me plait, c’est ce vieillard, qui dans les 20 dernières années de sa vie n’a presque rien créé de nouveau après ces formes épurées, comme s’il avait déjà trouvé l’essentiel et que davantage était inutile.

brancusi-photos-darchive.jpgLes photos de son atelier parisien réel, dans le XIV ème arrondissement de Paris, les piedestaux sculptés , la présence bienveillante et forte de l’artiste, sont des images mystérieuses et éblouissantes. Il me semble que son œuvre , présente partout dans son atelier, a trait au voyage, au départ, comme la colonne sans fin, départ vers le ciel, que ce soit la mort ou l’envol.

baiser.jpgLe « Baiser » est pourtant une exception, le thème le plus récurrent de son œuvre; toutes les créations autour de ce thème sont brutes et non polies, en un seul bloc parfaitement rectangulaire, comme des amants trapus. Et qui aspirent à être moins incomplets, leurs deux yeux de profil faisant une paire, leurs quatre lèvres faisant une seule bouche. Il y a presque une douleur dans ces pierres, et cette unité perdue, qui est, à mon avis, plus émouvante que la perfection tranquille des ovales polis .

 

Informations pratiques Atelier Brancusi Place Beaubourg, Du mercredi au lundi de 14h à 18h, Entrée libre

A lire : l’excellent ouvrage de critiques de John Berger «Le format d’une poche», qui m’a donné , entre autres, l’envie de revoir Brancusi

Les illustrations sont des visuels du Centre Pompidou .

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires