Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
Dans les années de 1910 à 1912 et encore en 1926 avec son ami André Engel,  Maurice Achener voyage en Italie. Marc Lenossos décrit ainsi ce périple dans l'éloge funéraire qu'il écrit à l'occasion du  décès de l'artiste en 1963 :<br />"Maurice Achener voyagea, sac au dos et burins en mains. Les monuments de Florence et de Vérone lui révèlèrent leur aristocratique beauté et leur ornements délicats; les ciels toscans, leur luminosité enveloppante; les pierres du vieux Paris leur patine; les paysage
Dans les années de 1910 à 1912 et encore en 1926 avec son ami André Engel,  Maurice Achener voyage en Italie. Marc Lenossos décrit ainsi ce périple dans l'éloge funéraire qu'il écrit à l'occasion du  décès de l'artiste en 1963 :<br />"Maurice Achener voyagea, sac au dos et burins en mains. Les monuments de Florence et de Vérone lui révèlèrent leur aristocratique beauté et leur ornements délicats; les ciels toscans, leur luminosité enveloppante; les pierres du vieux Paris leur patine; les paysage
Dans les années de 1910 à 1912 et encore en 1926 avec son ami André Engel,  Maurice Achener voyage en Italie. Marc Lenossos décrit ainsi ce périple dans l'éloge funéraire qu'il écrit à l'occasion du  décès de l'artiste en 1963 :<br />"Maurice Achener voyagea, sac au dos et burins en mains. Les monuments de Florence et de Vérone lui révèlèrent leur aristocratique beauté et leur ornements délicats; les ciels toscans, leur luminosité enveloppante; les pierres du vieux Paris leur patine; les paysage
Dans les années de 1910 à 1912 et encore en 1926 avec son ami André Engel,  Maurice Achener voyage en Italie. Marc Lenossos décrit ainsi ce périple dans l'éloge funéraire qu'il écrit à l'occasion du  décès de l'artiste en 1963 :<br />"Maurice Achener voyagea, sac au dos et burins en mains. Les monuments de Florence et de Vérone lui révèlèrent leur aristocratique beauté et leur ornements délicats; les ciels toscans, leur luminosité enveloppante; les pierres du vieux Paris leur patine; les paysage
Dans les années de 1910 à 1912 et encore en 1926 avec son ami André Engel,  Maurice Achener voyage en Italie. Marc Lenossos décrit ainsi ce périple dans l'éloge funéraire qu'il écrit à l'occasion du  décès de l'artiste en 1963 :<br />"Maurice Achener voyagea, sac au dos et burins en mains. Les monuments de Florence et de Vérone lui révèlèrent leur aristocratique beauté et leur ornements délicats; les ciels toscans, leur luminosité enveloppante; les pierres du vieux Paris leur patine; les paysage
Dans les années de 1910 à 1912 et encore en 1926 avec son ami André Engel,  Maurice Achener voyage en Italie. Marc Lenossos décrit ainsi ce périple dans l'éloge funéraire qu'il écrit à l'occasion du  décès de l'artiste en 1963 :<br />"Maurice Achener voyagea, sac au dos et burins en mains. Les monuments de Florence et de Vérone lui révèlèrent leur aristocratique beauté et leur ornements délicats; les ciels toscans, leur luminosité enveloppante; les pierres du vieux Paris leur patine; les paysage
Dans les années de 1910 à 1912 et encore en 1926 avec son ami André Engel,  Maurice Achener voyage en Italie. Marc Lenossos décrit ainsi ce périple dans l'éloge funéraire qu'il écrit à l'occasion du  décès de l'artiste en 1963 :<br />"Maurice Achener voyagea, sac au dos et burins en mains. Les monuments de Florence et de Vérone lui révèlèrent leur aristocratique beauté et leur ornements délicats; les ciels toscans, leur luminosité enveloppante; les pierres du vieux Paris leur patine; les paysage
Dans les années de 1910 à 1912 et encore en 1926 avec son ami André Engel,  Maurice Achener voyage en Italie. Marc Lenossos décrit ainsi ce périple dans l'éloge funéraire qu'il écrit à l'occasion du  décès de l'artiste en 1963 :<br />"Maurice Achener voyagea, sac au dos et burins en mains. Les monuments de Florence et de Vérone lui révèlèrent leur aristocratique beauté et leur ornements délicats; les ciels toscans, leur luminosité enveloppante; les pierres du vieux Paris leur patine; les paysage
Dans les années de 1910 à 1912 et encore en 1926 avec son ami André Engel,  Maurice Achener voyage en Italie. Marc Lenossos décrit ainsi ce périple dans l'éloge funéraire qu'il écrit à l'occasion du  décès de l'artiste en 1963 :<br />"Maurice Achener voyagea, sac au dos et burins en mains. Les monuments de Florence et de Vérone lui révèlèrent leur aristocratique beauté et leur ornements délicats; les ciels toscans, leur luminosité enveloppante; les pierres du vieux Paris leur patine; les paysage
Dans les années de 1910 à 1912 et encore en 1926 avec son ami André Engel,  Maurice Achener voyage en Italie. Marc Lenossos décrit ainsi ce périple dans l'éloge funéraire qu'il écrit à l'occasion du  décès de l'artiste en 1963 :<br />"Maurice Achener voyagea, sac au dos et burins en mains. Les monuments de Florence et de Vérone lui révèlèrent leur aristocratique beauté et leur ornements délicats; les ciels toscans, leur luminosité enveloppante; les pierres du vieux Paris leur patine; les paysage
Dans les années de 1910 à 1912 et encore en 1926 avec son ami André Engel,  Maurice Achener voyage en Italie. Marc Lenossos décrit ainsi ce périple dans l'éloge funéraire qu'il écrit à l'occasion du  décès de l'artiste en 1963 :<br />"Maurice Achener voyagea, sac au dos et burins en mains. Les monuments de Florence et de Vérone lui révèlèrent leur aristocratique beauté et leur ornements délicats; les ciels toscans, leur luminosité enveloppante; les pierres du vieux Paris leur patine; les paysage
Dans les années de 1910 à 1912 et encore en 1926 avec son ami André Engel,  Maurice Achener voyage en Italie. Marc Lenossos décrit ainsi ce périple dans l'éloge funéraire qu'il écrit à l'occasion du  décès de l'artiste en 1963 :<br />"Maurice Achener voyagea, sac au dos et burins en mains. Les monuments de Florence et de Vérone lui révèlèrent leur aristocratique beauté et leur ornements délicats; les ciels toscans, leur luminosité enveloppante; les pierres du vieux Paris leur patine; les paysage
Dans les années de 1910 à 1912 et encore en 1926 avec son ami André Engel,  Maurice Achener voyage en Italie. Marc Lenossos décrit ainsi ce périple dans l'éloge funéraire qu'il écrit à l'occasion du  décès de l'artiste en 1963 :<br />"Maurice Achener voyagea, sac au dos et burins en mains. Les monuments de Florence et de Vérone lui révèlèrent leur aristocratique beauté et leur ornements délicats; les ciels toscans, leur luminosité enveloppante; les pierres du vieux Paris leur patine; les paysage
Dans les années de 1910 à 1912 et encore en 1926 avec son ami André Engel,  Maurice Achener voyage en Italie. Marc Lenossos décrit ainsi ce périple dans l'éloge funéraire qu'il écrit à l'occasion du  décès de l'artiste en 1963 :<br />"Maurice Achener voyagea, sac au dos et burins en mains. Les monuments de Florence et de Vérone lui révèlèrent leur aristocratique beauté et leur ornements délicats; les ciels toscans, leur luminosité enveloppante; les pierres du vieux Paris leur patine; les paysage
Dans les années de 1910 à 1912 et encore en 1926 avec son ami André Engel,  Maurice Achener voyage en Italie. Marc Lenossos décrit ainsi ce périple dans l'éloge funéraire qu'il écrit à l'occasion du  décès de l'artiste en 1963 :<br />"Maurice Achener voyagea, sac au dos et burins en mains. Les monuments de Florence et de Vérone lui révèlèrent leur aristocratique beauté et leur ornements délicats; les ciels toscans, leur luminosité enveloppante; les pierres du vieux Paris leur patine; les paysage

Dans les années de 1910 à 1912 et encore en 1926 avec son ami André Engel,  Maurice Achener voyage en Italie. Marc Lenossos décrit ainsi ce périple dans l'éloge funéraire qu'il écrit à l'occasion du  décès de l'artiste en 1963 :<br />"Maurice Achener voyagea, sac au dos et burins en mains. Les monuments de Florence et de Vérone lui révèlèrent leur aristocratique beauté et leur ornements délicats; les ciels toscans, leur luminosité enveloppante; les pierres du vieux Paris leur patine; les paysage

Partager cette page

Repost 0
Published by - dans album